Actualités

Sur-rémunération : la ministre et les élus ne peuvent rester silencieux

Conférence de presse du PCR

Manuel Marchal / 24 avril 2015

Mercredi, le premier président de la Cour des comptes a évoqué de nouveau la refonte de la sur-rémunération. Rien n’est prévu sur ce sujet dans la visite de la ministre des Outre-mer. Pour la direction du PCR, Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel sont revenus hier en conférence de presse sur cette étonnante décision.

JPEG - 71.7 ko
Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel

Maurice Gironcel revient sur un autre problème oublié par le programme de la ministre. C’est la sur-rémunération. « La déclaration de Didier Migaud devrait interpeller les acteurs locaux et la ministre ». Le secrétaire général du PCR cite d’abord un extrait du discours tenu par le premier président de la Cour des comptes à l’audience solennelle de la Chambre régionale des comptes la veille.

Évoquant l’insertion sur la refonte de la sur-rémunération dans le dernier rapport de la Cour des comptes, Didier Migaud avait dit « la Cour ne préconise pas de réaliser des économies au détriment de l’outre-mer mais d’assurer une meilleure efficacité des moyens qui lui sont consacrés » 

Puis interrogé à la télévision, il a déclaré que la proposition de refonte de la sur-rémunération vise à redéployer sous forme de crédit de salaire des sommes versées par l’État.

La ministre et les élus doivent se positionner sur des tels propos, affirme Maurice Gironcel. Il rappelle que le PCR prône sur cette question la plus large concertation entre Réunionnais afin de proposer ici des solutions. Sur la question des revenus et de la sur-rémunération, le PCR a lui-même déjà fait des propositions. Il s’agit notamment, en référence au rapport de la Cour des comptes, de demander une hausse de 6 % des bas revenus à La Réunion. Ces 6 % correspondent à l’évaluation du surcoût de la vie à La Réunion par rapport à la France, selon la publication de la Cour des comptes.
Maurice Gironcel souligne un changement de taille. Quand en 1992, le ministre de Peretti avait posé le problème de la sur-rémunération, 20.000 personnes étaient dans la rue à La Réunion, et des manifestants avaient occupé des locaux.

Aujourd’hui, le premier président de la Cour des comptes fait une déclaration préconisant la refonte du système des compléments de salaire des fonctionnaires outre-mer, dans le droit fil du rapport Vergoz demandant une remise à plat de ce même système, et c’est « zorey cochon dan marmit poi ».

Devant un silence aussi assourdissant, Maurice Gironcel interroge : « soit les acteurs économiques et sociaux sont résignés et font la politique de l’autruche. Ou ils n’y croient pas, c’est encore plus grave », car qui peut se permettre de remettre en cause la parole d’un premier président de Cour des comptes.

« Il faut absolument que tous les élus et syndicats s’expriment », poursuit Maurice Gironcel. D’autant plus qu’il y avait la veille des absents à la venue du premier président de la Cour des comptes, en particulier les présidents de la Région et du Conseil départemental.


Kanalreunion.com