Actualités

Une classe politique obnubilée par l’électoralisme

Les principes de François Hollande contredits à La Réunion

Manuel Marchal / 19 novembre 2012

Dans sa conférence de presse, le président de la République a situé sa stratégie en dehors de tout électoralisme à courte vue. La plupart de la classe politique réunionnaise fait exactement le contraire, car la campagne des municipales a déjà commencé.

JPEG - 26.6 ko

« Je ne prépare pas le sort d’une prochaine élection, mais celui de la prochaine génération »  : ce sont des propos de conclusion tenus mercredi par François Hollande lors de sa première conférence de presse en tant que président de la République.

En commençant de la sorte la conclusion de son propos liminaire, le chef de l’État déclare situer sa stratégie en dehors de l’électoralisme. Il présente un programme visant à restaurer la confiance en utilisant le levier du désendettement public. Cela a pour conséquence une hausse des impôts, et une diminution des dépenses de l’État. Ce sont des mesures impopulaires, dont l’annonce a un effet dans les sondages : jamais un président n’a eu une cote de sympathie aussi faible au bout de six mois de mandat.

Ce faisant, le chef de l’État souligne que « la seule question qui vaille n’est pas l’état de l’opinion aujourd’hui, mais l’état de la France dans 5 ans » . Il demande à être jugé sur son bilan à la fin du mandat que la population lui a confié.

Une préoccupation : qui sera le maire !

À La Réunion, l’attitude de la classe politique en général se situe à l’opposé de la stratégie présidentielle. Cette année, La Réunion a vécu deux campagnes électorales. Et comme trop souvent dans un pays en manque de développement, ces périodes ont vu fleurir des mesures destinées à flatter l’opinion (voir encadré) .

Et aujourd’hui, ce qui occupe les conversations, ce sont les municipales de 2014, dans 18 mois ! Notre confrère du "Journal de l’île de La Réunion" a commencé un tour de l’île, force est de constater que les candidats à la candidature se bousculent. La campagne a déjà commencé pour les challengers autoproclamés… et aussi chez les sortants.

Dans de telles conditions, il est illusoire de croire que les énergies se consacrent à l’application d’un programme pour lequel la population a confié des responsabilités.

La résistance au changement

Alors que la logique veut que les représentants du président de la République portent sa stratégie à La Réunion, c’est loin d’être le cas sur cette question. Lors d’un rassemblement de militants à Bois-Madame, les élections législatives à peine terminées, l’ancien premier secrétaire du PS fixait clairement l’objectif : gagner la Mairie de Sainte-Marie !

Si les nouveaux députés avaient comme ambition de soutenir la stratégie du président de la République, nul doute qu’ils se seraient impliqués dans la Conférence économique et sociale.

Et il y a fort à parier que l’attitude de la plupart de la classe politique réunionnaise, les députés en tête, continuera de montrer son opposition aux principes réaffirmés par François Hollande mercredi en conférence de presse. Car l’application de ces principes porte en elle la remise en cause d’un modèle à bout de souffle.

M.M.

Du clientélisme à chaque élection

Le comble a été atteint quand au lendemain des émeutes de février, le Conseil régional décida de subventionner les compagnies pétrolières pour qu’elles n’augmentent pas leur prix pendant une période donnée. Comme par hasard, l’aide de la Région prenait fin peu après le second tour des élections législatives.

Cela s’ajoutait à d’autres méthodes de campagne pour le moins entachées de clientélisme. Dans notre île, la pression du chômage est telle qu’un contrat aidé de quelques mois pèse sur les consciences.

Quand, en septembre dernier, des jeunes barrent la route à Bellepierre, un quartier de Saint-Denis, ils revendiquent des emplois qui leur auraient été promis pendant la campagne électorale. Quelques jours plus tard, la Mairie leur donne satisfaction.

Autrement dit, il est rare que des candidats ne soient pas tentés de faire du clientélisme à la moindre élection, ce qui démontre bien que les élections à La Réunion ne se déroulent pas dans des conditions normales, ce qui porte atteinte à la sincérité du résultat final.


Kanalreunion.com