Actualités

Un appel à élever le débat

Examen des orientations budgétaires 2010 de la Région

Geoffroy Géraud-Legros / 23 décembre 2009

De retour de Copenhague, le Président de la Région a souligné la capacité des Réunionnais à faire face aux immenses défis qui les attendent. Hier, les conseillers régionaux débattaient de plusieurs dossiers, dont les orientations budgétaires de la collectivité.

Dès le commencement de son intervention, le Président du Conseil régional a souligné la difficulté que constituait la définition des orientations budgétaires dans la conjoncture actuelle, marquée par la nécessité de poursuivre les grands projets en cours, d’anticiper ceux de demain… tout en faisant face à une réduction des recettes.

« Ignorance et malveillance sont toutes deux malvenues »

Après des débats scandés par des interventions particulièrement caricaturales de Thierry Sam-Chit-Chong et de Paulet Payet, Paul Vergès a brièvement évoqué certaines critiques régulièrement opposées à la politique de développement menée par la Région Réunion.
Le chef de l’exécutif régional s’est particulièrement étonné de la manière dont les adversaires du Tram-train opposent systématiquement ce grand projet à celui de l’extension de la Route du Littoral. Il a donc rappelé le rôle central de la majorité actuelle dans la négociation du Protocole de Matignon, essentiel dans la conceptualisation et le financement de ce grand projet. Le Président de la Région a aussi rappelé que la collectivité qu’il dirige n’a obtenu que très récemment le transfert de compétence pour la réalisation d’un ouvrage public de ce type… ne disposant auparavant que de la compétence pour mener des études. « Y a-t-il là ignorance ? Malveillance ? Elles sont tous deux inacceptables », a souligné Paul Vergès, en rappelant à leur responsabilité certains conseillers régionaux prompts à s’embourber dans d’inutiles querelles partisanes.

Les deux mondes

Celles-ci sont particulièrement déplacées, a-t-il rappelé, face au tableau qu’offre la société réunionnaise, que la faille toujours grandissante de la pauvreté sépare plus que jamais en « deux mondes ». Quelle est la visibilité, quels sont les droits des 52% de la population que leurs revenus situent en dessous du seuil de pauvreté, s’est demandé en substance le Président de la Région, évoquant une situation qui évolue de plus en plus vers un véritable « apartheid social ». La résolution de ces problèmes est d’autant plus urgente, a-t-il rappelé, que « les progrès de La Réunion de l’excellence accroissent objectivement » le fossé entre les deux mondes qui coexistent sans se voir dans notre pays. Verrons-nous l’avènement d’une Réunion d’un million d’habitants… dont la moitié seront abandonnés à leur sort ? Pour Paul Vergès, ce défi doit être relevé ici et maintenant, et d’abord par l’accomplissement des grands travaux créateurs de richesses et d’emploi. Le Tram-train est bien entendu un élément central de ce combat contre la pauvreté. Le Président de la Région a précisé que ce grand chantier réunionnais démarrerait prochainement, avant celui de la Route du Littoral, qui nécessite encore des études.

Autant d’espoir que d’inquiétude

Face à la gravité de la situation, Paul Vergès a souligné les atouts dont disposent les Réunionnais. L’expertise réunionnaise dans le domaine du développement durable vient ainsi de recevoir une nouvelle reconnaissance au sommet de la République : le Président de la Région, qui est aussi dirigeant de l’ONERC, a ainsi confirmé la proposition de nomination au poste de chargé de l’adaptation des normes aux effets du réchauffement climatique que lui a soumise le Gouvernement.
Le modèle de développement durable qui s’élabore à La Réunion a trouvé un écho au niveau mondial lors du sommet de Copenhague, où la délégation de notre pays a pu rencontrer le Président du GIEC, le Prix nobel Rajendra Pachaury. Ce dernier a salué la voie « exemplaire » réunionnaise vers le développement durable, et a annoncé sa visite prochaine dans notre île.
Quelle que puisse être l’avance de notre pays sur la voie du développement durable, ces progrès ne règleront rien sans une solution véritable au problème de la pauvreté, a rappelé le Président de la Région. C’est sur un ton volontariste que le Chef de l’exécutif régional a conclu la réunion de l’Assemblée plénière : devant les grands défis qu’elle devra affronter au cours des années décisives à venir, La Réunion n’est pas désarmée, et l’avenir est porteur « d’autant d’espoir que d’inquiétude ». Il appartient maintenant aux Réunionnais d’élever le débat et leurs ambitions, afin de faire face à leur destin.

Geoffroy Géraud


Kanalreunion.com