Actualités

Un budget de contrainte que l’État inflige aux Réunionnais

Position des élus du groupe Alliance PCR sur le vote du Budget 2012 du Département

Témoignages.re / 15 décembre 2011

Le Groupe Alliance PCR au Conseil général dans la déclaration suivante apporte son éclairage sur le vote du Budget 2012 de cette collectivité.

À l’aube de la tenue vendredi 16 décembre 2011 de l’Assemblée plénière du Département où les élus de la majorité auront à se prononcer sur le vote du budget 2012, le Groupe Alliance PCR tient à présenter à l’opinion publique, les élus et les forces vives de La Réunion les éléments suivants motivant ses choix à l’occasion de ce vote.

Devant la gravité de la situation sociale et des rapports alarmants des analystes financiers du Conseil Général, les élus du Groupe Alliance PCR tiennent à apporter à la connaissance de l’opinion les prévisions budgétaires catastrophiques qui affectent et affecteront inéluctablement les finances de la Collectivité dès 2012. Ainsi, selon l’analyse des services financiers du Département la situation et les perspectives sont « préoccupantes » pour 2012 et « alarmantes » pour 2014.

D’ores et déjà, le Budget présenté au vote des conseillers généraux, après une année 2010 excédentaire, arrive difficilement à rester en équilibre. Pour ce faire, il a fallu rogner dans les dépenses de fonctionnement et d’investissement. Cette situation a des impacts dans tous les secteurs, y compris malheureusement dans les dépenses consacrées à l’Action sociale et aux solidarités, touchant les plus vulnérables de notre société (diminution des subventions aux associations, baisse des contrats aidés, baisse des crédits affectés aux jeunes et aux personnes âgées, non remplacement d’un départ à la retraite sur deux…). Pour notre part, nous nous sommes efforcés de tout faire pour préserver l’essentiel.

Dans une motion votée à l’unanimité du groupe majoritaire en Commission permanente du 30/11/2011, présentée par les élus Alliance PCR en réaction au Plan d’austérité du gouvernement, les conseillers généraux ont demandé à l’État d’assumer ses responsabilités et engagements en matière de compensation financière des transferts de compétences qui affecte considérablement les finances du Département avec un manque à gagner de près de 500 millions d’euros cumulé.

Devant la gravité de la crise exceptionnelle que connaît La Réunion et considérant les particularités historiques, démographiques, économiques et sociales de notre île, les élus du Groupe Alliance PCR demande solennellement à l’État de respecter ses engagements dans le transfert des compétences à « l’euro près », comme il avait été dit.

Devant la surdité répétée de ce gouvernement, observer également au niveau national au sein de l’Association des Départements de France, les élus du Groupe PCR Alliance PCR s’en remettent alors à l’opinion publique et appellent à un large rassemblement afin de sanctionner dans les urnes le désengagement de l’Etat lors des prochaines échéances électorales en 2012.

Malgré cela, les élus PCR Alliance ont assumé avec responsabilité et détermination leur fonction dans les différentes délégations qui leur ont été confiées :

Coopération régionale
• 1er vice-président M. Roland Robert

Outre les relations multilatérales avec la Commission de l’Océan Indien et les relations bilatérales engagées en partenariat avec l’État et la Région, les bases d’une Coopération agricole internationale ont été lancées avec le soutien du FEDER en direction de 3 pays : les Comores (réunion de travail avec l’Ambassadeur de France aux Comores et Rencontre avec le nouveau Président de la République), les Seychelles et la Tanzanie. L’objectif est : — de réduire notre dépendance envers les marchés européens, — d’ouvrir de nouveaux marchés — de consolider le cadre des échanges et complémentarités intra-régionales (ex. : protection des végétaux, certification, qualité et traçabilité des produits).

Une Convention-cadre de partenariat a également été signée en Commission permanente le 7 décembre 2011 avec l’Association France Volontaire du Progrès pour l’envoi en mission de 10 jeunes Réunionnais dans les pays de la Zone océan Indien dans le prolongement du déploiement des Réunionnais en contrat CUI sur des postes d’assistants d’éducation en langue française. Cela renforcera les objectifs de notre mandature de faire de la coopération un outil d’intégration régionale au service du co-développement de La Réunion et des pays de l’océan Indien.


Agriculture
• 4e vice-président Pierre Vergès

L’agriculture à La Réunion est un secteur essentiel. La politique du département, en étroite concertation avec les acteurs de la filière, notamment la Chambre d’agriculture, vise à renforcer un secteur dont la production s’est considérablement diversifiée.

Au moment où les chiffres du recensement national montrent que sur la décennie, les effectifs de main d’œuvre ont fortement baissé, à La Réunion, la baisse a été relative.

Mais la vigilance doit être de mise devant les risques d’atteinte à la production locale par les importations, et une règlementation ne tenant pas compte des particularités d’une petite économie insulaire.

Favoriser la production locale, par des initiatives comme le soutien aux marchés des producteurs, la commande publique pour la restauration collective, ouvrir des opportunités sur l’environnement océan Indien, renforcer la sécurité alimentaire, tels sont les objectifs poursuivis dans les actions menées par le Vice-président délégué aux affaires agricoles, Pierre Vergès.

Transports
• 4e vice-président M. Pierre Vergès

Le vice-président chargé des transports a eu, en cette année 2011, la tâche particulière de poursuivre la politique volontariste menée jusqu’alors, en veillant à jeter les bases de son renforcement.

Là encore, le lien étroit entre le réseau départemental et les réseaux de transports urbains exige une coordination plus forte pour préparer l’avenir des déplacements collectifs.

Pour y parvenir, le Conseil général a initié une concertation avec les autorités organisatrices de transports (AOT), pour traiter, en relation avec les services de l’État (police, gendarmerie, acteurs judiciaires), du problème à résoudre obligatoirement et en urgence : la sécurité. Il faudra peut-être dans l’avenir mutualiser les moyens des AOT, sur toute l’Île.

Le renouvellement mi-2013 de la DSP (délégation de service public), avec les exploitants des lignes de transports départementales, exige dès maintenant de prendre une délibération-cadre permettant à tous les intéressés de mesurer le "saut qualitatif" que nous souhaitons effectuer, en tenant compte des contraintes budgétaires imposées par la crise, mais aussi par les choix gouvernementaux.

Enfin, la volonté partagée par toutes les AOT, région et département compris, de mettre en place un syndicat mixte (SMTR) pour montrer à la population notre détermination à offrir des transports collectifs attractifs doit aboutir très vite.

Il suffit aujourd’hui que le conseil régional accepte que la possibilité soit laissée aux communautés d’agglomération de nommer au SMTR un représentant de chaque commune membre, en constatant l’unanimité récemment dégagée en commission permanente sur cette question, par les conseillers généraux de la majorité et de l’opposition.

Délégation Aménagement du territoire
• 7e vice-président M. Gérald Incana

Composée d’une riche biodiversité, le territoire se doit d’être protégé et valorisé pour contribuer à un développement harmonieux de celui-ci. D’où l’engagement du Conseil général porteur de ce projet avec une enveloppe de plus de 218 millions d’euros dans le but de mener à bien des projets structurants tels que la modernisation des routes départementales, la préservation et la valorisation des espaces ruraux et des terres agricoles ou encore l’entretien de l’environnement.

Développement durable – Environnement
• 10e vice-président M. Daniel Alamélou

Les actions arrêtées dans le PEDMA (Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés) suite à une délibération de l’Assemblée plénière de juin 2011 continuent de financer les opérations menées par les Communautés de Communes et d’Agglomération dans le domaine de la gestion des déchets. Des actions de communication ont été mises en œuvre à l’échelle de l’île afin de sensibiliser le grand public et le public scolaire sur les comportements éco citoyens à adopter au quotidien. Sous l’impulsion du vice-président délégué à l’Environnement, différentes actions de sensibilisation à la protection de l’environnement ont été menées auprès des associations sur toute l’île dans le financement des emplois d’insertion.


Développement rural – Espaces naturels sensibles
• 13e vice-président, M. Robert Nativel

Le patrimoine naturel est une richesse pour notre île. Afin de la préserver, le Conseil général a décidé de conjuguer insertion et amélioration du cadre de vie. Cette dernière se fera grâce à l’assainissement et aux traitements des déchets. De plus, la sensibilisation de la population est primordiale dans le cadre de la protection des espaces naturels. Sous l’impulsion du vice-président Robert Nativel, une dotation transport a été attribuée aux classes de 6e pour faciliter les visites pédagogiques des espaces naturels sensibles. L’objectif ici est d’accueillir, de sensibiliser le public et de toucher toutes les générations.

Aussi, le partenariat entre le Conseil général et l’ONF a été poursuivi et renforcé par plusieurs programmes de valorisation écologique des forets (conservation de la biodiversité et protection des sols contre l’érosion), de valorisation économique et agricole des forets, de défense des forets contre l’incendie, d’aménagement et d’équipement touristique du domaine forestier.

Enfance et Famille
• Mme Chéreau-Némazine

L’action sociale une des ambitions prioritaires du Conseil Général qui tend à accompagner enfant, collégien, étudiant, adulte en difficulté, personne handicapée ou âgée dans la construction de leur projet de vie. Dans le but d’accomplir cette politique publique, un montant de 882,8 millions d’euros soit plus de 60% du budget a été mobilisé.

Eau
• M. Éric Fruteau

Afin de favoriser une répartition des ressources en eau pour permettre l’irrigation de la côte ouest de l’île, le conseil général a investi 44 millions d’euros. De plus, il interviendra dans les prochaines années sur la mise en service de l’ensemble du périmètre irrigué du Littoral Ouest, sur l’interconnexion des réseaux hydro agricoles du Bras de La Plaine et Bras de Cilaos, ainsi que sur le développement au sein des communes de retenues collinaires. Ces grands projets permettront de répondre aux enjeux du développement durable.


Culture
• Mme Michèle Caniguy

L’ouverture et la cohésion des Réunionnais passent par la culture. C’est dans cette optique que le Conseil général souhaite s’investir et mettre en valeur les patrimoines culturels. Cette politique sera mise en place grâce à la réhabilitation des équipements culturels, au renforcement du dispositif de soutien aux créateurs et aux acteurs culturels. Par la suite, Le Conseil général mettra au cœur du développement culturel le partage de la culture et la résidence des artistes. La concrétisation de ces projets se fait grâce à une enveloppe de 11 millions d’euros qui a financé cette année la formation, la construction des conservatoires et des théâtres.


Kanalreunion.com