Actualités

Roland Robert : « une nette progression »

Cantonales à La Possession : à 27 voix de la victoire

Céline Tabou / 22 mars 2011

La dynamique de la victoire est en route à La Possession où Roland Robert et Marcelle Puy ont obtenu plus de 57% des suffrages au premier tour. Il a manqué une voix par bureau de vote pour que l’élection se fasse en un seul tour. Dimanche prochain, le peuple de La Possession confirmera que contrairement à ce que disent certains médias, il n’y a pas d’érosion du PCR à La Possession, bien au contraire.

« La première réaction est que j’aurai aimé être élu dès le premier tour, mais je suis content de voir que l’on a progressé depuis les dernières élections. En effet, aux municipales de 2008, nous étions à 52,3%, aux cantonales de 2004, 56,9%, et aux régionales de 2010, 57,5%. Il y a une nette progression, un dynamisme, car contrairement à ce que les médias et les opposants disent il n’y a pas d’érosion de suffrage pour le PCR à La Possession.
Il y a un réel décalage entre ce que dit la presse et la réalité du terrain, car cette érosion n’existe pas. Nous avons chaque année un renouvellement de l’électorat, il s’agit de 1.000 personnes en plus par an sur le canton. Garder un pourcentage aussi élevé c’est quelque chose d’important, qui démontre bien que nous faisons du bon travail.
Face aux déclarations de Vanessa Miranville (« Ballotage historique », NDLR), le terme est vraiment mal employé, car un ballotage signifie que personne n’a 50% des voix, ce qui n’est pas le cas ici. De plus, Pierre Verges et moi-même dépassions les 50% mais à cause d’une loi, les suffrages exprimés ne suffisent pas, il faut 25% des inscrits pour être élu.
Je constate qu’il y a eu partout un fort taux d’abstention, mais nous avons eu un score correct comparé à 2004. Il nous manque 27 voix, soit une voix par bureau de vote, ce qui nous aurait permis à Marcelle Puy et moi-même d’être élus au premier tour. Nous espérons que ce taux de participation sera plus élevé au second tour, car comme l’a indiqué un journal ce matin (lundi 21 mars), « c’est une formalité ».
De plus, le débat sur mon âge est vraiment dépassé, Vanessa Miranville n’a pas le monopole de la jeunesse, nous avons à La Possession de nombreux jeunes qui nous soutiennent, quand je partirai, ces jeunes auront la possibilité d’accéder à des postes élevés et à prendre la relève. Aujourd’hui, il ne s’agit pas d’un conflit générationnel, mais d’une différence d’idéologie politique ».

Propos recueillis par Céline Tabou


Report de la cérémonie des 40 ans de mandat

Le 21 mars 1971, Roland Robert devient maire de La Possession. L’élu communiste et la liste qu’il conduisit mirent fin à la fraude électorale organisée dans la commune. Pour des raisons de calendrier électoral, la cérémonie a du être reportée au 28 mars prochain. Roland Robert a expliqué que « depuis ce matin, nos opposants prennent des photos des tentes installées pour l’évènement et préparent un recours contre nous, sous prétexte d’utilisation du budget de la commune pour la campagne actuelle. Il s’agit d’un aveu clair et net de leur défaite, ils utilisent tous les moyens pour faire annuler l’élection ». Le maire a indiqué qu’il n’avait pas pris de risque et aucun amalgame ne devait être fait entre le passé et le présent. Les élus de la Mairie ont annoncé que la cérémonie se déroulera devant l’Hôtel de Ville, lundi 28 mars.


Vanessa Miranville aveuglée par le pouvoir

Vanessa Miranville a décidé de se maintenir au second tour. Alors que Roland Robert a totalisé plus de 57% des suffrages et elle 26%, elle a publié un communiqué appelant les Possessionnais à saisir « une chance historique » de battre le PCR.
Rarement les observateurs politiques ont vu une candidate aussi prétentieuse. Il est vrai que durant toute la campagne, c’est vers elle que des médias se sont précipités. Ils ont tenté d’accréditer la thèse selon laquelle Vanessa Miranville était l’alternative au PCR et à Roland Robert, bien que ces derniers soient constamment plébiscités par la population depuis la fin de la fraude électorale dans cette commune.
Nul doute que la candidate des Verts-Réunion soit tombée de très haut, et comme aux régionales, sa réaction est nourrie de haine. Manifestement, c’est une candidate qui est aveuglée par le pouvoir.


Kanalreunion.com