Actualités

« Une étape de la reconstruction »

Aujourd’hui, le 8e Congrès du PCR

Céline Tabou / 5 juillet 2013

À l’occasion d’une conférence de presse, Yvan Dejean et Fabrice Hoarau ont exposé le déroulé du 8ème Congrès du Parti communiste réunionnais, les 5, 6 et 7 juillet au Bocage à Sainte-Suzanne. À cette occasion, les deux hommes ont apporté des clarifications sur le contexte et les perspectives du parti.

JPEG - 22.6 ko
Yvan Dejean et Fabrice Hoarau ont présenté hier à la presse les enjeux et le déroulement du 8e Congrès du PCR.

Durant trois jours, près de 450 délégués débattront sur les statuts, les valeurs ou encore l’orientation politique du PCR. À cette occasion, une nouvelle direction et des instances seront élues par les délégués du Congrès, venant de toutes les sections de l’île.

Ce Congrès « arrive au bon moment »

Le Congrès du PCR « fait suite à une décision prise collectivement, le 18 juin 2012, suite aux échéances électorales et à l’analyse de la situation à La Réunion et au sein du parti. Nous avons décidé de lancer collectivement la reconstruction du parti », a expliqué Fabrice Hoarau. Ce dernier a rappelé les étapes traversées lors de cette période de reconstruction, notamment l’assemblée générale de la Rivière Saint-Louis, le 30 septembre, où « nous avons voté le Manifeste de la reconstruction du PCR ». À cette occasion, « nous avons décidé d’organiser notre 8ème Congrès, qui devait avoir lieu en mars, mais nous avons décidé, lors d’un conseil de la reconstruction, de le repousser de trois mois pour le préparer au mieux ».

Cependant, suite à la décision du préfet d’organiser les élections de la commission mixte pour la 25ème commune de la Rivière, « nous avons décidé de repousser notre Congrès qui s’ouvre le 5 juillet, à 17h au Bocage à Sainte-Suzanne », a indiqué Fabrice Hoarau. Ce dernier a expliqué que « si le Congrès est aujourd’hui, nous pensions qu’il arrive à temps. L’aggravation de la situation situe ce Congrès au bon moment, car on va débattre de l’organisation, des valeurs, des statuts du parti, mais aussi discuter de la situation de crise qui perdure à La Réunion, en France et dans le monde ».

Fabrice Hoarau a expliqué que « des éléments montrent que la situation s’aggrave », prenant l’exemple de l’annonce par l’Union européenne de la suppression des quotas sucriers : « Quand on sait qu’un planteur plante une souche pour sept ans donc sept récoltes », la fin des quotas pour 2017, c’est-à-dire « dans quatre ans, c’est demain », s’est alarmé ce dernier. « L’avenir est incertain, il faut donc discuter, parler entre nous. Nous allons faire un état des lieux de la situation économique et sociale à La Réunion, car il y a urgence, mais aussi un projet de développement du pays », a-t-il indiqué.

Le débat, maitre mot

L’ouverture aura lieu, ce vendredi 5 juillet à 17h, où les délégués seront accueillis par message de l’hôte, Maurice Gironcel, responsable de la section de Sainte-Suzanne. Ce dernier sera suivi de l’actuel secrétaire général, Élie Hoarau, qui présentera un rapport, débattu par la suite par les délégués. Le cofondateur du Parti communiste réunionnais, Paul Vergès, adressera un message aux délégués et à La Réunion. Lors de ce premier jour, la commission politique et le bureau politique qui préside cette commission seront mis en place.

Samedi 6 juillet, les débats débuteront sur le rapport présenté la veille par Élie Hoarau. Deux textes seront alors présentés et débattus, tout comme les rapports sur « les valeurs partagées du parti » et l’organisation de ce dernier. Les délégués devront voter, dimanche 7 juillet, plusieurs motions et résolutions, qui seront tirées des débats. Enfin, les instances du parti seront élues par les délégués, tout comme la nouvelle direction. Le discours de clôture sera prononcé par « le ou les secrétaires généraux ».

Fabrice Hoarau a pointé du doigt les « longues périodes de débat lors de ce Congrès, car c’est le moment où les militants peuvent contribuer soit par écrit, soit par oral ». Ce dernier a rappelé que le Congrès est « une étape de la reconstruction, car il y aura toujours des débats au sein du parti. À la sortie du Congrès, nous aurons une organisation du parti prête à relever les défis du développement et à aller aux prochaines échéances électorales pour défendre nos idées, notre projet ».

Céline Tabou

« Les portes du parti restent ouvertes »

Face aux questions des journalistes concernant le différend entre Pierre Vergès et Jean-Yves Langenier, Yvan Dejean a expliqué « la direction du parti ne minimise pas les problèmes ». Ce dernier a indiqué : « Un parti, qui a 54 ans, a durant des années, vu des débats parfois entraînants des affrontements et des contradictions et des fois, nous avons réussi à régler les problèmes, d’autres fois non ».

« Le plus important, c’est qu’avec Pierre, sur le fond, nous partageons le même idéal »  : l’émancipation du peuple réunionnais, la responsabilité aux Réunionnais et un projet « qu’il faudra débattre ». « À partir de ce socle commun, je ne doute pas et j’espère que l’on pourra se retrouver. Ce qui veut dire que la porte reste ouverte pour Pierre et nous souhaitons qu’à un moment donné nous puissions nous rencontrer », a expliqué Yvan Dejean. Rappelant l’élan de solidarité des militants du parti lors que Pierre Vergès était maire du Port, Yvan Dejean a assuré : « Il n’a jamais oublié cette époque de solidarité et de fraternité. En l’état, tout reste possible. On souhaite se retrou ver dans des combats ».


Kanalreunion.com