Actualités

« Un travail de longue haleine au sein du second canton »

Alain Zanéguy, candidat à Saint-Denis

Céline Tabou / 20 janvier 2011

Le vice-président chargé de la culture, Alain Zanéguy et sa suppléante, Béatrice Ethève ont annoncé leur candidature aux élections cantonales de mars prochain. L’objectif est de poursuivre le travail réalisé par le Conseil général, réussir à mettre en application le RSA, et pousser les collectivités à investir.

« La fidélité, le travail, la disponibilité, l’investissement et l’écoute sont très importants, c’est comme cela que la population se rend compte que l’on travaille pour eux, et non pour le pouvoir », a expliqué Alain Zanéguy. Accompagnée d’une vingtaine de militants, Béatrice Ethève a expliqué qu’elle avait décidé de se joindre au côté d’Alain Zanéguy pour continuer le « travail social que je mène dans le canton 2, que je connais parfaitement, car j’y vis ».

Mobiliser les ressources et les énergies de ce canton

Les deux candidats ont choisi le quartier les Tamarins, car Béatrice Ethève, animatrice et artiste vit et travaille dans le quartier. Connaissant la population du canton, ils ont tenu à mobiliser toutes les compétences et les bonnes volontés afin de privilégier le porte-à-porte. Représentés au quotidien par 500 membres du comité de soutien, qui « sont nos portes-paroles, mais aussi les vecteurs de notre communication », les deux candidats ont choisi de ne pas organiser de meeting, ni de camions sonores pour cette campagne. « L’important, reste le contact avec les gens. Les gens savent que je suis un candidat pour la population, et non pour le pouvoir », a expliqué Alain Zanéguy.

Le canton 2 représente 14.000 habitants, qu’Alain Zanéguy et Béatrice Ethève vont devoir convaincre du bien-fondé de leur démarche, et de leur programme. En effet, en plus de continuer le travail réalisé depuis des années au Département, ils souhaitent accompagner les chômeurs, RMIstes, à trouver un emploi ou une formation, grâce au RSA. « C’est un dispositif qui est là, on n’y peut, il faut que nous créons des passerelles pour aider les RMIstes. Cela passe par l’ouverture de crèches, pour que les parents puissent être libres de faire les démarches, et de se former, mais aussi par des aides à domicile… il y a beaucoup de choses à faire pour soutenir et aider les gens à retrouver un emploi, ou à se former ».

L’urgence sociale doit être prise en compte

Pour les deux candidats, relancer l’économie de La Réunion, en poussant les collectivités à investir, est primordial. « Aujourd’hui, la situation s’aggrave, plus de 50% de la population est sous le seuil de pauvreté, 55% des jeunes sont au chômage, et 28,9% des Réunionnais sont sans emploi », a noté Alain Zanéguy.

Ce dernier a expliqué que les gens devaient être informés de la situation, qu’à l’heure actuelle, « l’équilibre de La Réunion est fragile ». C’est pour cette raison que les deux candidats veulent travailler pour la population en les écoutant, et en répondant aux appels lancés. Alain Zanguy conclut en déclarant qu’aujourd’hui, la situation internationale a un impact direct sur La Réunion. « Les revendications des jeunes tunisiens sont les mêmes sur les nôtres : plus de 10.000 jeunes diplômés sont au chômage, le système est défaillant, et ce sont généralement les politiques qui sont en première ligne », c’est pour cela que « nous voulons gagner pour servir la population du second canton ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com