Actualités

« Sauvegarder le rassemblement le plus large »

L’Alliance à moins d’un mois des cantonales et à 14 mois de la présidentielle

Céline Tabou / 24 février 2011

Hier à l’occasion d’une conférence de presse au local de l’Alliance à Saint-Denis, Béatrice Leperlier, Aline Murin Hoarau, Philippe Jean-Pierre, Michel Lagourgue, et Paul Vergès ont tenu à apporter leur « regard à l’approche des échéances électorales. À moins d’un mois des élections cantonales et à 14 mois des élections présidentielles ». L’objectif est de « tout faire pour sauvegarder le rassemblement le plus large ».

« Il ne faut pas perdre les perspectives soulignées par la presse nationale, et les déclarations des politiciens », a introduit Paul Vergès. En effet, dans 14 mois, c’est une probable alternance qui se dessine au plus haut sommet de l’État : la présidence de la République et l’Assemblée nationale changeront de camp. Les élections cantonales ont lieu dans un contexte économique et social difficile : hausse du chômage, fin des grands chantiers, récession économique, réforme sociale mise au rabais, réduction des budgets locaux... Cependant, « l’élément nouveau de cette situation est la prise de conscience » la plus large des citoyens. En effet, les manifestations des enseignants et la solidarité dont ils ont fait preuve avec les chômeurs, lorsqu’ils se sont enchaînés dans le Pole Emploi.

Contre la politique UMP

Les manifestations de demain, à Saint-Denis et Saint-Pierre, organisées par les syndicats lycéens, étudiants et l’intersyndicale, porteront sur la lutte contre la suppression des postes dans l’Éducation nationale à La Réunion. Mais vu l’ampleur de la situation, ces luttes pourraient aboutir à des mobilisations contre la casse sociale de Nicolas Sarkozy. Comme l’a expliqué Paul Vergès, le gouvernement, par la voie de François Baroin, ministre du Budget, a décidé de prendre de nouvelles mesures l’an prochain pour atteindre les 3% en 2013, comme convenu dans le pacte de stabilité de la zone euro de l’Union européenne. C’est un plan de rigueur drastique.

« Ces mesures vont de nouveau aggraver la situation à La Réunion », a indiqué le président de l’Alliance. Face à cette situation, la question que se sont posés les conseillers régionaux de l’Alliance, « pourquoi les correspondants à La Réunion du parti dirigeant le gouvernement camouflent-ils leur appartenance à l’UMP ? Nicolas Sarkozy ne cache pas son affiliation avec l’UMP alors pourquoi ici est-ce qu’ils se cachent ? Les alliés de Nicolas Sarkozy ne trompent personne », a déclaré Paul Vergès. En effet, depuis quelques semaines, les Réunionnais assistent à la bataille interne de l’UMP, dirigé non par Michel Fontaine, mais Didier Robert, qui tente de « dégager l’ancien personnel pour des jeunes cadres de l’UMP », sans tenir compte des aspirations des habitants, ou candidats promis.

Pour une politique globale

Les élections cantonales seront suivies par la présidentielle et les législatives qui seront le théâtre d’une bataille entre la majorité au pouvoir et l’opposition désireuse de prendre la main à l’Assemblée nationale. « Nous devons tout faire pour nous rassembler, la force sociale la plus large nécessaire, d’où l’accord Parti socialiste-Parti communiste réunionnais », a expliqué Paul Vergès.

Ce dernier a expliqué que ce n’est pas dans l’habitude des Réunionnais de signer de tel accord de désistement, mais la situation exigeait une alliance politique pour le plus grand nombre. « La page des régionales est dépassée, il y a des leçons à tirer de cet accord de bonne conduite. Nous serons vigilants face aux déclarations et aux écrits n’entrant pas dans le cadre de l’accord signé ». Car « la parole tenue est primordiale, c’est ce qui fera que les gens auront confiance ». Cela démontrera également que la politique globale est plus importante que les politiques politiciennes, a indiqué le président de l’Alliance.
Face à de telles situations, « les conditions du renouvellement sont présentes » et visibles de tous. Dans 14 mois, « nous allons prendre conscience d’une nouvelle ère » pour la France, mais aussi pour le développement durable de La Réunion a conclu Paul Vergès.

Céline Tabou


« N’oubliez pas les humiliations »

Les membres de l’Alliance ont fustigé les pratiques policières à l’encontre des jeunes lycéens arrêtés la semaine dernière, notamment Alexis Chaussalet, secrétaire fédéral de l’Union nationale lycéenne (UNL). « Comment ont-ils pu aller dans les familles, dès 6h du matin, réveiller les parents, arrêter un jeune homme, et le mettre en garde à vue, avec la fouille, le déshabillement, les menottes... Cette même garde à vue contestée lors des débats à l’Assemblée nationale », a interpellé Paul Vergès. En réponse aux questions posées, des responsables ont répondu que « la garde à vue de ce type était en vigueur jusqu’en juillet ». Face à ces humiliations, plus d’une centaine de jeunes se sont réunis rapidement devant la gendarmerie pour demander la libération de leur camarade, car « en territoire colonisé, ou ex-colonie, il ne faut pas oublier les humiliations ».


Le mépris des dirigeants de la Région envers Madagascar

Un autre mépris envers les Hommes, les dirigeants du Conseil régional n’ont pas, comme la tradition le demande, annoncé leur soutien aux Malgaches qui viennent de subir une catastrophe naturelle meurtrière, ni alloué une aide d’urgence pour aider à la reconstruction et à la survie du peuple malgache.


Kanalreunion.com