Actualités

Vœux du chef de l’Etat à l’Outre-mer : un discours contredit par la réalité et qui ne trompe personne

Communiqué du Parti communiste réunionnais

Témoignages.re / 11 janvier 2011

Dans un communiqué, le Parti communiste réunionnais met en doute la crédibilité du discours du Président Nicolas Sarkozy dans ses vœux à l’Outre-mer prononcés dimanche en Guadeloupe. Le PCR « attend des actes » et « ne peut se fier à des discours ».

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy, a prononcé hier (dimanche - NDLR) en Guadeloupe ses vœux à l’Outre-mer. L’an dernier, c’est à La Réunion qu’il s’est adressé à l’Outre-mer. Entre ces deux exercices, force est de constater que la situation économique et sociale s’est aggravée dans l’ensemble de l’Outre-mer et que les populations ultramarines, et notamment les Réunionnais, subissent de plein fouet les conséquences de la politique de régression sociale du gouvernement et de ses relais politiques à La Réunion.
De plus, de nombreux évènements intervenus depuis portent directement atteinte à la crédibilité du discours : qu’en est-il par exemple du « développement endogène » lorsque l’on porte atteinte à la filière photovoltaïque ? Notons au passage que le projet qui se voulait emblématique, GERRI, qui avait été magnifié lors d’une cérémonie en présence du Président de La République à Pierrefonds, a totalement disparu. Que vaut également le soutien exprimé par le Président à la défiscalisation quand, dans la réalité, la LODEOM et la loi de Finances ont porté atteinte à ce dispositif ?

Le chef de l’Etat a parlé de nouveau de la nécessité de promouvoir aux postes de responsabilité des originaires de l’Outre-mer. Mais, dans les faits, on nomme des commissaires « exogènes » pour s’occuper du développement endogène : on choisit de nommer quelqu’un de Métropole comme directeur du CROUS au mépris des candidatures locales. Plus grave, comment promouvoir la responsabilité locale lorsque l’on veut placer des élus sous tutelle en donnant un « pouvoir de substitution » aux préfets ?

Sur le plan du développement, comment parler du développement économique et de l’importance des déplacements lorsque l’on démantèle le Protocole de Matignon pour supprimer le tram-train et repousser aux calendes grecques la nouvelle route du littoral ? La réalité subie par les Réunionnais, c’est l’augmentation du chômage et de la précarité, la crise dans le secteur du logement, les atteintes au pouvoir d’achat et la remise en cause d’acquis sociaux comme la réforme des retraites.

Le seul élément relativement nouveau dans le discours du Président de la République, c’est l’annonce de la fin de la politique de rattrapage de nos retards et de la prise en compte des besoins découlant de la progression démographique. Nicolas Sarkozy a en effet clairement énoncé que l’Outre-mer devait contribuer aux économies budgétaires de l’Etat et que, par conséquent, les crédits en faveur de l’Outre-mer devaient diminuer de 300 millions d’euros. Ce sont les collectivités locales, les contribuables et les ménages réunionnais qui vont en subir les conséquences. Que valent donc les bonnes intentions ou les incantations du chef de l’Etat quand elles sont à ce point contredites par la réalité ?

Le Parti communiste réunionnais considère que le langage de vérité, c’est de dire aux Réunionnais qu’en réalité, il n’y a rien à attendre comme changement fondamental dans la politique du gouvernement actuel traduite dans la loi de Finances 2011 et que la situation va s’aggraver durant « l’Année de l’Outre-mer ». Dans ces conditions, nous attendons des actes et ne pouvons nous fier à des discours.


Kanalreunion.com