Actualités

Solidaire de Nicolas Sarkozy, Didier Robert fait rejeter la motion de l’Alliance sur les fonds structurels européens au mépris des intérêts de La Réunion

Commission Permanente du Conseil régional d’hier

Témoignages.re / 28 septembre 2011

Dans un communiqué diffusé hier, l’Alliance dénonce le sacrifice des intérêts du pays par Didier Robert, serviteur zélé de son chef Sarkozy. Il refuse que la Région Réunion fasse son travail, c’est-à-dire défendre le droit de notre pays à bénéficier des fonds structurels européens destinés à financer les investissements indispensables au développement.

Lors de la Commission Permanente du 20 septembre dernier, le groupe de l’Alliance avait présenté une motion relative à la défense des fonds structurels européens, mise en cause par une lettre du Président de la République Française Nicolas Sarkozy et de la Chancelière Allemande Angela Merkel au Président du Conseil Européen. La motion de l’Alliance (voir document joint) avait été renvoyée pour examen à une commission sectorielle qui s’est réunie jeudi dernier, mais qui a refusé d’émettre un avis. La motion est donc revenue ce matin en commission permanente. Une semaine de perdu pour rien !
Alors que l’on aurait pu s’attendre à une unanimité des élus, comme au Conseil général, pour approuver une motion défendant les intérêts des RUP et de La Réunion, le Président de la Région Réunion a demandé à sa majorité de rejeter la motion présentée par l’Alliance au motif que cette motion interpelle directement Nicolas Sarkozy et qu’elle conteste la lettre signée par le Président de la République Française avec son homologue de la République Fédérale Allemande. Malgré des propositions de corrections faites en séance pour assouplir certains termes de la motion, Didier Robert a préféré rejeter un texte défendant les intérêts de La Réunion, de peur de froisser Nicolas Sarkozy.

Cette attitude, non seulement confirme le soutien politique de Didier Robert à Nicolas Sarkozy, mais surtout, elle marque une rupture dans l’attitude constante des présidents de Région et de tous les RUP qui ont toujours défendu avec la fermeté nécessaire les intérêts de leur région face à n’importe quel gouvernement ou président de la République, quelle que soit leur couleur politique.

L’Alliance tient à dénoncer l’attitude politicienne de Didier Robert, en total décalage avec celle que l’on est en droit d’attendre d’un président de Région.


Titre :

Motion relative aux fonds structurels européens déposée
par le groupe de l’Alliance au Conseil Régional

Sous-titre :

(Urgence demandée)

Considérant les principes fondamentaux inspirant la politique régionale de l’Union européenne visant à faire converger les niveaux de développement des régions, nonobstant les différences de développement entre les Etats,

Considérant l’importance des fonds structurels pour le développement des Régions de l’Europe, et prioritairement des régions défavorisées,

Considérant le rôle décisif de ces fonds structurels alloués aux régions ultrapériphériques (RUP),

Considérant l’enjeu crucial de sauvegarder le bénéfice des fonds structurels, au minimum au niveau de la programmation 2007-2013 pour les régions d’objectif 1 durant la prochaine programmation 2014-2020, dans un contexte de contraintes aggravées,

Considérant la lettre conjointe du Président de la République française Nicolas Sarkozy et de la chancelière de la République fédérale allemande, Angela Merkel, proposant au Président du Conseil européen de conditionner à l’avenir les paiements des fonds structurels au respect de règles concernant les déficits budgétaires des Etats,

Considérant qu’une telle perspective fait peser un risque considérable pour les RUP,

Considérant la protestation légitime des députés issus des RUP au Parlement européen sous l’impulsion du député au Parlement européen Elie Hoarau, devant cette menace,

La Commission Permanente du Conseil Régional, réunie le 20 septembre 2011

- exprime son étonnement face à la position du Président de la République française qui est en contradiction avec le soutien constant de tous les gouvernements successifs ayant toujours défendu les intérêts des RUP ;

- demande au Président du Conseil Régional de La Réunion de se concerter avec ses collègues des RUP pour une action commune en direction de leurs Etats et des instances européenne ;

- d’interpeller sans délai le Président de la République et lui demander de reconsidérer la position qu’il a exprimée.


Kanalreunion.com