Actualités

« Trouver de nouvelles solutions pour le développement de La Réunion »

Elie Hoarau, secrétaire général du PCR

Témoignages.re / 6 décembre 2010

Réélu à l’issue du 7ème Congrès à la responsabilité de secrétaire général du PCR, Élie Hoarau a prononcé un discours décrivant les perspectives offertes après ce grand rendez-vous. Voici quelques extraits de son discours.

Je salue l’assiduité, et le travail réalisé pendant ces trois jours. Remercie les organisateurs du congrès. Cela fait 5 mois que nous préparons ce congrès, de nombreuses réunions, et assemblées, aujourd’hui encore, nos discussions ont fait avancer le parti.
On doit retenir la gravité de la situation à La Réunion, non seulement sur le plan social, mais aussi sur le chômage, logement, illettrisme, pauvreté, et tout cela risque de remettre en cause la cohésion de notre société. C’est dans ces conditions que certains n’hésitent pas à intégrer des éléments de division. On ne peut pas accepter des propos d’un professeur qui insulte les Réunionnais. Il est aussi inacceptable qu’un organisme officiel commande une étude dans laquelle il stigmatise nos frères et sœurs cafres et cafrines.

« Nous sommes dans l’impasse »

On a une situation sociale difficile, ce n’est pas le moment d’introduire des éléments de haine et de division entre nous. Dans le BTP, les entreprises ferment par dizaines, déposent le bilan. Une filière promise à un bel avenir, le photovoltaïque, vient de subir un arrêt à cause de la remise en cause de la défiscalisation. Pire, cette situation va s’aggraver, ce n’est pas la politique du gouvernement qui va inverser quelque chose. Fillon et Sarkozy vont poursuivre leur politique de rigueur et d’austérité pendant les trois prochaines années. Il ne faut pas compter sur la Région, qui n’est pas un recours à cette situation, car ses dirigeants actuels ont mis fin aux grands investissements, qui étaient pourvoyeurs d’emplois et de revenus. De même, l’Europe provoque plus interrogation que d’espoir. Car les rendez-vous de 2013, pour les planteurs de cannes et les producteurs concernés par les APE, vont peser sur l’avenir de La Réunion.
Face à cette situation, l’analyse que nous faisons est de dire que les recettes qui ont été utilisées jusqu’à présent par les différents gouvernements ne sont plus opérantes, nous sommes dans l’impasse.

Que faire ? Il n’est pas facile de répondre à cette question, mais on peut dire que, d’abord et sans hésiter, il faut que l’on se batte pour défendre les plus démunis. Nous avons des réponses face à l’urgence sociale dans notre document de travail. Des propositions existent également pour développement durable de La Réunion, il y a des potentialités. Ce sont les énergies nouvelles, les professions de santé, le développement du secteur marchand dans tous ses domaines.
Cela nécessite une politique cohérente des revenus, de la fiscalité locale. C’est une politique nouvelle, à laquelle il faut trouver des voies nouvelles : harmonisation des revenus, fiscalité, mais quelle gouvernance ?
Pas celle que veut Nicolas Sarkozy, avec la modification des collectivités territoriales, il faut autre chose. Il faut que l’on trouve d’autres solutions. Car les recettes appliquées jusqu’à présent sont arrivées à leur terme, il faut trouver de nouvelles solutions pour le développement de La Réunion.

La nécessité du rassemblement

Dans le document de travail, il y a des propositions qui peuvent être appliquées, mais elles sont une contribution pour la recherche d’un programme, avec d’autres. Car il n’y a pas d’autre voie possible que de se concerter entre Réunionnais pour trouver ensemble la réponse aux difficultés.
Ce congrès ouvre la voie pour élargir, chercher des alliances nouvelles, pour aller vers un projet partagé, sur la base duquel nous allons ensemble à la conquête de l’opinion réunionnaise, pour affronter ensemble les prochaines échéances électorales.
L’objectif, c’est de mettre fin à la politique désastreuse du gouvernement actuel, et cela avec tous ceux et celles qui ont le même objectif que nous, mettre fin à cette politique désastreuse pour promouvoir à La Réunion, et en France, une politique de développement durable et solidaire.
Il faut que nous soyons un parti fort et uni, nous devons réunir toutes les conditions pour s’atteler à ce travail, et pour la victoire.

La responsabilité de la jeunesse

Il y a eu les luttes communistes depuis plus de 60 ans, à chaque étape de notre histoire. Les communistes ont su apporter la juste solution aux problèmes du moment. C’est une situation nouvelle, qui n’a rien à voir avec celle de 1946, où il fallait mettre fin au régime colonial. Elle n’est pas comme en 1954, où il fallait se battre pour la survie des planteurs, ou comme en 1988, où nous avons mené bataille pour l’égalité. Aujourd’hui, la question est de savoir si nous allons être à la hauteur de cette nouvelle période.
Les jeunes, qui viennent accéder aux responsabilités — nous avons élu 21 camarades hommes et femmes moins de 40 ans —, c’est sur eux et elles que porte cette responsabilité de trouver des solutions. Il ne faut pas sous-estimer l’importance de cette responsabilité. Si nous abordons ce rendez-vous avec le même sérieux et la même détermination que pour ce 7ème congrès, nous pouvons dire que l’espoir est permis pour l’avenir. Continuons dans la voie que l’on a ouverte à ce 7ème congrès.


Kanalreunion.com