Actualités

Une section du PCR confiante et à l’offensive, dans une situation politique très ouverte

Saint-André

Témoignages.re / 19 novembre 2013

La Section PCR de Saint-André a tenu hier un point presse pour faire le bilan de sa 1ère année. Jacky The Seng et Paul Dennemont ont rappelé que deux éléments récents de l’actualité renforcent la sérénité des communistes de Saint-André.



JPEG - 43 ko
Jacky The Seng, secrétaire de la section PCR de Saint-André, et Paul Dennemont ont rencontré hier la presse.

Que de chemin parcouru en un an ! C’est ce qui a pu ressortir hier du point de presse auquel la Section de Saint-André du PCR avait convié les journalistes. Ses deux responsables présents hier, Jacky The Seng et Paul Dennemont, ont ainsi souligné sa place dans le débat politique qui se déroule actuellement à Saint-André dans le cadre de la pré-campagne pour les élections municipales de mars 2014.

Retraçant à grands traits les étapes de la reconstruction du PCR à Saint-André, Jacky The Seng a montré les progrès réalisés, entre la poignée de militants réunis en novembre 2012 et le rôle de la Section aujourd’hui dans le soutien à la liste de rassemblement conduite par Joé Bédier et Gélita Hoarau. Les militants saint-andréens se sentent d’autant plus à l’aise et sereins qu’ils ont pour eux la force de la loyauté et l’intransigeance sur des valeurs qu’ils ont vu allègrement bafouer par Eric Fruteau et son équipe.

Une double clarification

Les évènements de ces tout derniers jours le montrent on ne peut mieux. Au Conseil municipal d’abord où, à l’occasion de la séance du vendredi 15 novembre, Eric Fruteau n’a été sauvé de l’humiliation de l’absence de quorum (fixé à 22), alors qu’il disposait de 34 élus sur 43 au départ de 2008, que par la complicité de Serge Camatchy. Neuf élus dont 6 adjoints refusant de siéger ont suffi à démontrer la fragilité de ce qui reste de “majorité” municipale et qui n’a visiblement plus la confiance de la population. Cette double clarification constitue désormais un élément décisif dans la situation saint-andréenne.

L’autre élément déterminant, c’est évidemment la mascarade électorale interne dans laquelle s’est ridiculisé Eric Fruteau. N’ayant confiance en personne, se méfiant de sa propre ombre, il a imposé par un simulacre de vote démocratique la candidature de son épouse à la mairie. La manœuvre est tellement grossière que les instances dirigeantes de son propre parti, le PLR, ont refusé de la cautionner, la condamnant même avec des mots très durs, négation des principes moraux essentiels, déni de démocratie, etc.). C’est dire l’isolement d’Eric Fruteau aujourd’hui qui voit le reproche de « familiocratie » généreusement décerné aux autres lui revenir en pleine figure !

Rompre avec le passé

Face à cela, au refus du retour au passé symbolisé par les deux candidats de droite, JP Virapoullé et Serge Camatchy, la Section de Saint-André a fait le choix de soutenir la candidature de Joé Bédier, seule garantie véritable de rompre avec le passé et ces six années si décevantes d’arrogance, de mépris de la population, de suffisance personnelle de la part d’Eric Fruteau. Elle se félicite d’avoir reçu dans cette démarche le soutien de Gélita Hoarau, l’ex-sénatrice (d’ailleurs privée d’une réélection en 2011 par la trahison, entre autres, d’Eric Fruteau), femme d’expérience et de dévouement qui, issue du peuple travailleur de Saint-André, n’a jamais renié ses origines, et qui sera donc associée à Joé Bédier dans la conduite de la liste de rassemblement, sans oublier bien sûr le secrétaire de Section, Jacky The Seng. C’est donc par un appel au soutien de la liste de large rassemblement, Joé Bédier-Gélita Hoarau, que s’est conclu le point de presse de la Section de Saint-André.

Correspondant

Paul Dennemont, un militant communiste heureux

Egalement présent au point de presse de la Section, Paul Dennemont a tenu à faire part de sa satisfaction, pour ne pas dire son bonheur de militant du PCR. Rappelant la situation d’il y a un an, Paul Dennemont ne s’est jamais résolu à ce que Saint-André, berceau du PCR et de nombre de ses luttes, soit privé d’une section communiste du fait de la trahison d’un ambitieux, oublieux de décennies de luttes populaires. Aujourd’hui, grâce à un travail patient, de nombreux militants en plein désarroi sont revenus, ont retrouvé le chemin de l’unité, en dépit des pressions et de l’intoxication mises en œuvre par Eric Fruteau, se réclamant d’un héritage communiste qu’il a foulé aux pieds en le trahissant.

C’est à un véritable retour aux sources que nous assistons aujourd’hui à Saint-André dans la redécouverte et la remise en pratique des valeurs fondatrices du Parti : respect mutuel, loyauté, fraternité, solidarité, désintéressement, etc. Oui, il y a de quoi se sentir véritablement heureux !


Kanalreunion.com