Actualités

Réussite du rassemblement pour la « levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception »

A l’appel d’ATTAC et de la LDH Réunion

Correspondant Témoignages / 1er février 2016

Ce samedi 30 janvier, un rassemblement et un concert ont été organisés à l’appel de deux organisations de la société civile réunionnaise : ATTAC Réunion et la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Réunion. Cette action a été organisée sur le front de mer de Saint-Leu, derrière la mairie, à partir de 17 heures, avec plusieurs partenaires associatifs, notamment du monde artistique, pour dire « stop à l’état d’urgence et à la déchéance de la nationalité ».

JPEG - 73.1 ko
Divers artistes ont contribué à la réussite de cette manifestation.

Cette manifestation a reçu le soutien d’un large public et de plusieurs autres groupes citoyens ou militants politiques favorables à la « levée immédiate de l’état d’urgence et de l’état d’exception ». Une revendication liée à l’examen par les parlementaires en France dans les prochains jours d’un projet de loi du gouvernement en faveur d’une constitutionnalisation de l’état d’urgence et de la déchéance de la nationalité.

Lors de ce rassemblement, des représentants d’ATTAC et de la LDH Réunion, comme Didier Bourse et Isnelle Gouljar, ont pris la parole pour souligner notamment à quel point « l’état d’urgence privilégie la suspicion aux procédures dûment établies sur des preuves et des faits. Aussi, il n’est pas acceptable que l’état d’urgence soit constitutionnalisé et rendu inattaquable par la justice et le citoyen, ce serait porter foncièrement atteinte à la démocratie et à nos libertés. Nous devons par contre construire une société où la fraternité à toute sa place, nous ne devons céder à la peur dans laquelle veulent nous enfermer les auteurs de ces actes terroristes en proposant de fausses solutions ».

D’autres intervenants ont pris la parole dans le public en soutenant les autres mots d’ordre d’ATTAC et de la LDH Réunion : « Arrêt de la stigmatisation et de la répression des migrants et des habitants des quartiers populaires. Arrêt de la stigmatisation et de la répression des militants(tes) des mouvements sociaux. Droit de se réunir et de manifester ».

Divers artistes ont également plaidé dans le même sens avec talent, contribuant à la réussite de cette manifestation pour le respect des droits fondamentaux dans la République française. Et notamment ceux du peuple réunionnais, particulièrement victime de nombreuses injustices, inégalités, discriminations et absences de démocratie.

Correspondant


Kanalreunion.com