Actualités

Vers un record de l’entente des Réunionnais pour le contrat entre le futur président et la population

Dans 8 jours, l’élection présidentielle : La responsabilité exceptionnelle et unique des électeurs du 6 mai

Manuel Marchal / 27 avril 2012

À 9 jours du second tour, Paul Vergès a expliqué comment le scrutin du 6 mai prochain peut ouvrir un changement aussi important que celui que notre pays a connu à la suite de la loi du 19 mars 1946. À l’époque, il a été possible de sauver la population de la misère, aujourd’hui c’est le développement du pays qui est en jeu. Le changement est possible, et si nous pouvons réaliser un score record en faveur de François Hollande, le candidat qui a signé un contrat avec la population, alors débutera l’application du plan de développement du pays.

Rétablir le tram-train, les énergies renouvelables, l’autonomie énergétique, autosuffisance alimentaire, priorité à l’emploi des Réunionnais, réponse à l’urgence sociale en créant deux grands services d’intérêt public dans l’environnement et l’aide à la personne, ce sont des propositions que le Parti communiste réunionnais a présentées aux candidats à la présidentielle. Ces propositions sont l’application concrète d’un plan pour le développement de La Réunion.

François Hollande a répondu favorablement à ses propositions. En conséquence, il a consacré à La Réunion un programme supplémentaire à son programme national.

En plus des mesures sociales annoncées par le candidat, « nous allons bénéficier du contrat passé pour les élections à la présidence de la République », explique Paul Vergès. « Voilà pourquoi le vote du 6 mai va bien au-delà des simples opinions personnelles ».

Au premier tour, le candidat soutenu par le PCR a obtenu 53% des suffrages. Dans huit jours, « nous irons vers un pourcentage exceptionnel dans l’histoire de la 5e République ». Bien au-dessus des 53%, le candidat engagé dans un contrat avec la population pourrait atteindre voire dépasser 75% des suffrages le 6 mai.

Un contrat particulier

JPEG - 16.4 ko
Paul Vergès rappelle qu’en plus des mesures du candidat Hollande, La Réunion bénéficie d’un contrat sans équivalent entre le futur président et la population. (photo Imaz Press Réunion)

Nous sommes dans la situation du 1946, « où nous pourrions avoir une communion politique », poursuit Paul Vergès.

Il lance donc un appel au rassemblement, allant au-delà de celui de ceux qui ont voté pour les forces de la prochaine majorité parlementaire. Paul Vergès souligne que l’intérêt en jeu, c’est celui de La Réunion et invite ceux qui ont voté pour Sarkozy le 22 avril dernier à y réfléchir.

L’intérêt de notre pays, « c’est que le scrutin du 6 mai apparaisse comme un record de l’entente des Réunionnais », pas seulement pour voter pour un candidat plutôt que pour un autre mais surtout pour faire peser de tout son poids le contrat signé entre le prochain président de la République et la population de notre pays. C’est un contrat unique dans cette élection, aucune autre région ou département ne bénéficie en effet d’un contrat particulier engageant le prochain président de la République à aller au-delà du programme qu’il présente à l’ensemble des électeurs.

Ce contrat existe, il a été rendu public à la veille de la présidentielle, rappelle Paul Vergès. Le sens du vote du 6 mai concerne l’avenir de celui qui va glisser un bulletin dans l’urne, l’avenir de ses enfants, l’avenir de son pays.

« Nous avons aujourd’hui les éléments de la solution »

Paul Vergès appelle chaque Réunionnais à prendre en compte la responsabilité exceptionnelle et unique que prend le vote du 6 mai. Dans 5 ans, nous serons à plus de 900.000 habitants. Si François Hollande est réélu, nous serons à la fin de son second mandat en 2022 à plus de 950.000 habitants. Madagascar approchera les 30 millions d’habitants, la Chine sera presque la première puissance économique mondiale, l’Inde s’approchera de la troisième place… « dans les 10 ans tout va changer ».

La responsabilité est aussi grande qu’en 1946. À cette époque, la majorité de la population vivait dans des paillotes, ne pouvait pas aller à l’école et ne pouvait pas avoir droit à des soins médicaux. Les Réunionnais ont alors pris leurs responsabilités pour changer le système. Ils ont élu Raymond Vergès et Léon de Lépervanche qui ont ensuite fait voter la loi qui a aboli le statut colonial. Cette loi a tout changé et elle arrive aujourd’hui au bout de ses capacités puisqu’elle n’a pas été accompagnée du développement.

La présidentielle peut tout changer en ouvrant une nouvelle étape dans notre Histoire. « Nous avons aujourd’hui les éléments de la solution, le préalable est dans 9 jours », explique Paul Vergès, « les politiques réunionnais qui seront aux responsabilités ont devant eux une tâche plus grande que Lépervanche et Vergès ». Aurons-nous des députés qui seront des élus à la hauteur, ou seront-ils de rois fainéants qui appliqueront ce que décidera Paris ?

 Manuel Marchal 

Quelques éléments de la solution


Paul Vergès a rappelé quelques orientations du contrat entre le futur président de la République et la population.

Réponse à l’urgence sociale

Il s’agit d’en finir avec un demi-siècle d’emplois aidés qui sont détournés à des fins électoralistes par des emplois durables s’inscrivant dans des services publics. La répartition de ces emplois dans l’ensemble de l’île découlera des besoins objectifs dans l’aide à la personne et dans l’environnement. Que les associations participent aux répartitions découlant de besoins.

Relance des grands chantiers

Paul Vergès indique que le futur président de la République estime que les grands chantiers sont le pilier du développement. Ils répondent à un besoin urgent d’aménagement du territoire, et ils permettent également de créer de nombreux emplois pour des années. Le contrat prévoit la reprise du tram-train. Avec le changement de président et de gouvernement, la dotation ferroviaire sera votée, et le chantier repartira. Car « il faut des actes pour donner confiance à la population », poursuit Paul Vergès.

Priorité à l’emploi régional

Selon l’INED, les émigrés des DOM en France comptent dans leurs rangs 38% des diplômés de l’enseignement supérieur. Cela signifie que « des familles qui ont consenti des sacrifices, toutes des années d’effort qui se traduisent par des emplois en France », précise Paul Vergès. « Il y a plus de Réunionnais au travail dans ces domaines en France qu’ici ».

La réponse, c’est l’engagement à la priorité à l’emploi ici ce qui ne signifie pas l’emploi exclusif. Le prochain mandat verra donc la reprise du projet de l’Université de l’océan Indien, et l’ouverture aux Réunionnais des postes d’encadrement.

L’importance du vote réunionnais


Paul Vergès a rappelé que La Réunion représente 44% de la population des régions d’Outre-mer. Compte tenu de la tradition de plus forte abstention des régions d’Amérique par rapport à ici, notre île « joue un rôle central ».

Le tableau ci-dessous compare les voix obtenues par les candidats des composantes de la prochaine majorité parlementaire au premier tour de la présidentielle dimanche dernier.

À chaque fois, c’est à La Réunion qu’ils obtiennent la majorité de leurs suffrages outre-mer. « Les Réunionnais doivent se rendre compte de l’importance de leur vote », souligne Paul Vergès.

Candidats Autres Régions d’Outre-mer La Réunion
M. François HOLLANDE 174.710 voix 194.009 voix
M. Jean-Luc MÉLENCHON 19.358 voix 24.503 voix
Mme Eva JOLY 5.252 voix 7.737 voix

La part principale des voix de François Hollande vient du PCR


Ce tableau ci-dessous illustre l’apport du PCR aux 53% des suffrages réalisés dès le premier tour par François Hollande. Mais force est de constater que le PCR n’est jamais cité en tant que parti ayant eu une implication directe dans ce score.

Paul Vergès constate que le PS est conscient « que nous avons apporté la parti principale pour François Hollande, mais ne nous donne pas droit à la parole, cela mérite réflexion ». « Nous allons faire partie de la majorité présidentielle et parlementaire, comment peut-on ainsi nous traiter ? », interroge-t-il, « cela fait partie de tous les enseignements que nous accumulons depuis un certain temps ».

Paul Vergès rappelle à ceux qui l’auraient oublié que les décennies de censures du PCR à la radio et à la télé « ont été un élément essentiel de notre popularité ».

Votes pour François Hollande
Communes dirigées par le PS 52.709 voix
Communes dirigées par le PCR 66.795 voix


Kanalreunion.com