Actualités

RSTA et prime COSPAR : la mobilisation contre la suppression doit continuer

Personne ne peut reprendre au peuple ce qu’il a acquis grâce à la lutte

Manuel Marchal / 11 décembre 2012

Face à la mobilisation et malgré l’inaction des 7 députés de La Réunion, le gouvernement a dû reculer. Sa porte de sortie est un prolongement du RSTA et de la prime COSPAR mais son maintien est encore loin d’une certitude. Que les 7 députés ne soient pas les fossoyeurs des acquis des travailleurs.

JPEG - 94.6 ko
Manifestation victorieuse pour la hausse des salaires, mars 2009.

Personne ne peut reprendre au peuple ce qu’il a acquis grâce à la lutte. Hier lors de la conclusion de la Conférence économique et sociale, le Premier ministre a annoncé le renoncement du gouvernement à la suppression immédiate du RSTA et du soutien de l’État à la prime COSPAR. C’est le résultat de la mobilisation lancée par le Parti communiste réunionnais aux côtés de plusieurs syndicats et associations. En quelques jours, les organisations soutenant les intérêts de la population ont recueilli 8.000 signatures. Le PCR a contribué pour moitié au succès des pétitions.

La déclaration de Jean-Marc Ayrault est donc un recul face à l’importante mobilisation suscitée face au scandale en préparation : une baisse des revenus des salariés les moins bien payés à La Réunion.

Ce qui a été obtenu hier par le PCR aux côtés d’autres organisations montre qu’aucun gouvernement ne doit oublier ceci : le COSPAR a été obtenu grâce à la lutte du peuple, aucun gouvernement, aucun élu ne peuvent retirer au peuple ce qu’il a réussi à arracher grâce à sa mobilisation.

Malgré l’absence de soutien des 7 députés de La Réunion, tous de la majorité parlementaire, le gouvernement a cédé : il a décidé de sursoir à la suppression du RSTA et à la fin de sa participation au bonus COSPAR. Autrement dit, pour le moment, c’est la population qui a eu le dernier mot.

Mais la lutte est loin d’être finie, car ce recul s’accompagne de nouvelles échéances : le gouvernement veut en finir avec le RSTA dans 6 mois, et mettre fin à sa participation au bonus COSPAR dans un an. Ce n’est donc pas le moment de baisser la garde et de croire que tout est réglé.

Le délai obtenu hier doit en effet être mis à profit pour créer les conditions de l’impossibilité de supprimer ces deux acquis de la lutte. Ils sont en effet des compléments de pouvoir d’achat indispensables, tant qu’il n’y a pas de rupture avec une politique des prix et des revenus totalement injuste et qui est à l’origine des drames sociaux que vit tous les jours le pays.

Dans cette lutte, tout le monde a pu constater que les députés n’ont pas été du côté de ceux qui bataillaient contre la suppression du RSTA et du bonus COSPAR. Souhaitons que les 7 députés ne soient pas les fossoyeurs des acquis des travailleurs.

M.M.

Le communiqué du PCR

Le Parti Communiste Réunionnais a pris connaissance des conclusions de la Conférence Economique et Sociale de l’Outre-Mer qui s’est tenu ce jour, lundi 10 décembre à Paris.

 

Au-delà des considérations générales, la seule annonce concrète a été celle concernant le RSTA et de la prime COSPAR. Le Premier ministre a en effet annoncé que le RSTA sera prolongé jusqu’au 31 mai 2013 et que l’exonération de charges sur le « bonus salarial » (prime COSPAR à La Réunion) sera prolongée jusqu’à fin décembre 2013. C’est donc un sursis de quelques mois qui est accordé.

 

Ce résultat a été obtenu grâce à la mobilisation des Réunionnais à laquelle le PCR a pris une part importante, au côté d’autres organisations syndicales et associatives. C’est notamment l’initiative des pétitions qui a rassemblé en quelques jours des milliers de signatures ; c’est aussi des initiatives sur le plan parlementaire avec les interventions au Sénat du Sénateur Communiste Réunionnais et le dépôt d’un amendement.

 

Ce premier résultat a été obtenu malgré l’inaction des sept Députés de La Réunion. Rien n’est toutefois définitivement réglé. La mobilisation doit donc se poursuivre sur la prime COSPAR et le RSTA. Elle doit aussi se poursuivre et s’amplifier pour la prise en compte des autres mesures proposées par le PCR afin d’engager le changement réel attendu par la population.
Les ouvriers de la 25e heure sortent du bois

Comme il fallait s’y attendre, ceux qui n’ont rien fait contre la suppression du RSTA et de la prime COSPAR n’ont pas attendu longtemps pour se féliciter du sursis concédé par Paris hier en le noyant au milieu d’autres avancées dont ils sont les seuls à leur donner une telle portée. Ericka Bareigts a tiré la première, suivie par Michel Vergoz qui n’a pas osé écrire le mot COSPAR, puis c’est Jean-Jacques Vlody qui y est allé de son communiqué. Tel était l’état des envois à l’heure où nous mettons sous presse.

Voici de quoi parfaitement illustrer l’expression : "les ouvriers de la 25e heure".


Kanalreunion.com