Actualités

Un bilan positif

Saint-Paul

Cinthia Fontaine / 10 décembre 2010

A un tiers de sa mandature, l’équipe municipale de la Commune de Saint-Paul et sa maire Huguette Bello présentent le bilan du travail accompli.

« A notre arrivée en 2008, nous trouvons une commune avec une épargne nette négative, des dépenses d’investissements en baisse par rapport aux années précédentes et un niveau important des charges de gestion, une masse salariale et un endettement se situant dans la moyenne des Communes de même strate. Quant au patrimoine communal en général, un grand nombre des équipements étaient complètement à l’abandon et dans un triste état. Par exemple, l’hôtel du Maïdo, le Centre de vacances de l’Ermitage ou encore les écoles, dont un certain nombre n’avaient pas la conformité », rappelle Huguette Bello afin de mieux situer ce bilan.
En 2009, une annulation et une nouvelle tenue des élections font perdre du temps et de l’argent à la Commune.
Depuis son arrivée, il y a deux ans, l’équipe a travaillé sur la base de son programme, de manière à relever un certain nombre de défis dans les grands domaines de compétences de la collectivité.

Des défis relevés

Tout d’abord, au titre de l’Aménagement du territoire, le PLU (Plan local d’urbanisme) totalement obsolète a été revu et corrigé en concertation avec les élus et partenaires concernés, et devrait être arrêté dans le courant du premier semestre 2011.
Pour le logement et la politique foncière, l’équipe a opté pour une action multiforme. Elle a, d’une part, relancé les opérations existantes et, d’autre part, procédé au diagnostic des lotissements communaux (avec des régularisations foncières, l’identification de terrains pour du logement et la mise aux normes des réseaux et voiries). Enfin, elle a lancé de nouvelles opérations (Vert Lagon, Marie Caze, Bellemène/Macabit et Mon Repos).
Dans le domaine économique, il y a d’abord la relance de la dynamique sur la zone d’activités de Cambaie et le lancement des appels à candidatures sur les parcelles libres. En collaboration avec la SEDRE, la redéfinition d’un programme et d’un schéma d’aménagement sur une partie de Cambaie, en partenariat avec les propriétaires, est engagée. Enfin, de nouvelles zones d’activités vont émerger (Éperon, Saline, Guillaume, Cambaie–rue Henri Cornu). La rénovation du centre-ville et un travail avec les commerçants pour un meilleur encadrement des animations et braderies engage une redynamisation du centre-ville.
Des actions de dynamisation pour les marchés forains existants ont été menées, ainsi que l’accompagnement du marché nocturne du front de mer de Saint-Paul. Le marché de La Saline va être déplacé afin de l’étendre et le sécuriser. Un marché aux fleurs et artisanat pays va être lancé sur le Mail de Rodrigues.

Le tourisme, un atout de la Commune

Une redynamisation du tourisme et de la zone balnéaire est également déployée, avec un engagement partenarial sur la zone balnéaire (IRT, SEM TAMARUN, Office du Tourisme) devant aboutir, dès 2011, à la signature d’un Contrat de ville balnéaire. Cette démarche est mise en place dans le cadre d’un échange participatif avec les riverains, les associations, les acteurs professionnels de la zone balnéaire.
Depuis 2009 a été procédée l’ouverture d’une aire d’accueil pour le camping avec à terme la construction d’un camping 3 étoiles. « Notre volonté de développement touristique n’oublie pas les Hauts. Ainsi, nous avons d’ores et déjà engagé une démarche visant à l’élaboration d’un schéma d’aménagement et de développement pour Mafate, souligne Huguette Bello. En partenariat avec l’Office national des forêts (ONF), nous projetons de réaliser une Maison de la Forêt sur les Hauts de Saint-Paul ; de lancer un schéma d’aménagement autour du Parc hôtel du Maïdo, en partenariat avec le TCO et le tissu associatif du Bourg ».

Une véritable politique jeunesse

De 2008 à 2010, les centres de loisirs sans hébergement ont vu leur fréquentation augmenter de 23% avec plus de 4.000 enfants concernés en 2010, cela en budget constant. Le "Caravane Tour" où l’augmentation de la fréquentation est de 300%. Quant à l’animation périscolaire, la fréquentation a augmenté de 37,42%.
La Commune a fait de l’Enfance et la Petite enfance une de ses priorités, 140 places en micro-crèches sur les 240 prévues ont été créées. Le 1er Congrès de la Petite enfance sur notre territoire a largement dépassé le cadre communal. La mise en place d’un plan natation (les élèves quitteront le premier degré en sachant nager) ; des sorties pédagogiques, accompagnement des classes de découverte ; l’équipement informatique de nos écoles (500 postes remplacés entre 2008 et 2010) ; l’école numérique rurale (installations de tableaux numériques dans 3 écoles de Mafate, Ermitage les Hauts et Palmiste complètent le dispositif).
Enfin, un plan de réhabilitation sur les bâtiments scolaires, avec par exemple des travaux réalisés de réfection de toiture, de construction de préaux et de réhabilitation de réfectoires et de cuisines, est mis en œuvre.

Culture et sport à l’honneur

Dans le domaine de la Culture, ces 2 ans ont vu la réhabilitation de la médiathèque, toujours en cours, l’acquisition de 2 médias bus (mises en service en 2011) et le lancement du projet de construction d’une nouvelle médiathèque de plus de 3.000 mètres carrés, dont le coût prévisionnel est d’environ 14 millions d’euros. La Mairie a soutenu les Journées du Patrimoine qui ont chaque année plus de succès, le 20 Décembre à Villèle, le Festival TAM-TAM, le Festival du Film. Un circuit de découverte patrimoniale a été mis en place avec le ti train Rosalie. Elle a relancé l’activité autour de l’Espace culturel Leconte de Lisle, dotant la Commune d’un véritable lieu culturel. La rénovation du patrimoine architectural jusque-là laissé à l’abandon est en projet. Enfin, la Ville de Saint-Paul pose sa candidature au label "Ville et Pays d’Art et d’Histoire".
Dans le domaine du Sport, elle soutient des manifestations d’envergure telles que la Mégavalanche, le Meeting international de natation. La création de l’école municipale multi-activité (6-12 ans) qui frôle le taux de remplissage de 100%, ainsi que "Bouger au Féminin". La création de l’Office municipal des Sports permet de fédérer les associations entrant ainsi dans la définition de la politique sportive. Il faut aussi noter la réussite de plusieurs clubs saint-paulois (le football, le basket) liée à un soutien de la Ville.
Le domaine technique n’a pas été oublié avec les chantiers tels que les rénovations d’écoles et de cuisines, les voiries, la construction d’une salle de moringue, la réhabilitation du complexe Jules Solesse, l’unité de potabilisation d’eau à Grand Fond ; la réhabilitation du Mail Rodrigue ; l’acquisition de la pelle amphibie pour la préservation de l’Étang Saint-Paul.
D’autres chantiers sont lancés comme l’aménagement du cimetière de l’Étang, la rénovation de cinq églises communales, l’aménagement des aires de jeux du front de mer de Saint-Paul, la replantation du sous-bois de l’Ermitage, la restructuration du Parc de la Grotte des Premiers Réunionnais, l’électrification rurale.

Economie et valorisation

La Commune a fait le choix d’un service public de l’eau réunissant distribution et assainissement géré par la CREOLE, pour laquelle le défunt et regretté Jocelyn Flahaut a fait un travail remarquable.
Malgré des difficultés financières en partie héritées de l’ancienne mandature (le choix de non-cotisation au ASSEDIC coûte aujourd’hui plus de 8 millions d’euros) et dues aussi aux transferts de compétences non compensés, la Commune a pris un certain nombre de mesures tendant toutes à l’amélioration de la situation de nos agents communaux (mise en place des chèques déjeuner des agents non titulaires ; revalorisation du temps de travail des agents à temps non complet ; instauration d’une prime pour les récipiendaires de la Médaille d’honneur du travail).
Elle a fait un travail d’économie des frais de fonctionnement en réduisant notamment les frais de bouche et les dépenses de communication. Par ailleurs, une gestion active de la dette a permis d’obtenir des économies dans le règlement des intérêts d’emprunts.
Certains dossiers sont en souffrance, comme le centre d’hébergement d’urgence de l’Ouest ou l’accès aux bassins de la ravine Saint-Gilles, mais, comme le précise Huguette Bello, « nous ne baissons pas les bras, cela ne dépend pas de nous. Sur ces dossiers, nous sommes plusieurs partenaires concernés ».
Au 1er tiers de sa mandature, l’équipe municipale d’Huguette Bello peut être fière de ses avancées, elle continue à travailler activement sur les bases du contrat passé avec la population lors de son élection. Et le travail, ils connaissent, car dans cette équipe de rassemblement politique et civil, chaque conseiller municipal est mis activement à la tâche et se doit d’être présent à son poste.

CF


Kanalreunion.com