Actualités

Un évènement historique et mémorable

Le PCR invité au centenaire de l’ANC

Céline Tabou / 13 janvier 2012

À l’occasion d’une conférence de presse, jeudi 12 janvier, Élie Hoarau, secrétaire général du Parti communiste Réunionnais est revenu sur la participation de la délégation du PCR lors des 100 ans de l’ANC. Invité par l’ANC et le parti communiste sud-africain, Ary Yee Chong Tchi et Christophe Rocheland ont retracé ces deux jours « historiques ».

Les thèses fondatrices du PCR ont évoqué l’importance d’échanger et d’entretenir des relations avec les autres partis et mouvements de libérations, a introduit Élie Hoarau. Ce dernier a évoqué les relations particulières entre le PCR, l’ANC (African National Congres-Congrès national sud-africain) et le Parti communiste Sud Africain, depuis la fondation du PCR, en 1959.
« Nous avons exprimé à plusieurs reprises ces dernières années notre soutien envers les luttes et combats menés par l’ANC. De même, nous avons manifesté contre la mise en place d’un consulat raciste à Saint-Denis », a indiqué le secrétaire général du PCR.

100 ans

Les 7 et 8 janvier ont célébré les 100 ans de l’African National Congres, à cette occasion le Parti communiste réunionnais a été invité « en souvenir de la solidarité dans les combats menés ». Présentant la délégation partie en Afrique du Sud, Élie Hoarau a précisé que cet anniversaire a été « l’occasion de renouer des liens d’amitié et de solidarité avec l’ANC et le Parti communiste Sud Africain ».
Le Congrès national africain (ANC), a fêté dimanche 8 janvier, son centenaire à Bloemfontein, où il a été fondé le 8 janvier 1912 dans une petite église. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de plus de 150.000 personnes, et comme l’a expliqué Christophe Rocheland, membre du Comité central du PCR, « ce fut un moment mémorable, historique, un grand honneur pour La Réunion et les Réunionnais ». La veille, la délégation du PCR a participé à un diner de gala en présence d’une quarantaine de chefs d’États actuels et passés et auprès d’une soixantaine de partis politiques, « le PCR a été traité au même niveau protocolaire que les délégations d’État, ce qui est un grand honneur pour notre parti », a précisé Christophe Rocheland.
« Durant deux jours, l’ANC a pu remercier ses amis, les partis politiques présents et les organisations qui ont marqué leur histoire », a déclaré Ary Yee Chong Tchi Kan. Notant l’absence dans leur « environnement d’une délégation française », le membre du secrétariat du PCR a précisé « la mission de cette délégation était d’apporter un message de notre secrétaire général, Élie Hoarau, proposant la mise en place de groupes de travail des deux côtés de l’océan afin de mieux se comprendre ».

Mission accomplie pour le PCR

Les deux hommes ont indiqué que leur mission en Afrique du Sud s’était « accomplie et se voulait d’approfondir le dialogue avec les responsables sud-africains, qui ont accepté notre demande », a ajouté Christophe Rocheland. En effet, les deux objectifs de la délégation réunionnaise étaient d’apporter un message de solidarité au peuple sud-africain, notamment l’ANC et le Parti communiste Sud africain et de renouer les relations entre les deux côtés. « La génération actuelle ne connaît pas les batailles menées, mais elle a besoin de comprendre et connaître ce qui s’est passé. C’est pour cette raison qu’à La Réunion, nous allons préparer un groupe de travail qui sera chargé de mieux comprendre l’Afrique du Sud et de connaitre son potentiel de créativité dans un co-développement gagnant-gagnant », a expliqué Ary Yee Chong Tchi Kan.
Ce dernier a précisé que l’Afrique du Sud appelle à « l’unité dans la diversité », « nous souhaitons que les relations avec l’Afrique du Sud s’intensifient, car on possède une expérience à La Réunion, « nous sommes issus de diverses cultures, notamment d’Afrique du sud », a évoqué ce dernier.
Pour conclure, Élie Hoarau a précisé : « Si nous accordons une telle importance à renouer des relations avec l’extérieure et avec l’Afrique du Sud, ce n’est pas par nostalgie, mais nous pensons que l’avenir de La Réunion est là. Elle ne doit pas être seulement tournée vers le Nord et la France. Il y a la nécessité de s’impliquer davantage dans notre zone géographique, ce qui est proclamé par tout le monde ».

Céline Tabou



« Réfléchir à des axes de travail »

Lors de cette conférence de presse, Élie Hoarau a évoqué la création d’un groupe de travail pour réfléchir autour d’axes de travail et de co-développement entre La Réunion et l’Afrique du Sud. « Nous assistons au bouleversement de l’ordre du monde, l’Afrique du Sud représente un pays émergent qui aura de plus en plus de poids sur la scène internationale », tant diplomatiquement qu’économiquement, a déclaré le secrétaire général du PCR.

Face à l’émergence de l’Afrique du Sud et aux enjeux actuels dans la zone océan Indien, « La Réunion possède une expertise dans les domaines de la santé, la formation, les énergies renouvelables, il y a aussi à réfléchir à comment lutter contre le réchauffement climatique. Ensemble, nous pouvons envisager une grande politique de la mer et des océans, qui peut être faite avec tous les pays voisins. Il y a ainsi la possibilité de travailler et de permettre à chacun d’apporter sa contribution et son expertise », a conclu Élie Hoarau.


Kanalreunion.com