Actualités

Un secteur du BTP qui attend plus

Rencontre avec le ministre du Travail

Témoignages.re / 16 novembre 2013

Lors de la rencontre avec Michel Sapin, le ministre du Travail, le président de la Fédération réunionnaise du Bâtiment et des Travaux publics (FRBTP), Bernard Siriex, a fait état de la situation du BTP à La Réunion, indiquant que le secteur est « le troisième employeur de l’île ».

Entre 2000 et 2005, le secteur du BTP a connu une hausse de 10 points du chômage. En 2008, il a employé 24.000 personnes, contre 17.000 en 2012, et « aujourd’hui, 13.000 », a expliqué ce dernier. Pour faire face à cette destruction d’emplois, la FRBTP a indiqué mettre l’accent sur la formation « pour éviter de licencier ». Une stratégie qualifiée de « bonne manière de faire » par le ministre.

Evoquant une baisse du chiffre d’affaires de 35%, Bernard Siriex a évoqué plusieurs points sensibles, comme la suppression des exonérations de charges concernant les congés payés, ce qui « représente une somme monstrueuse de 21 millions d’euros ». Il a indiqué que le dossier des congés payés sera en débat prochainement.

Bernard Siriex a aussi mis l’accent sur le travail illégal qui pèse sur les entreprises. Un dispositif est en train d’être mis en place pour lutte contre le travail illégal, en partenariat avec la DIECCTE. Cependant, « le problème est qu’il n’y a pas de contrôle. On souhaite le renforcement des contrôles » par l’État. Une proposition qualifiée de « fondamentale », car « c’est préjudiciable aux salariés et aux entreprises, qui font face à une concurrence déloyale. C’est une de nos priorités », a affirmé Michel Sapin.

Concernant les contrats d’apprentissage, le président de la FRBTP a demandé le maintien des aides aux entreprises de plus de 10 salariés et à l’ensemble des PME. « Vous parlez de dialogue social, le BTP est la seule filière à La Réunion totalement structurée qui n’a pas peur de négocier », a indiqué Bernard Siriex. Ce dernier a tenu à rectifier la remarque de la conseillère régionale Fabienne Couapel-Sauret, qui a dit que « La Réunion est en chantier », indiquant que « ce n’est pas toute l’île qui est en chantier », car « il n’y a pas de forte activité à La Réunion ».

Bernard Siriex a évoqué le mal-logement, les demandes de logements sociaux en attente ainsi que la nécessité de construire des logements intermédiaires. « Le chiffre d’affaires du secteur dépend à 70% de la commande publique », a-t-il expliqué, avec la diminution des dotations aux collectivités et la baisse de l’investissement dans des projets d’infrastructures, la filière peine à se maintenir. Raison pour laquelle la FRBTP a mis en place des programmes de formation pour les salariés et les patrons, d’ailleurs, « le niveau de formation à La Réunion est très élevé ».

L’État réforme l’apprentissage

En réponse aux attentes du secteur du BTP en matière d’apprentissage et du maintien des aides aux entreprises, le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, Michel Sapin, a expliqué : « On réforme pour que les crédits de l’État et de la Région soient plus efficaces puisque c’est indispensable pour les PME de moins de 10 salariés, mais c’est aussi utile dans celles de plus de 10 salariés ».

Raison pour laquelle « la responsabilité est partagée entre l’État et la Région afin de répondre aux besoins de l’île, du bassin d’emplois et du territoire ». Ce qui signifie « une répartition différente des aides afin de les adapter aux différents territoires ».

Le ministre a tenu à préciser qu’ « on ne supprime pas les aides, mais les primes d’apprentissage chez certaines sociétés, comme Renault, ne sont pas utiles, alors que dans d’autres, elles le sont ». Pour Michel Sapin, « l’apprentissage est la voie de la réussite ».


Kanalreunion.com