Actualités

Super : +7 cts et Gazole : +6 cts

Nouvelle augmentation des profits des compagnies pétrolières

Manuel Marchal / 17 avril 2010

Alors que les prix hors taxes des produits pétroliers sont déjà bien plus élevés qu’en France, de 18% et de 27% respectivement pour le gazole et le super, l’administration a décidé d’accorder aux compagnies pétrolières une hausse de leurs marges. Cette augmentation aura des répercussions dans tous les secteurs.

Trois semaines après les élections, les compagnies pétrolières qui opèrent à La Réunion viennent d’apprendre deux bonnes nouvelles. C’est tout d’abord l’annonce par Didier Robert de sa volonté de supprimer le tram train et de réutiliser les crédits vers une hypothétique route du littoral à six (!) voies.
À la différence des automobiles, le tram train roule à l’électricité. C’est donc un moyen de transport qui n’a pas besoin de recourir à l’énergie importée par les compagnies pétrolières. La décision du nouveau président de la Région d’accentuer le développement du tout automobile à La Réunion est donc une décision qui bénéficie en premier lieu aux compagnies pétrolières.
Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, les pétroliers ont finalement réussi à obtenir du préfet une augmentation des prix des carburants. Cette hausse a un résultat concret : elle augmente les bénéfices des compagnies pétrolières.
Elle a aussi des répercussions sur le pouvoir d’achat de tous les Réunionnais, puisque toutes les marchandises sont transportées sur des camions.
Ce lien entre hausse des prix des carburants et hausse de prix se vérifie en effet. Quand le COSPAR et la population avaient obtenu de l’administration une baisse immédiate et sans condition des produits pétroliers, à laquelle s’ajoutaient des baisses de prix sur des produits de grande consommation, le niveau de l’inflation dans l’alimentation n’a cessé de baisser. Mais la tendance s’est brutalement inversée en septembre dernier quand le représentant de l’État a décidé de céder aux compagnies pétrolières. Cette hausse allait être le point de départ de la relance de l’inflation à La Réunion.
Sept mois plus tard, c’est la troisième augmentation consécutive. Elle fait revenir le niveau des prix à ce qu’il était avant les grandes mobilisations de la population. Mais la différence entre ces deux périodes, c’est que depuis l’an dernier, le nombre de demandeur d’emploi a augmenté de plus de 20%. Le résultat est un appauvrissement de la population, qui est durement touchée par cette hausse des prix des carburants qui ne profite qu’aux intérêts privés de quelques succursales implantées à La Réunion.

M.M.


Les nouveaux prix des carburants

Voici le communiqué de la Préfecture précisant les arguments avancés pour justifier la hausse des prix des carburants.

« Les cours mondiaux du pétrole ont enregistré des hausses continues depuis plusieurs mois.
Ces hausses sont amplifiées par la dépréciation de l’euro par rapport au dollar. L’écart constaté aujourd’hui à La Réunion entre les prix réels, quelles que soient les modalités de calcul retenues, et les prix de vente actuels aux consommateurs rend insoutenable le maintien du statu quo sauf à prendre la responsabilité d’une hausse trop importante pour ces mêmes consommateurs dans les semaines à venir.
C’est pourquoi et après avoir entendu longuement l’ensemble des membres de l’Observatoire des prix et des revenus réuni ce matin, le préfet a décidé de fixer les prix des hydrocarburants, à compter de demain samedi 17 avril 0H00, comme suit :

Nouveau prix à compter du 17 avril 2010 Ancien prix
Super carburant 1,36 euro/litre 1,29 euro/litre
Gazole 1,04 euro/litre 0,98 euro/litre
Fioul domestique 0,66 euro/ litre 0,60 euro/litre
Pétrole lampant 0,66 euro/litre 0,60 euro/litre
Super carburant pêche 0,66 euro/litre 0,60 euro/litre
Gazole pêche 0,64 euro/litre 0,58 euro/litre
Bouteille de gaz 18,50 euros 18 euros

Ces hausses restent raisonnables afin de ne pas pénaliser les ménages, les professionnels de la route et plus globalement les acteurs de l’économie réunionnaise.
C’est ainsi que pour la bouteille de gaz, une application mathématique du prix réel de la bouteille aurait conduit à un prix de 20 euros. De même, si les prix réels avaient été appliqués, que ce soit en application de l’ancienne structure des prix ou de la structure corrigée à la suite du rapport de l’Inspection générale des finances, le prix du super aurait été de 1,44 ou 1,41 ; celui du gazole de 1,07 ou 1,05.
Le préfet réunira à nouveau l’Observatoire des prix et des revenus en juin prochain afin de tirer les conséquences de la situation internationale ».


Kanalreunion.com