Actualités

Travaux de la Région pour les routes et déplacements

Témoignages.re / 3 novembre 2009

Déviation de Saint-Joseph
La déviation de Saint-Joseph est constituée de trois phases, se référant à trois sections différentes. Pour la première section, comprise entre la RD 33 et la rue du maréchal Leclerc, un arrêté de cessibilité des terrains a été pris en juin 2009. Il s’agit maintenant de permettre l’acquisition des terrains pour réaliser la 2e section, comprise entre la RN 2 actuelle (côté Manapany) et la rue maréchal Leclerc.
C’est dans cette optique que les élus de la Commission permanente de la Région ont décidé d’engager une procédure d’enquête parcellaire et d’effectuer les actes d’acquisition foncière, conformes à l’avis des domaines. Le coût pour l’acquisition du foncier pour cette déviation de Saint-Joseph est de 19 millions d’euros (dont 9,2 millions d’euros pour cette 2e section).

RN 2 Saint-François / Sainte-Anne
Les élus de la Commission permanente ont autorisé le lancement des enquêtes préalables à la déclaration d’utilité publique concernant la requalification de la RN 2, pour la portion comprise entre Saint-François et Sainte-Anne (commune de Saint-Benoît). Cette portion de route doit en effet être aménagée, à cause de l’urbanisation rapide de l’agglomération de Saint-François (notamment le long du chemin du Cap), des difficultés de circulation au carrefour de la RN 2 et du chemin du Cap, de la construction du lycée situé à l’entrée de Sainte-Anne.
Le projet proposé doit assurer la fluidité et la sécurité de la zone interurbaine entre les deux carrefours d’entrée des deux agglomérations avec séparation de la circulation des modes doux et actifs (piétons, cyclistes) en site propre, engendrant la réalisation d’une passerelle sur la ravine Sainte-Marguerite.
Les autres aménagements proposés concernent la construction d’un giratoire à l’entrée de la ville de Sainte-Anne pour desservir la future voie d’accès qui doit mener au lycée (ouvert à la rentrée 2010), un parc de stationnement en face de l’oratoire de la grotte de Lourdes, et la mise d’une route à deux fois une voie de circulation pour les automobilistes, plus des accotements.
Ce projet est compatible avec les documents d’urbanisme existant (SAR, SCOT de la CIREST, PLU de Saint-Benoît), et conforme aux autres SDAGE et PPRI. En outre, les impacts du projet sur l’environnement ont été identifiés, que ce soit en phase de travaux ou de manière permanente (à l’issue du chantier). D’où les mesures compensatrices et réductrices prises par la Région sur les milieux aquatique, naturel, humain et paysager (pour un coût total de 855.000 euros). Cette opération, lancée par la Région en mai 2006, est estimée à 5,4 millions d’euros. Elle sera réalisée en 4 phases distinctes et permettra de réceptionner le giratoire avant l’ouverture du lycée.

PDASR
Le Programme départemental d’actions de sécurité routière (PDASR) a pour objectif de faire baisser le nombre de tués sur les routes. A La Réunion, la baisse du nombre de tués sur les routes est passé de 72 en 2007 à 51 à 2008 (soit une baisse de 29%). Le programme est composé de 173 actions, essentiellement à destination des jeunes, des conducteurs de deux roues, et porte notamment sur les méfaits de la consommation d’alcool. Il est financé par l’Etat, la Région et le Département, à parts égales. La Région apporte ainsi son concours financier directement aux différents porteurs de projets.

Route des Tamarins
Ouverte à la circulation depuis le 23 juin dernier, la route des Tamarins a considérablement modifié et amélioré la vie de bon nombre d’automobilistes. Le coût du projet est stabilisé à 1,146 milliard d’euros, incluant une participation de l’Europe de 190 millions d’euros.
Sans remettre en cause le coût final de l’opération, il est nécessaire de mettre en place une autorisation de programme supplémentaire de 12 millions d’euros au titre de l’année 2009, pour pouvoir mener jusqu’à terme la gestion comptable de l’opération, en évitant tout retard de paiement susceptible de pénaliser la Région. En effet, au regard de la durée du chantier et du nombre importants de marchés, il convient notamment de réajuster les prévisions effectuées en matière de révisions des prix sur certains marchés dont le taux d’inflation a dépassé les 11% (maintenu sur les 3 derniers mois) en 2008.
Par ailleurs, la mise en place de cette autorisation de programme supplémentaire facilitera la gestion des opérations de solde (clôture administrative au fur et à mesure des marchés) et la prise en compte des recettes émanant des communes au titre des travaux réalisés par la Région pour leur compte (5 millions d’euros). Les crédits de paiement disponibles (55 millions) s’avèrent par ailleurs suffisants pour terminer l’année. Il s’agit donc là d’une opération purement et simplement comptable, ne modifiant en rien le coût du projet.

(à suivre)


Kanalreunion.com