Actualités

Un combat sur plusieurs fronts

Alain Zaneguy, candidat dans le canton 2 de Saint-Denis

Jean Fabrice Nativel / 2 mars 2011

Alain Zaneguy, conseiller général sortant et vice-président délégué à la culture revient sur ses années passées à la collectivité à porter de nombreuses actions.

Qu’est-ce qui vous lie à ce canton ?


- De 1998 à 2001, je suis adjoint à la mairie annexe de Sainte-Clotilde, le moment pour moi de découvrir ce canton, sa population et d’œuvrer pour et avec elle. Depuis ses années, un seul objectif m’anime : répondre au mieux aux attentes de ses habitants. Pour cela, je mobilise mon énergie, mes compétences. Et surtout, je suis disponible.

Quelles sont les actions que vous avez menées pour La Réunion…


- De 2004 à 2008 avec le groupe Alliance, je me retrouve dans l’opposition au Conseil général. Malgré tout, nous participons activement aux décisions allant dans le sens et l’intérêt de la population.
De 2008 à aujourd’hui avec ce même groupe, je fais partie de la nouvelle majorité. Dès lors, une nouvelle orientation est donnée à la politique de la collectivité pour des enjeux essentiels que sont l’insertion (des chantiers notamment en direction des jeunes), la solidarité (le chèque santé pour le plus grand nombre de personnes âgées), les déplacements (la gratuité du Car jaune à destination des plus de 60 ans et sans critère de revenus), la scolarité (l’accessibilité à la bourse départementale à davantage de familles), l’habitat (une aide de 20.000 euros à l’amélioration au lieu de 7.000 euros), le développement durable (la réalisation d’un plan et d’actions comme La case Démété, la sensibilisation à une meilleure consommation des énergies, l’implication des conseillers généraux jeunes pour ce public, etc.), la solidarité (plus de 70 millions d’euros versés sous forme d’allocations -RMI, API, RSO, AH- à plus de 100.000 personnes), la culture (l’inauguration du Jardin de l’État, de la Bibliothèque départementale, du quartier de l’isolement du Lazaret, etc.).
En somme, le Conseil général peut-être comparé à une entreprise. À des bénéficiaires, elle verse des prestations qui leur serviront à faire face aux nombreuses et onéreuses dépenses. Notre souhait est de faire mieux et plus si l’État rembourse les 350.000 millions d’euros dus à la collectivité ?

… et pour ce canton, quelles sont-elles ?

- J’informe les habitants de ce canton des aides auxquelles elles ont droit dans divers domaines, etc. Ma présence régulière au sein des conseils d’administration des collèges (Deux Canons, Bourbon, Juliette Dodu, Saint-Michel) m’a permis de remonter leurs besoins. Ainsi Bourbon a été réhabilité, Dodu a vu des travaux d’hygiène et de sécurité être réalisés, Deux Canon est en cours de réhabilitation, etc.

Qu’entendez-vous par « faire mieux et aller plus loin » ?


- Il est important de retrouver une majorité autour de Nassimah Dindar, présidente du Conseil général. Ainsi, nous avons la garantie de consolider —et non de démolir— des actions pour améliorer les conditions de vie de notre population autour d’une plus large solidarité intergénérationnelle.
Le GIP-SAP (Service d’aide à la personne) en sera l’un des outils dont la vocation première est de fédérer tous les intervenants de l’aide à la personne. Avec ces professionnels, les besoins et les actions à entreprendre pour ce public seront définis. À la clé, des emplois seront créés par les structures oeuvrant dans ce secteur.
Il est nécessaire de maintenir une politique ambitieuse en matière d’investissement. 180 millions d’euros (1) à l’heure actuelle sont consacrés à l’amélioration de l’habitat, à la construction d’infrastructures, etc. La collectivité participe ainsi à l’activité économique créatrice d’emplois.

Quelles sont vos valeurs ?


- RCR ! Si le premier besoin d’un être humain est de se nourrir et de se vêtir. Le deuxième est le respect, la considération et la reconnaissance.

Ce qui fait la fierté d’Alain Zanéguy est l’inscription de La Réunion au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Conseil général y est pour quelque chose. Plus que jamais, il nous montre un dévouement authentique et sincère dans son désir de servir la population et de porter au plus haut, le message des personnes en difficulté.

Jean-Fabrice Nativel

(1) Soit 25% de celui du Conseil régional qui s’élève à 700 millions d’euros.


Kanalreunion.com