Actualités

Tram-train : Mobilisation de l’Intersyndicale à la Région

Contre une décision qui porte un coup fatal au BTP

Témoignages.re / 1er juin 2010

Le projet tram-train semble bel et bien enterré. Le Conseil régional annonce unilatéralement la fin du contrat avec Tram’tiss. Les Réunionnais n’ont pas fini de payer les caprices de Didier Robert. D’ores et déjà, ce sont plus de deux milliards qui sont perdus car la décision signifie la perte du tram-train, le report du chantier de la Route du littoral et un coup fatal porté au BTP. Retour sur une journée de mobilisation devant la Région à l’appel de l’Intersyndicale.

Près de 200 professionnels du BTP, des terrassiers et des transporteurs s’étaient réunis devant la pyramide inversée en attendant la réponse de la collectivité sur l’avenir du projet tram-train. « Un projet fondamental », selon les termes de Jacky Balmine, secrétaire général à la CGTR BTP. L’intersyndicale a pu rappeler son attachement à ce chantier lors d’une rencontre avec Jean-Louis Lagourgue, 1er vice-président au Conseil régional. Didier Robert était absent de cette rencontre puisqu’il se trouve actuellement à Nice dans le cadre du sommet France Afrique qui se tient ce lundi 31 mai et mardi 1er juin.
Ils lui ont remis à cette occasion une motion dans laquelle ils demandent, d’une part, la « prolongation de 3 mois du délai pour la négociation de la dotation ferroviaire », comme il est prévu dans la clause du contrat liant la collectivité locale à Tram’Tiss. Ils souhaitent d’autre part la tenue d’une table ronde en présence des représentants du Conseil régional, des anciens élus de la majorité régionale et des représentants du groupement chargé du projet. « Nous voulons qu’on nous explique ce qui empêche le lancement du chantier », indique Jacky Balmine. « Et qu’on nous dise quels seront les chantiers mis en place immédiatement pour remplacer ce manque à gagner », poursuit-il. Une demande accueillie favorablement par le 1er vice-président. Aucune date n’a encore été fixée.
Puis ce sont les représentants de Tram’Tiss qui ont été accueillis par Jean-Louis Lagourgue et David Lorion, 3ème vice-président au Conseil régional, chargé de l’aménagement. Il leur a été simplement signifié qu’un courrier leur sera adressé « après 20 heures » sur la poursuite ou non du projet. « Nous sommes confiants mais quand même très inquiets. Des informations préoccupantes ont déjà filtré dans la presse » a commenté Inouck Moncorgé, président à Tram’Tiss, à l’issue de sa rencontre avec les deux vice-présidents.
Suite à cette annonce, l’intersyndicale du BTP a de nouveau demandé une audience à Jean-Louis Lagourgue « afin d’obtenir des précisions ». Après 1 heure et demie de discussions, les représentants syndicaux sont sortis sans être plus informés qu’à leur entrée. « Le 1er vice-président nous a répondu qu’il était juridiquement impossible de nous donner des précisions avant 20 heures », indique Jacky Balmine. « Nous attendrons donc 20 heures comme prévu », a-t-il ajouté. « Désormais, nous sommes dans un combat de l’après 31 mai », a-t-il précisé en rappelant le souhait de l’Intersyndicale de la mise en place d’une table ronde « d’urgence ». Il espère la tenue de cette table ronde « dans un mois maximum ». À l’issue de cette réunion, le représentant de la CGTR a appelé les manifestants présents à se disperser. La dispersion s’est faite dans le calme. Et Hermann Elise, qui campait devant la Région depuis le vendredi 28 mai, a également retiré ses camions.

 Texte et photos Imaz Press Réunion


« Jusqu’où ira-t-on ? »

Faisant allusion aux différents chantiers arrêtés pur cause de changement de majorité communale ou régionale, Jean-Marie Le Bourvellec, président de la FRBTP (Fédération réunionnaise du BTP), a pour sa part noté « nous avons déjà perdu le Pôle océan, le Zénith, la rocade du Tampon et la Maison des civilisations. Jusqu’où ira-t-on ? ». Il est venu devant le Conseil régional en compagnie d’une délégation de la FRBTP.


Kanalreunion.com