Actualités

Saint-Leu : l’ancienne équipe a mené la commune au bord du gouffre

Conseil municipal de Saint-Leu – Rapport de la Chambre régionale des comptes 2004-2007

Sophie Périabe / 18 septembre 2009

Hier, lors de la tenue du Conseil municipal de Saint-Leu, les élus de l’opposition ont brillé par leur absence. Et pour cause, un des points à l’ordre du jour était la présentation et la discussion du rapport définitif de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur la situation de la commune de Saint-Leu entre 2004 et 2007. Les conclusions de ce rapport sont accablantes et catastrophiques pour l’ancienne équipe menée par Jean-Luc Poudroux.

Un des points très attendus de cette séance du Conseil municipal de Saint-Leu était le rapport rendu par la Chambre régionale des comptes. Tous les 4 ans, la CRC réalise un état des lieux de la situation financière de chaque commune. Pour Saint-Leu, le rapport présenté hier couvrait la période 2004-2007, période pendant laquelle Jean-Luc Poudroux était au pouvoir.
Sans surprise, le rapport laisse apparaître « des comptes non sincères, des dépenses non maîtrisées, des investissements en chute libre, etc. », précise Thierry Robert, maire de Saint-Leu.
En effet, des observations de ce type avaient déjà été formulées sur la période 1999-2003 et la CRC de préciser « qu’il n’est pas habituel de devoir réitérer des remarques sur la gestion défaillante des ressources humaines et sur l’absence de procédures de contrôles internes après plus d’une décennie : une gestion au jour le jour apparaît peu compatible avec les nécessités d’administration d’une commune de 30.000 habitants », peut-on lire dans ce rapport.
Pour Thierry Robert, ce rapport ne fait que conforter ces dires, « l’équipe précédente n’a rien fait pour empêcher cette situation déjà mise en avant en 2004 par la Chambre régionale des comptes ».

Les élus de l’opposition ont refusé le débat

En 2005, l’ancienne équipe municipale avait demandé un audit à un cabinet privé, sur des fonds publics. « Ce rapport pointait du doigt des dysfonctionnements, mais il a été laissé au fond d’un tiroir. Tout cela était su depuis toujours par l’ancienne équipe, mais ils n’ont pas eu la volonté, ni le courage de prendre les mesures qui s’imposaient. Ils ont préféré la politique de la chaise vide, comme c’est le cas aujourd’hui », poursuit Thierry Robert.
En effet, les élus de l’opposition ont tous manqué à l’appel, d’où l’absence de débat sur ce point très important.
En 2003, la masse salariale de la commune de Saint-Leu déséquilibrait complètement les comptes. « Les dépenses de fonctionnement avaient essentiellement augmenté sous l’effet de l’évolution des frais de personnel qui avaient progressé de 8,33% en moyenne annuelle, pour représenter 66% du total des dépenses de fonctionnement », dit le rapport. La moyenne départementale est égale, sur la même période, à 57,4%. « Ces constats et ces tendances restent d’actualité sur la période 2004-2007 », précise le rapport.
Concernant la fiabilité des comptes actifs et suivi des immobilisations, « des lacunes persistent, il conviendrait d’y remédier ». « L’ensemble de ces constats restent d’actualité » s’agissant des ressources humaines sur la période 2004-2007, à savoir une augmentation des agents de 29%.
En conclusion, le rapport de la CRC estime que « la situation de la commune de Saint-Leu apparaît comme très préoccupante (…). La collectivité ne dispose plus de réelles marges de manœuvre, compte tenu de son faible potentiel fiscal et de son fort endettement (…). Seul le respect d’un plan pluriannuel rigoureux d’économies de gestion permettra à Saint-Leu de mettre un terme aux déficits et à la spirale d’endettement qui la caractérisent depuis de nombreuses années ».

Aujourd’hui, la commune est sur la bonne voie

Aujourd’hui, la commune de Saint-Leu est dans une situation maîtrisée puisque l’équipe actuelle a pris certaines dispositions, parfois pas très populaires, mais nécessaires, pour remettre à flot les finances de la commune. Les impôts locaux notamment ont augmenté d’environ 13%.
Cette augmentation a été nécessaire pour rembourser un prêt relais de 3 millions d’euros réalisé en 2007 pour couvrir des dépenses de fonctionnement. « Ce genre de prêt est inhabituel dans ce cas car, généralement, on le fait quand on a une subvention qui doit tomber pour le rembourser », précise le 1er magistrat de Saint-Leu.
Deuxième cause à cette augmentation, « le préfet a décidé le 14 octobre 2008 d’enlever 1,4 million du compte de la commune car l’ancienne équipe n’a pas rempli des dossiers de demande de subventions correctement, retard dans les délais, manque de papiers, etc. ».
La masse salariale de la commune est passée de 289.000 euros en 2007 à 220.000 en 2008, soit une baisse de 24%. Autre amélioration, l’épargne nette de la commune s’élevait en 2006 à 678.000 euros, « en 2007, elle était à - 947.000 euros, soit une baisse de 240%. En 2008, elle est passée à - 303.000 euros, soit une augmentation de 68%, et l’amélioration se poursuit. En 2009, nous allons repasser à une épargne positive, on est sur la bonne voie », assure le maire de Saint-Leu.
Sans aucun doute, les mesures prises par la nouvelle majorité ont évité que la commune soit mise sous tutelle, « ça aurait été une situation catastrophique pour notre commune », souligne Thierry Robert.

 Sophie Périabe


Echos de campagne à Saint-Leu

Afin de contrer, si c’est possible, les conclusions du rapport définitif de la Chambre régionale des comptes, l’opposition de Saint-Leu a distribué ce matin (ndlr : hier matin) un tract, « un torchon », selon le maire actuel, dans les rues de la ville.
« Il faut savoir qu’avant la publication du rapport définitif, la CRC demande à l’ancien et au nouveau maire s’ils ont des remarques à faire ». Aucune observation n’a été formulée par les 2 protagonistes. Thierry Robert souligne que la période étudiée ne le concernait pas, il n’avait donc rien à dire. « L’ancien maire n’a apporté aucune remarque, il a donc admis la véracité du rapport ». Aujourd’hui, il distribue un tract allant à l’encontre des conclusions du rapport.

 S.P. 


Le Département investit à Saint-Leu

Lors de ce Conseil municipal, de nombreux contrats communaux de coopération ont été validés. Le dispositif de contrat communal de coopération a été adopté pour la période 2008-2010 par décision n°32 de l’Assemblée départementale en date des 25 et 26 juin 2008. Sur cette base politique, le Département a lancé des appels à projets autour de 3 domaines prioritaires : la petite enfance, l’insertion et l’habitat.
La commune de Saint-Leu a répondu à plusieurs appels à projets portant sur le thème de la petite enfance et de l’éducation, notamment :

- la réalisation de 3 micro-crèches

- la construction de 2 préaux dans l’école primaire de Stella

- l’assainissement de l’école primaire Estella-Clain

- le remplacement des menuiseries dans des écoles

- l’aménagement des cours d’écoles

- la réhabilitation des toilettes des écoles.
Le coût total de ces projets s’élève à plus de 1,5 million d’euros dont environ 778.000 euros seront supportés par le Département.

 SP 


Kanalreunion.com