Actualités

Un contrat d’honnêteté pour faire reculer dans l’union la pauvreté

Paul Vergès aux Avirons

YVDE / 1er mars 2010

Samedi après-midi, la salle de la Résidence Antony était trop petite pour accueillir les participants à la réunion publique organisée par l’Alliance. Michel Dennemont, maire des Avirons, candidat sur la liste de l’Alliance, a souligné que « Paul Vergès est un homme qui a un bilan, un projet et aussi une vision d’avenir ». De son côté, le leader de l’Alliance a proposé un contrat d’honnêteté pour faire reculer dans l’union la pauvreté.

Michel Dennemont, maire des Avirons, a expliqué qu’il avait bien reçu les messages des Avironnaises et des Avironnais qui, malgré ses consignes, ont majoritairement voté en 2004 pour l’Alliance, et en 2007 pour la candidate à la présidence. Ce qui, entre-temps, ne les a pas empêché de voter pour Michel Dennemont à la municipale et à la cantonale. « J’ai révisé ma politique extérieure car elle n’était pas en phase avec celle de la population », a-t-il noté.
C’est une des raisons qui l’ont fait rejoindre l’Alliance. Ce n’est pas la seule. Il a dit sa « fierté d’être sur la liste de l’Alliance car j’ai compris qu’aucun parti politique, seul, ne peut répondre aux défis qui se posent aux Réunionnaises et aux Réunionnais. Paul Vergès est un homme qui a un bilan, un projet et aussi une vision d’avenir ».
À propos de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise (MCUR), Michel Dennemont a dit en se tournant vers Paul Vergès : « merci d’envisager l’avenir en pensant à préserver le passé ; merci pour la route des Tamarins, vous ne pouvez pas savoir comment elle a soulagé les Avironnaises et les Avironnais ».
Après l’intervention de Philippe Berne, vice-président du Conseil régional, Paul Vergès a souligné que les candidats disent beaucoup de choses, mais pas la vérité. Il a noté que « les pauvres n’ont pas droit à la parole ». Il est revenu sur les grands rendez-vous qui attendent La Réunion dans lesquels va être fortement impliquée la Région et dont les autres candidats ne parlent pas. La renégociation du Programme opérationnel européen, l’octroi de mer, les Accords de partenariat économique, les accords sur le sucre risquent pourtant de toucher fortement la production réunionnaise.
Il a noté qu’en quelques mois, des hôtels sont passés entre les mains des Mauriciens et les usines sucrières entre les mains des betteraviers. « Pourquoi les candidats ne disent-ils pas la vérité ? I batay ant zot. Ou sa i lé zot prozé à part de casser ceux de la Région ? Un d’entre eux propose d’acheter des cars. Or, le transport routier n’est pas du ressort de la Région, mais du Département et des Communes. Il combat le tram-train et invente une nouvelle compétence pour la Région. Ils prennent les électrices et les électeurs pour des imbéciles ».
Pour Paul Vergès, « la situation est tellement grave qu’il faut d’abord s’attaquer à la pauvreté ». Mais pas dans un esprit de compétition. Il a proposé « un contrat d’honnêteté : voilà la situation, voilà ce qu’il faut faire ». Et la garantie, c’est le bilan. « Nou la di, nou la fé, c’est inscrit dans nos réalisations ».

YVDE


• Dominique Dambreville, régionale de l’étape

« Oui à l’Alliance parce qu’elle fait ce qu’elle dit… »

Dominique Dambreville est un peu la régionale de l’étape. Elle est née aux Avirons et, ce samedi, elle était fière de parler devant pas moins de quatre de ses “taties”. Elle qui a beaucoup œuvré pour la réussite des jeunes, notamment à travers l’apprentissage de la lecture, a dit « oui à l’Alliance parce qu’elle fait ce qu’elle dit et qu’il n’y a pas de développement durable sans développement humain ». Et pour ce développement humain, « nous avons besoin de la population. Nous devons y associer la parole de ceux qui restent trop souvent dans le silence. Je suis fière d’être avec vous, de vous accompagner dans cette belle aventure des régionales ».


Kanalreunion.com