Actualités

Une candidature de renouveau

Yvan Dejean et Guyliane Grondin pour le PCR dans la 3e circonscription

Témoignages.re / 16 mai 2012

Jeunesse, travail, emploi, extension de la zone franche globale… et valeurs. Au cours d’une conférence de presse, Yvan Dejean a dévoilé hier les grandes lignes de son projet.

Après avoir présenté sa suppléante Guyliane Grondin, Claire Claude, responsable du groupe jeunes et Philippe Berne, président du comité de soutien, Yvan Dejean a évoqué son parcours personnel. Un itinéraire qui débute là où il se déroule, dans les quartiers populaires de La Rivière : « Je suis un enfant de militant, un marmay la kour. J’ai notamment étudié au lycée du Tampon qui était un lieu de brassage exceptionnel pour notre génération : on y retrouvait des jeunes de tout le Sud et des Hauts. On y trouvait toutes les classes sociales. J’y ai eu des enseignants remarquables, et j’ai pu me construire ».

Engagement constant

Se construire, pour celui qui est aujourd’hui candidat dans la 3e circonscription, c’est d’abord militer « depuis une dizaine d’années maintenant, j’assume les fonctions de secrétaire de la section de La Rivière. Déjà 17 ans au Comité central du PCR et depuis quelques années membre de la direction. A côté de cela, je suis adjoint au maire à La Rivière et je milite en faveur de la création de la 25ème commune », rappelle Yvan Dejean. C’est sur la base de cet engagement que ce militant encore jeune, mais expérimenté, propose « une candidature de renouveau ».

« Une révolution de rattrapage »

« Dans les Hauts », y compris dans la 3e circonscription, « il y a une véritable révolution de rattrapage à effectuer. Nous avons un retard à combler, et une urgence sociale à affronter ». Pour relever le défi, Yvan Dejean défend « un projet doté de trois lignes de force ». D’abord, rappelle-t-il, le programme qu’il défend est « à l’échelle de toute La Réunion, débattu entre le Parti auquel j’appartiens, le PCR et François Hollande, lorsqu’il était candidat. Ce sont des mesures concrètes, destinées à toute La Réunion, et dont je veux faire bénéficier la 3e circonscription. Au centre, il y a l’emploi, et l’emploi des jeunes ».

Lignes de force

« La deuxième force de notre projet réside dans un volet particulier pour la 3ème Circonscription », ajoute-t-il, proposant d’« étendre la zone franche globale à toutes les activités de production et de services situées dans les Hauts. Les Hauts où le taux de chômage est plus élevé ». Dans le domaine des équipements fondamentaux, le Riviérois, qui déplore « que la partie haute de l’île demeure le parent pauvre en matière de protection contre les incendies », plaide pour « un service public capable de faire face à toutes les catastrophes naturelles ».

Entendre les doléances

Sur le plan sociétal, le candidat communiste est revenu sur « les graves évènements qui ont frappé plusieurs communes de La Réunion en février ». Des événements qui, selon lui, « soulignent le désespoir, porté jusqu’à la colère, d’une grande partie de la population (…) et en particulier les jeunes Réunionnais, qui ont fait part de leur exaspération ». Si les formes de cette colère peuvent être « critiquables, et même répréhensibles », Yvan Dejean met en garde contre « l’erreur » que constituerait « une stigmatisation accrue et la ghettoïsation de la jeunesse ». En attendant des mesures concrètes issues de l’application du programme, il propose immédiatement « d’ouvrir dans les municipalités de la 3ème circonscription, un livre de doléances, ou livre blanc, où tous les administrés pourront donner leurs avis, exprimer leurs sentiments et proposer leurs solutions » L’« origine de notre démocratie », rappelle-t-il, « ne se trouve-t-elle pas dans l’ouverture de cahiers de doléances » ?

Pour une campagne propre

Le troisième pilier de ce projet, « sans doute le plus important », annonce-t-il, réside dans les « valeurs », dont la première est « l’Egalité », pour ce candidat qui se définit comme un « enfant des Hauts et des classes populaires ». Dans le contexte de crise, Yvan Dejean a aussi plaidé pour la « fraternité ». Un vœu qui s’est exprimé par « un appel à tous ceux avec qui je serai amené à croiser le fer lors des législatives : pouvons-nous, Madame et Messieurs, convenir d’un code de conduite minimal, d’où seraient bannis les comportements excessifs, et les insultes » qui « détournent les électeurs » de « l’activité politique ». Sera-t-il entendu ?

Patrick Saint-Alme

Élections législatives

10 juin – 17 juin

La vérité éclate enfin au grand jour. En créant ce dimanche 13 mai son propre parti pour combattre le P.C.R., Mme Bello a tombé le masque. Ses attaques mensongères, ses outrances et ses insultes doivent être dénoncées devant la population. Ce dont a besoin la population, ce sont les mesures du Plan de développement du Parti communiste réunionnais, que le président François Hollande s’est engagé à appliquer dans son discours de Saint-Louis. C’est ce combat que mènera Jean-Yves Langenier à l’Assemblée nationale, dans la continuité des luttes au service des Réunionnaises et des Réunionnais.

Meeting le vendredi 18 mai 2012 à 17 h 30

Rue de Saint-Louis à Saint-Paul

avec Jean-Yves LANGENIER et Thérèse RICA,

candidats du P.C.R. dans la 2ème circonscription

Domin i komans zordi !

www.jylangenier.re



Kanalreunion.com