Actualités

Suppression de la sur-rémunération : accord entre PS et les Républicains

Les écrits sont clairs

Manuel Marchal / 7 avril 2016

La proposition de l’épargne est pour le moment la seule alternative à la suppression de la sur-rémunération sur laquelle les deux partis qui se succèdent au pouvoir en France sont d’accord.

JPEG - 54.9 ko
En haut, les propositions du rapport Lurel qui sert de base à la future loi d’orientation. En bas, un extrait du programme économique pour la présidentielle du parti les Républicains.

Les documents reproduits ci-dessus sont des extraits d’écrits publiés le mois dernier par des membres du Parti socialiste et du parti les Républicains.

Le premier présente des recommandations formulées par Victorin Lurel dans un rapport présenté voici deux semaines au Premier ministre. C’est une remise en cause de la sur-rémunération. Il est ainsi écrit que le but poursuivi est de réduire les inégalités internes et d’affecter la sur-rémunération au budget de l’État pour financer des actions dans les collectivités concernées par la suppression de la sur-rémunération.

Juste en dessous, une autre recommandation demande la suppression de l’abattement de 30 % sur l’impôt sur le revenu accordé aux contribuables d’outre-mer.

L’application de ces deux mesures est un prélèvement d’un milliard d’euros par an sur les bénéficiaires de ces mesures rien qu’à La Réunion.

Manuel Valls a annoncé que ce rapport ne restera pas dans un tiroir. Ces propositions inspireront une loi d’orientation qui devra être votée d’ici la fin de l’année. Elle fixera l’avenir de La Réunion pour 25 ans. Le débat parlementaire devrait commencer d’ici 3 à 6 mois.

Le second document est un extrait du programme économique des Républicains pour l’élection présidentielle. Présenté le 30 mars dernier par Nicolas Sarkozy, il demande la suppression de la sur-rémunération et chiffre l’économie dégagée. Cette somme sera réintégrée dans le budget de l’État, dans le cadre d’un vaste plan d’austérité prévoyant notamment la suppression de 300.000 postes de fonctionnaire pour réaliser 7 milliards d’économie.

Ces deux documents montrent un accord sur le fond entre le PS et les Républicains : ils veulent supprimer la sur-rémunération. Lors de la prochaine élection présidentielle en 2017, deux cas de figure sont possibles. En cas de victoire d’un candidat socialiste, alors les propositions du rapport Lurel s’appliqueront, car elles se retrouveront dans la loi d’orientation que le Parlement aura adopté. Si c’est un candidat du parti les Républicains qui l’emporte, alors il mettra en œuvre le programme économique de son parti qui prévoit la suppression de la sur-rémunération.

Dans un cas comme dans l’autre, la prime égale à 53 % du salaire versée aux fonctionnaires titulaires est clairement menacée par des écrits.

Mercredi, Paul Vergès avait rappelé l’urgence de se mobiliser pour empêcher que les fonctionnaires subissent une baisse de leur salaire. Il avait rappelé la proposition de l’épargne, qui vise à préserver le revenu des fonctionnaires, tout en permettant aux investissements de bénéficier de la sur-rémunération. C’est pour le moment la seule alternative à la suppression de la sur-rémunération sur laquelle les deux partis qui se succèdent au pouvoir en France sont d’accord.

M.M.


Kanalreunion.com