Actualités

Solidarité, respect de la parole donnée et discipline

Des principes de la refondation du Parti communiste réunionnais

Céline Tabou . Manuel Marchal / 6 mars 2012

Le 19 février dernier, lors de la conférence extraordinaire de Sainte-Suzanne, Elie Hoarau, secrétaire général du PCR, a exposé les trois niveaux sur lesquels allait se renforcer le parti. L’objectif est de continuer à « mener la bataille pour les plus démunis, aux côtés des jeunes, des femmes et des abandonnés » de la politique de Nicolas Sarkozy. Deux semaines plus tard à Saint-Louis, Elie Hoarau a donné des détails de cette bataille. Première étape : 300 réunions d’ici la fin du mois.

Deux semaines après la conférence extraordinaire de Sainte-Suzanne, le Parti Communiste Réunionnais a affirmé dimanche sa détermination à mener à bien la lutte pour le changement et sa refondation.
Rappelons qu’à Sainte-Suzanne, Elie Hoarau a fustigé celles et ceux qui ont « foulé au pied la solidarité. L’élection de Sainte-Suzanne en a été l’exemple, mais cette élection a aussi permis de faire valoir et prévaloir la solidarité entre nous ».
Au cours de son intervention voici deux semaines, il avait expliqué que « les valeurs de solidarité, respect de la parole donnée et discipline font la force et le respect du parti ». Mettant en avant l’esprit démocrate du parti, Elie Hoarau a indiqué que le débat et les discussions étaient ouverts au sein du PCR, « chacun peut débattre et exposer ses avis divergents au sein des instances », notamment au secrétariat, comité général, comité central ou section de sa commune.
« Rebâtir le parti sur ces valeurs de respect de la parole donnée, de discipline et de solidarité, c’est ce que j’appelle la refondation du parti. Ce sont des valeurs que nous partageons tous » avait déclaré Elie Hoarau. Ce dernier faisait également référence aux indemnités des élus, qui selon la Charte du parti doivent reverser une certaine somme en solidarité envers le parti et ses permanents, qui « ont quitté leur carrière et salaire importants pour travailler pour le parti, comme Bruni Payet ». « Sainte Suzanne sera à nouveau un exemple, car les nouveaux élus verseront leurs indemnités au parti, comme convenu ».

L’analyse n’est plus celle d’il y a 20 ans

À la conférence extraordinaire de Sainte-Suzanne, Elie Hoarau avait appelé au respect de l’organisation, à « avoir de la considération pour les responsables politiques », car ces derniers travaillent pour le parti. Cela impose de « faire revivre nos valeurs de solidarité, respect et discipline pour aller vers un parti fort », car la refondation devra faire place à de nouvelles structures. « Pour l’instant, on se réfère aux secrétaires de sections et les collaborateurs élus par les cellules » a indiqué le secrétaire général du PCR. Ce dernier a conclu en appelant à « renforcer le parti, au niveau de l’adhésion des valeurs, des membres du parti tant les jeunes, les femmes, que tous ceux qui veulent renforcer notre parti, sur la base de la charte du PCR édictée au précédent congrès. »
Les déclarations du secrétaire général du Parti Communiste Réunionnais avaient été par la suite appuyées par l’un des fondateurs du parti, Paul Vergès. Ce dernier a expliqué lors de la conférence de presse du 19 février, après l’assemblée extraordinaire, que « la refondation est logique, car nous sommes arrivés à la fin d’une période historique qui a amené des avantages mais qui est en opposition avec la situation actuelle, telle que la crise, les changements climatiques et la démographie. C’est donc normal que l’on ait une analyse différenciée de celle d’il y a, ne ce serait-ce, que 20 ans. C’est normal mais aussi rassurant de voir l’adhésion spontanée qu’il y a eu pour cet évènement ».

Céline Tabou


Un besoin de refondation confirmé

Les mouvements sociaux de ces deux dernières semaines et leur répression ont confirmé le besoin d’une refondation du PCR, afin qu’il puisse se dresser face à un puissant système arc-bouté sur des règles qui ne tiennent plus.

Entre la conférence extraordinaire de Sainte-Suzanne et le rassemblement de Saint-Louis, La Réunion a rappelé qu’elle est une société en plein changement. Lors de ces deux dernières semaines, notre pays a vécu des manifestations sans précédent. Dans plus de 10 communes, des jeunes se sont exprimés pour dire qu’ils en ont assez du chômage et du manque d’espoir. Pour sa part, la répression exercée par le pouvoir a été à la hauteur de son impuissance à répondre aux revendications : envoi de centaines de policiers supplémentaires, et distribution de peines de prison ferme aux émeutiers. Pour le reste, les baisses de prix annoncées sont bien loin des revendications. Les présidents des collectivités ont décidé de faire prendre en charge par tous les Réunionnais l’essentiel d’une baisse de 7 centimes du prix des carburants, et la totalité d’une diminution de plus de 6 euros de la bouteille de gaz. Or, la population ne veut pas payer, elle veut que les pétroliers diminuent leurs bénéfices et baissent les prix.
L’ampleur de la répression et de la diversion orchestrée par le pouvoir montrent toute la puissance du système injuste qui domine La Réunion. Or ce système est totalement incapable de répondre aux revendications de la population.
Ces deux dernières semaines ont confirmé la thèse de la refondation exposée à Sainte-Suzanne par Élie Hoarau et Paul Vergès. Car notre peuple a besoin d’un parti plus fort que jamais pour mener à bien les profonds changements qui mettront fin aux injustices que nous connaissons.

M.M.


Kanalreunion.com