Actualités

Un nouveau produit de spéculation contre la France

Le système capitaliste prépare son offensive

Céline Tabou / 13 avril 2012

La bourse de Francfort (Eurex) a annoncé aujourd’hui le lancement d’un nouvel instrument de spéculation de masse sur la dette française. Le produit Eurex lacera un contrat sur les obligations françaises à 10 ans, le 16 avril 2012 et ouvre la porte à de nouveaux acteurs.

Ce contrat à terme est la possibilité pour les traders d’acheter à terme ou de vendre à terme une obligation d’État, de 2012 à 2022. Foncièrement, ce contrat permet aux investisseurs de parier sur la hausse ou la baisse des obligations françaises. Pour Marc Fiorentino, président d’Euroland Finance, « le timing du lancement de ce nouveau produit est troublant. Il va faciliter grandement la spéculation sur la dette française ».
Auparavant, les investisseurs qui souhaitaient parier contre la dette avaient jusqu’ici deux outils. Tout d’abord, les "credit default swaps" (CDS), contrats limités d’assurance contre la faillite d’un emprunteur, ensuite, la vente à découvert d’un produit financier que l’investissement n’achètera que plus tard, cet achat est limité et très technique. Aujourd’hui, le contrat Eurex propose également aux investisseurs d’avoir plus de poids sur la vente et l’achat, mais ce contrat ouvre la porte à de nouveaux acteurs et pas seulement les détenteurs de la dette française.
Les détracteurs de ce contrat dénoncent les moyens considérables offerts aux spéculateurs pour attaquer l’économie de la France. Ce nouvel instrument a pour objectif de faire des bénéfices, notamment sur le dos du peuple, car les traders auront tout pouvoir sur le marché financier et donc l’économie nationale. Le candidat Jacques Cheminade a également mis en garde contre une « offensive qui se prépare dans le monde » contre la France. Pascal Canfin, eurodéputé et ancien journaliste économique, a expliqué sur le site Rue89 qu’en période de crise, un tel contrat « donne la possibilité à de nouveaux acteurs de parier, de spéculer. »
Premier à avoir réagit, Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle, a dénoncé mercredi 11 avril ce « nouvel instrument spéculatif contre la dette française ». Il s’est également dit étonné « du silence de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement pourtant si prompts à agiter la menace des marchés financiers contre la gauche ».

Céline Tabou




Un message, un commentaire ?



Messages






  • Europe libérale au mépris des hommes, des vies, de nos enfants, elle ne protège plus la société mais l’asservi aux spéculateurs, faudra t il mettre tous nos pays à terre avant que le politique reprenne en main sa mission première qui est de représenter le peuple. Cette soif d’argent du petit nombre fera naître des révolutions ou des guerres, l’homme n’est vraiment pas capable une fois au pouvoir de défendre les valeurs qui feraient la perennité de nos sociétés en initiant les valeurs fondatrices de nos républiques comme dogme. ABERRANT de voir comme la mémoire peut être courte !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com