Actualités

Une nouvelle commune par an pendant 30 ans

Face à la crise, tout est à construire —3—

Manuel Marchal / 9 décembre 2010

Deux jours après la conclusion du 7ème Congrès du Parti communiste réunionnais, une publication de l’INSEE vient de confirmer l’une des thèses du PCR, la démographie et ses conséquences. Les Réunionnais sont au pied du mur et ils n’ont que peu de temps pour se préparer. Car il ne reste que quelques années pour inventer un autre modèle. D’où l’urgence de se concerter dès maintenant.

Dans la période précédant le 7ème Congrès du Parti communiste réunionnais, la tendance chez certains médias était d’accréditer l’idée selon laquelle ce congrès était organisé à cause de la défaite des régionales. Pourtant, le PCR n’organise jamais de congrès pour régler une question électorale. Mais cela n’empêchait pas des observateurs d’affirmer que le 7ème Congrès du PCR avait pour but de préparer les cantonales. Ce type d’interprétation est un jugement erroné, qui tente de ramener le débat toujours au plus bas. C’est d’ailleurs ce que confirme la situation.
Si la tenue de ce congrès était nécessaire, c’est parce que la situation a évolué extrêmement rapidement au cours des 18 derniers mois, ce qui oblige à tout remettre en perspective.
Une des thèses du PCR s’appuie sur la démographie et ses conséquences. Le Parti propose donc une grille d’analyse de la société réunionnaise et du monde en fonction des données démographiques.

Plus de 8.000 habitants par an

L’augmentation de la population est en effet un facteur qui peut déstabiliser. Cela impose une recherche constante de solutions adaptées, car la réalité ne cesse d’évoluer. Depuis de nombreuses années, le PCR met l’accent sur l’échéance du million d’habitants. Cela a pour objectif de faire prendre conscience de cette réalité en mouvement et des défis qu’elle appelle à relever. Cela a aussi pour but de faire le lien entre la démographie et d’autres facteurs déstabilisants qui sont le changement climatique, la mondialisation du capitalisme et la révolution technologique.
Mardi, les données révélées par l’INSEE confirment cette argumentation. Elles annoncent une hausse de 250.000 habitants au cours des 30 prochaines années. En moyenne, cela signifie que chaque année ce sont plus de 8.000 Réunionnais supplémentaires, soit l’équivalent d’une petite commune.
Cela signifie que chaque année, il faut prévoir les infrastructures et tous les équipements nécessaires au fonctionnement d’une petite commune. La difficulté réside dans l’accumulation des retards auxquels il faut faire face : la pénurie d’emploi et de logement, l’illettrisme, la vie chère… Malgré tout cela, il faut se débrouiller pour accueillir chaque année plus de 8.000 personnes.
Jamais dans l’Histoire du pays une telle situation n’était arrivée.

La réalité finit par s’imposer

Les données de l’INSEE montrent une accélération des échéances. Cela amène un changement de perspective pour tenter de relever le défi. Or, le modèle actuel ne peut pas anticiper l’échéance du million d’habitants. Il va au contraire continuer à produire des handicaps.
Au niveau institutionnel, la Région qui a la responsabilité de coordonner l’activité économique est en train de faillir à sa mission. Car au lieu d’essayer d’anticiper l’échéance du million d’habitants, la collectivité préfère prendre l’argent et le distribuer. C’est une très grave sous-estimation de la situation.
En peu de temps, la situation a donc changé, et l’échéance du million d’habitants approche. Elle n’est pas physiquement palpable et c’est sans doute ce qui explique pourquoi des dirigeants politiques préfèrent se focaliser sur d’autres phénomènes beaucoup moins essentiels, mais la croissance démographique impose sa réalité tôt ou tard.
Devant ces faits, le 7ème Congrès appelle la population à la concertation la plus large pour que chacun puisse faire entendre sa part de vérité pour qu’ensuite nous soyons capables de nous rassembler sur l’essentiel.

M.M.


Valoriser l’apport de nos aînés

Dans 30 ans, le quart de la population aura plus de 60 ans. Ce vieillissement, il reste quelques années pour l’anticiper. Il faut donc réfléchir à comment préparer la vieillesse, comment assurer une vie décente à nos aînés.
Tous sont détenteurs d’un précieux savoir-faire et de grandes connaissances, comment pouvons-nous alors valoriser au maximum ces personnes afin qu’elles puissent être le plus utile à la société ?
Allons-nous continuer à importer un modèle qui considère qu’au-delà d’un certain âge, un travailleur doit être mis au ban de la société parce qu’il ne peut plus être une source de profit ?
Un des challenges de ce grand débat, c’est de construire une société nouvelle avec des valeurs de civilisations qui pourront faire progresser l’humain.
La tâche est immense, mais le défi peut être relevé. Cela peut paraître difficile, beaucoup plus en tout cas que distribuer des emplois aidés, des billets d’avion ou des ordinateurs, mais cela situe notre responsabilité.


Kanalreunion.com