Actualités

« Un climat délétère au Port »

Les élus PCR font le bilan six mois après les municipales

Céline Tabou / 17 octobre 2014

Au cours d’une conférence de presse, les six élus de l’opposition du Parti Communiste Réunionnais, ont tenu à faire le bilan des sept mois de mandature d’Olivier Hoarau, maire de la ville du Port. Le but pour l’opposition est de « rester constructive pour le bien de la population ».

JPEG - 45.5 ko
Mémouna Patel, Henri Hippolyte et Firose Gador.

« On a volontairement pris le temps pour faire ce point de presse, parce qu’on n’a pas voulu attaquer tout de suite sur son action, parce qu’on serait passé pour des revanchards, ce que nous ne sommes pas », a expliqué Henri Hippolyte.

« Au début d’une désillusion »

Après avoir laissé la nouvelle équipe se mettre en place, s’organiser et définir les orientations budgétaires, les élus PCR ont surtout retenu la phrase d’Olivier Hoarau : « cap vers le renouveau ». Un renouveau contesté car « on est au début d’une désillusion », a indiqué Henri Hippolyte, accompagné de Firose Gador et Mémouna Patel.
« On ne peut pas cautionner l’entreprise de destruction à laquelle le maire et son équipe s’est lancée », ont-ils assuré, ajoutant que cela va des contrats « donc de l’humain », aux projets « donc des partenariats » en passant par le réseau associatif, « créateur de lien social ».
Conscient qu’à chaque changement de majorité, il y a une « remise en cause des projets », cependant « ce n’est pas détriment de la dignité humaine » s’est insurgée Henri Hippolyte. Pour qui, « le maire s’y prend mal quand il dit qu’il veut que les Portois soient au centre des préoccupations ».

« Gestion inhumaine » du personnel

Parmi les dossiers dénoncés par les élus de l’opposition, le cas d’une vingtaine d’agents communaux licenciés après six ans en mairie, alors « qu’ils allaient obtenir un CDI », conformément à la loi. Pour eux, « il y a une volonté de casser du personnel pour des raisons politiques ».
D’autant que « le maire avait dit aux organisations syndicales qu’il ne touchera pas aux contrats de plus de trois ans ». Une promesse que l’actuel maire n’aurait pas tenu à laquelle s’ajoute « le confinement d’agent de la collectivité dans des services, avec une pression lourde, sournoise et perfide, soutenue par des élus qui pensent être directeur de service ».
Pour ces élus de l’ancienne majorité, « ce n’est pas notre conception de la mission d’élu. L’élu défini une ligne politique et les administratifs mettent en œuvre cette ligne ». D’autant qu’il y a une « gestion inhumaine des ressources humaines », a déploré Henri Hippolyte.

Remise en cause de projet structurant

Pour l’opposition, la remise en cause de plusieurs projets dont la Faculté des Autodidactes et des Cadres (FAC), alors que « toutes les villes donnent de la plus-value à leur commune pour donner une image jeune et dynamique » destiné à attirer les investisseurs, les étudiants et les associations, Olivier Hoarau a décidé « d’enterrer le projet. C’est regrettable car cela va causer beaucoup de tort à la ville qui va perdre en attractivité ».
A la question, « pourquoi ne pas l’avoir fait lors de la précédente mandature ? », les élus répondent que le projet « était quasiment bouclé mais demandé encore des consolidations de partenariat avec certains organismes. D’autant que la commune contrairement aux dires de l’équipe actuelle a laissé une trésorerie bénéficiaire de près de 2,3 millions d’euros, ont-ils expliqué.
Henri Hippolyte a rappelé qu’Olivier Hoarau était membre de la majorité jusqu’en 2012 et a validé les budgets de la commune. Pour les élus de l’opposition, ce dernier doit se rendre compte que « la gestion budgétaire n’est pas simple, mais il ne doit pas annoncer une situation catastrophique pour fuir ses responsabilités. Il ne peut pas dire qu’on a fait n’importe quoi avec l’argent, alors que l’endettement de la commune a commencé à diminuer fin 2013 et sans hausse de la fiscalité », passant de 58,5 millions en 20.12 à 50 millions fin 2013.

Des associations en ligne de mire

Sur la question budgétaire, les six élus de l’opposition dénoncent la position d’Olivier Hoarau assurant « qu’on a abandonné les associations, tout en nous reprochant d’avoir été trop généreuses avec elles ». Une contradiction pointée du doigt par les élus qui regrettent la volonté du maire de « détruire le système associatif » de la commune.
Parmi les associations en ligne de mire de l’actuel maire, l’OMS qui « mobilise les forces sur le territoire et amène une politique sportive » à la collectivité. Alors qu’aujourd’hui, « on est dans le besoin de fédérer les énergies, le maire remet en cause ce dynamisme et va couper dans le budget de cette association. D’autres se demandent à quand leur tour », a dénoncé Henri Hippolyte.
Évoquant un climat délétère dans la commune mais aussi en mairie, avec l’accueil réservé aux administrés et aux visiteurs, Firose Gador a dénoncé « un climat tendu, des pressions sur les agents, un contrôle strict à l’entrée de la mairie. Beaucoup de monde est inquiet de la situation ».

Plusieurs centres de contestation


Les deux élues, Firose Gador et Mémouna Patel, ont dénoncé les incohérences de l’équipe municipale qui propose de construire des logements sociaux sur l’espace réservé à la FAC, alors que la commune a dépassé son quota de logements sociaux et « auraient besoin de logement intermédiaires ».
Ainsi l’absence d’activité périscolaire dans les écoles, qui a entraîné un mouvement de contestation de la part des parents dans certaines écoles de la ville. Ces derniers ont dénoncé la garderie mise en place au lieu des activités prévues par la loi et promise en juillet par Olivier Hoarau. Or, les associations qui devront se charger de ces activités ne pourront pas bénéficier d’un euro de plus, en raison des coupes budgétaires envisagées et de la baisse des dotations de l’État aux collectivités, ont-elles expliqué.
Pour conclure, les trois élus ont souhaité « mettre le maire et son équipe face à leurs contradictions », assurant que « rien n’augure de bon pour la population ». Ces derniers ont souhaité passer un message au maire et son équipe : « Cap vers le travail et le respect de la population ».


Kanalreunion.com