Actualités

« Un avenir exaltant s’ouvre pour les jeunes qui lèvent… »

Paul Vergès, samedi soir au Tampon…

YVDE / 22 février 2010

Samedi soir au Tampon, les organisateurs avaient vu un peu petit. De nombreuses personnes ont dû rester en dehors de la salle. Un meeting où Paul Vergès a parlé de l’avenir proche avec la création d’emplois immédiats sur les chantiers du Tram-Train, de la route littorale, de la MCUR et de bien d’autres… Mais aussi d’un avenir plus lointain avec l’autonomie énergétique à l’horizon 2030 et l’autonomie alimentaire. « Nous serons le premier territoire du monde répondant au protocole de Kyoto en nous appuyant sur l’intelligence des Réunionnais. C’est un avenir exaltant qui s’ouvre pour les jeunes qui lèvent ».

« On ne pourra pas développer le pays si la misère augmente. Il y a urgence à regrouper tout le monde pour régler les problèmes sociaux et nous en avons les moyens. Nous devons passer un accord ensemble et nous, nous ferons notre part de travail pour résoudre ces problèmes là », a déclaré Paul Vergès, samedi soir au Tampon, après avoir précisé les champs de compétences de chacune des collectivités : Conseil régional, Conseil général, Municipalités….
Ces problèmes, ce sont ceux de la démographie (un million d’habitants en 2025), du logement social pour lequel le gouvernement ne donne pas les moyens, et de l’emploi. Et de ce point de vue, Paul Vergès a avancé des solutions originales dans les domaines du traitement des déchets ou des eaux usées. Au-delà des grands chantiers, et notamment de celui du Tram-train qui créera très vite 4.000 emplois.
Il a noté que la Région avait construit 60 kilomètres de route nouvelle à 4 voies (route des Tamarins, déviation de Grands-Bois, boulevard Sud, voie de contournement de Saint-Joseph…) — « jamais personne n’en a fait autant » —, mais que l’on ne pouvait pas continuellement poursuivre « la course entre les routes à construire et le nombre de véhicules qui ne cesse d‘augmenter. C’est pourquoi il est urgent d’aménager le Tram-train entre Saint-Benoît et Saint-Joseph. C’est la seule solution ». D’autant qu’avec le protocole de Matignon, signé par le Premier ministre de l’époque, puis par le ministre de l’Intérieur devenu Président de la république, nous disposons de trois milliards d’euros partagés entre le Tram-train et la route littorale.

Des emplois immédiats

Des projets prêts à être mis en œuvre et qui ne touchent pas seulement au problème des déplacements. « C’est aussi du travail », a précisé le leader de l’Alliance qui n’a pas manqué de souligner que « nous étions les seuls à avoir obtenu cela. Cet engagement de financement, c’est un trésor pour nous ». Comme pour la situation sociale, « il faut dire la vérité aux Réunionnais ». Et la vérité, c’est que les seules propositions de nos adversaires, « c’est de casser nos projets. Pour les remplacer par quoi ? Pour les grands équipements il faut des années d’études. Plus de quatre ans (durée du prochain mandat de Conseil régional). Ils mentent aux gens. Pourquoi mentir ? »
Et puis, il y a la question des énergies renouvelables. « Nous serons le premier territoire du monde répondant au protocole de Kyoto en nous appuyant sur l’intelligence des Réunionnais. C’est un avenir exaltant qui s’ouvre pour les jeunes qui lèvent. Ils pourront dire qu’ils ont pris en charge une Réunion au plus bas et qu’ils en ont fait un exemple ». Répondre au protocole de Kyoto c’est, « même si aujourd’hui les prix du pétrole sont au plus bas, ne pas enrichir les pétroliers en économisant 500 millions par an que nous pourrons mettre dans le développement ».
Paul Vergès s’est aussi félicité de la décision de la commission d’enquête publique sur la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR) qui « ne comporte aucune condition suspensive ». La MCUR se fera. « Nous allons ériger un bâtiment pour La Réunion, pour les travailleurs… Le chantier ouvrira en 2011 ».

Travailler pour La Réunion

Le Tram-train, la route littorale, la MCUR, d’autres encore... « Nous ouvrons des chantiers et notre adversaire ferme la rocade. C’est la suite d’un travail commencé en 1998. Nous allons le terminer pour faire triompher La Réunion avec une union autour d’un programme », a déclaré Paul Vergès. Lequel a souligné la diversité de la liste — « nous n’avons pas demandé si les hommes et les femmes qui composent la liste avaient leur carte au Parti. C’est la réunion des compétences et nous les remercions toutes et tous car ils ont enrichi notre programme ». Des hommes et des femmes qui ne cumulent pas les mandats et qui auront pour tâche « de franchir une nouvelle étape pour développer La Réunion, sans attendre la solidarité nationale car nous allons créer de la richesse, de la plus-value, des emplois pour les Réunionnais. Et il n’y aura plus un ministre pour parler d’assistanat ».
Et il conclut, après avoir souligné que si tout le monde dit que nous allons gagner, il nous faut mobiliser pour aller voter le 14 mars prochain. « Ce que nous allons réaliser dans les quatre ans à venir, va bien au-delà du sentiment personnel, car nous allons travailler pour La Réunion ».

YVDE


Zot la di

• Philipe Berne, vice-président de la région chargé de l’aménagement
- « Plus de 100.000 euros de travaux "sucrés".
- « La rocade du Tampon serait aujourd’hui terminée. Didier Robert l’a refusée. Résultat : des embouteillages, des difficultés pour accéder à l’université et une solution repoussée à plusieurs années. La rocade aurait vu passer plusieurs dizaines de milliers de véhicules. Ce qui ne sera pas le cas de la voie de contournement. Va-t-on faire une voie de contournement à 4 voies pour 3.000 véhicules ? D’autant que se posent les questions des terres agricoles et de l’urbanisation le long de cette voie. Ce sont plus de 100.000 euros de travaux qui ont ainsi été "sucrés" et des embouteillages qui se poursuivent. Jean-Jacques Voldy aussi était contre la rocade, par opportunisme politicien et partisan qui n’a rien à voir avec l’aménagement du territoire. Il est navrant de voir Didier Robert promettre la construction du pont de la Rivière Saint-Etienne, alors que tout le monde peut voir que les travaux ont commencé ».


Jean-Pierre Avril, agriculteur

- « Une approche pour donner à La Réunion les meilleures chances de gagner… ».

- « On est en train de ronger le potentiel de production agricole et le Tampon en est l’exemple. Malgré tout, La Réunion conserve un potentiel fort avec une production cannière et alimentaire. Nous avons une seule ambition : que La Réunion produise encore plus et encore mieux (…) La liste conduite par Paul Vergès n’est pas dans une approche partisane, mais dans une approche pour La Réunion, pour lui donner les meilleures chances de gagner ».

Philippe Jean-Pierre, économiste

- « Pour que l’économie soit aussi un outil au service de l’Homme… ».

- « La personne qui voit le plus loin aujourd’hui, c’est bien Paul Vergès. Gouverner, c’est prévoir, c’est voir loin. Il nous faut produire, mais aussi partager. Les enjeux aujourd’hui, c’est l’octroi de mer pour une négociation obligée, la taxe professionnelle qui va faire défaut, les fonds structurels européens qui peuvent être remis en cause, si on ne renouvelle pas nos liens avec l’Europe… Nous devons équiper cette île pour qu’elle puisse faire face aux crises de demain, pour que l’économie ne soit pas seulement une ennemie, mais aussi un outil au service de l’Homme ».

• Brigitte Leperlier, étudiante
- « Oui à l’Alliance des générations… ».

- « Avant de voir ce que peuvent faire pour nous les élus, nous nous sommes demandés ce que nous pouvions faire nous. C’est pourquoi l’Alliance de la jeunesse pour l’emploi et la formation à La Réunion (AJEFR) a élaboré un projet autour de deux axes : une société plus égalitaire et des projets autour de l’idée, “nou lé kapab". Pour cela, il nous fallait nous rassembler autour d’un projet, avec l’AJEFR et maintenant avec l’Alliance. La pratique des autres aboutit à la confiscation des mandats qui empêche les jeunes de s’insérer politiquement. Oui à l’Alliance des compétences ! Oui à l’Alliance des générations ! ».

• Michel Lagourgue, Modem
- « La situation de La Réunion ne permet plus les divisions… ».

- « L’Alliance est la seule liste qui accepte que les Réunionnais soient ensemble pour La Réunion. La situation de La Réunion ne permet plus les divisions. Nous devons être tous ensemble pour bâtir La Réunion. Seul Paul Vergès, respecté et rassembleur, peut discuter avec le gouvernement. Le programme des autres, c’est pas de Tram-train, pas de MCUR… Sinon rien. La preuve, la rocade du Tampon que Didier Robert a arrêtée et dont les Tamponnais et les Réunionnais font les frais ».

• Camille Sudre, Freedom
- « Il faut envoyer à la Région des élus honnêtes et compétents… ».

- « Didier Robert n’a rien dit du "dérapage" de Marie-Luce Penchard, ministre de l’Outremer. Jean-Paul Virapoullé a fait mieux : il a soutenu ses propos. Dans cette île, si il y a la liberté, si il y a l’égalité sociale, ce n’est pas grâce à eux. C’est pourquoi le 14 mars prochain, il faut envoyer à la Région des élus honnêtes et compétents. C’est pourquoi, il faut voter pour l’Alliance et Paul Vergès ».


Kanalreunion.com