Actualités

Une question de loyauté

Retrait des délégations de la première adjointe

Céline Tabou / 11 avril 2012

Une partie du conseil municipal de La Possession était réunie lors d’une conférence de presse, mardi 10 avril, présidée par Roland Robert. A cette occasion, le maire de la commune est revenu sur le retrait des délégations à Sylviane Rivière.

Roland Robert a expliqué qu’en tant que maire, « il m’appartient de choisir l’équipe, avec laquelle je souhaite travailler ». Ce dernier a rappelé les « rapports de confiance et de loyauté entre un maire et ses adjoints parce qu’il s’agit de déléguer des pouvoirs sous ma responsabilité, sous mon entier contrôle d’après la loi à des personnes dites de confiance ».

Un manque de confiance et de loyauté

Face au conflit avec Sylviane Rivière, Roland Robert pose la question « Comment travailler avec quelqu’un si il n’y a plus de confiance, ni de loyauté ? ». Ce dernier fait référence au procès de Mme Rivière renvoyé en septembre 2012 au tribunal correctionnel, pour « prise illégale d’intérêts ». Le maire a expliqué que « cette exigence est plus forte quand il s’agit du premier adjoint (qu’était Sylviane Rivière, NDLR) qui a tout pouvoir sur mes décisions et mes propositions, c’est d’ailleurs un pouvoir que le conseil municipal lui a confié ».
En « quarante années de vie publique, je n’ai jamais vu autant de manque de loyauté et de solidarité notamment d’une personne qui fait partie du même camp politique, qui est membre du Comité central du parti ». Roland Robert a ainsi résumé, « ce n’est pas une question de prise de position pour les élections mais de ne pas nous avoir informé de son procès » qui a impliqué certains adjoints et notamment le maire et son directeur de cabinet. En effet, après avoir été mis en garde à vue, le maire reproche à son ancienne première adjointe de ne pas avoir communiqué son affaire, « nous avons appris dans la presse son renvoi en correctionnel (…) alors qu’il s’agit d’une affaire qui touche toute la commune ».

« Que vient faire Huguette Bello dans l’affaire ? »

Roland Robert a dénoncé « la victimisation, faisant croire que le retrait des délégations est à cause d’une prise de position politique, alors que de nombreux membres du conseil municipal de la majorité ont des prises de position différentes des miennes ». Ce dernier a rappelé la position de Jean-Hughes Savigny, président de la fédération du Front de Gauche à La Réunion ou encore Cyrille Lebon, d’Europe Ecologie Les Verts. Le maire de La Possession a expliqué que la décision de Sylviane Rivière était « une stratégie de rupture » afin de « rompre tout lien avec la commune et le PCR, ce qui serait « peut-être préjudiciable ».
Acceptant cette possibilité, Roland Robert s’est interrogé sur les propos « d’une violence inouïe » tenus par Huguette Bello. Cette dernière a « comparé les expulsions de 1962 à un fait divers » comme celui-ci. Le maire a demandé à Huguette Bello de « retrouver son sang-froid et de ne pas dresser la population de La Possession les uns contre les autres. On préfère qu’Huguette Bello prenne de la hauteur et salue l’élégance de Pierre Thiébaut » qui a rendu ses délégations de lui-même. L’élu a par la suite affirmé que « Mme Bello n’a pas de leçon de management à le donner, ni de gestion humaine, quand on sait qu’elle a connu le plus grand nombre de conflits sociaux depuis son élection ». Pour conclure, Roland Robert a indiqué que « la page est tournée, le plus important est le service public et le respect de nos engagements ».

Céline Tabou


Kanalreunion.com