Actualités

Yvan Dejean : le combat du PCR c’est « sauver notre pays, La Réunion »

Invité du dimanche soir à Antenne Réunion

Témoignages.re / 26 avril 2016

Dimanche soir, Yvan Dejean, co-secrétaire général du Parti communiste réunionnais était invité du journal télévisé d’Antenne Réunion. Cette interview a été l’occasion d’un tour d’horizon de l’actualité politique. Le dirigeant communiste a pu rappeler les échéances essentielles pour La Réunion, pour lesquelles le PCR appelle les Réunionnais à s’informer, débattre et se rassembler.

JPEG - 36.6 ko
Yvan Dejean, le 19 mars dernier lors de la conférence du PCR à Sainte-Suzanne.

La situation du Parti communiste réunionnais

« Dans trois ans, nous célébrerons nos 60 années d’existence. Soixante années durant lesquels nous avons eu des hauts, des bas. C’est ce que vit la population, nous n’y échappons pas, car nous vivons dans un système qui produit de la crise. Crise sociale, crise économique, crise politique. Face à cela, nous devons apporter une véritable réflexion.

Quand on voit qu’aux dernières élections régionales, la moitié de la population ne s’est pas exprimée. Quand on voit que vous avez fait vous-mêmes un sondage sur Antenne Réunion où les électrices et les électeurs qui ont déjà fait leur choix pour 2017 placent le Front national devant tous les autres partis politiques, cela doit nous interpeller mais cela ne m’a pas surpris personnellement. Je pense qu’il y a une véritable déception dans l’opinion publique qui est liée aux engagements qui ont été pris en 2012 par le candidat Hollande, et aucun engagement n’a été tenu. Il est normal à ce moment-là qu’un ras-le-bol s’exprime, que l’on ressent un véritable malaise social. Et aucune des mesures annoncées ne permet d’entrevoir l’avenir sous des auspices que l’on peut qualifier de meilleur en l’état.

C’est la conséquence d’une politique où l’on essaie de faire plaisir aux uns, faire plaisir aux autres. On navigue un peu à vue, un coup c’est à droite, un coup c’est à gauche, et les déclaration d’Emmanuel Macron que l’on vient d’entendre sur la gauche ne m’étonnent pas non plus. Plus nous approcherons des élections présidentielles, plus nous serons sous le coup de petites phrases médiatiques, mais cela montre qu’il y a un grand désordre dans la vie politique et ce grand désordre est la conséquence de toute une série de mesures qui ne collent pas à notre réalité. »

La candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle

« Jean-Luc Mélenchon a gardé depuis le début un discours qui montre une certaine cohérence dans l’action, dans les paroles, dans son engagement contrairement à l’exécutif où François Hollande navigue un peu à vue pour faire plaisir un peu aux uns, un peu aux autres, c’est du saupoudrage. Jean-Luc Mélenchon fait une percée.

À la question de savoir si nous allons soutenir Jean-Luc Mélenchon, pour l’instant le débat est un débat franco-français. Jean-Luc Mélenchon ne s’est pas positionné dans un discours quelconque sur l’avenir des outre-mer, l’avenir de La Réunion en particulier, c’est ce qui nous intéresse. C’est ce qui se passe dans mon pays qui doit faire l’objet de toutes les attentions. Nous n’avons pas encore rencontré Jean-Luc Mélenchon, s’il souhaite nous rencontrer, nous sommes preneurs bien évidemment pour un échange. »

La primaire à gauche

« Nous avons été dès le départ parmi celles et ceux qui ont co-organisé les primaires en 2012. C’est une expérience que nous avons menée, il faut en tirer toutes les leçons. Ce soir sur votre plateau je ne serai pas en mesure de vous dire oui ou non si nous participons à une primaire. Le PCR a des règles de fonctionnement, il y a un débat, des instances et en temps voulu les choses seront clarifiées. »

L’alliance Progrès-PCR

« C’était une alliance pour 20 ans. Depuis les élections régionales, nous n’avons pas rencontré Patrick Lebreton. Les relations ne sont pas rompues, nous sommes prêts de nouveau à discuter. Nous sommes prêts à discuter avec toutes les forces vives sur la base d’un projet partagé, réunionnais pour faire avancer notre pays. Voilà la vérité. »

Au sujet de Claude Hoarau

« Nous sommes un parti politique, le PCR. Qu’est-ce qu’un parti politique ? C’est un parti avec un projet, des militantes et des militants que l’on doit respecter, et une organisation. L’organisation est fondée d’abord sur des règles de fonctionnement.

Que s’est-il passé pendant les élections régionales ? Claude Hoarau a pris la décision personnelle, unilatérale d’appeler au vote pour une candidate sans que l’instance politique du Parti communiste réunionnais qui est le Conseil politique qui doit d’abord donner son aval pour une expression publique pour un appel au vote l’est fait.

Ces règles de fonctionnement, que Claude Hoarau a contribué à écrire en grande partie lui-même, adoptées au congrès de Sainte-Suzanne, il était en totale dérive. Il s’est exclu lui-même du PCR.

On ne peut pas en tant que dirigeant de parti prendre une décision personnelle et vouloir l’imposer à l’ensemble du parti. Il s’est mis en retrait, il s’est exclu lui-même et ne s’est pas arrêté à là. Dans un journal local de grande diffusion, il a insulté Paul Vergès en le traitant de 5e colonne. En langage clair, il a dit à Paul Vergès « vous êtes un traitre ».

C’est une violence extraordinaire, ça faisait 20 ans que je militais aux côtés de Claude Hoarau, j’aurais pu entendre beaucoup de choses sur le PCR, sur Paul Vergès, venu de n’importe qui, mais venant de Claude Hoarau, je n’aurais jamais cru cela possible. Hélas, il l’a fait. Je constate des faits, l’opinion doit connaître la vérité. »

Sur les rendez-vous immédiats

« Les problèmes que nous posons sont bien réels, ce ne sont pas de vieilles lunes marxistes. Quand on dit que cette année, c’est la dernière campagne sucrière avec la fin des quotas et des prix garantis, c’est une réalité, je n’invente rien. Quand on dit que 2017 verra se déployer les APE qui vont impacter tout notre système de production, je n’invente rien.

Tous les acteurs de la filière canne et du secteur productif disent « Yvan Dejean dit la vérité », on n’est pas sur des mensonges.

Quand on dit que cette année, le sort de La Réunion va se décider pour 25 ans avec le projet de loi égalité réelle, que disent les Réunionnais ? Nous, au PCR, nous sommes quasiment les seuls à être dans le débat d’idées. Bien entendu on essaie de nous casser, de nous torpiller, mas cela vous savez kom di kréol le do lé large. Malgré tout, il faut avancer et sur ces problèmes là, ce n’est pas un problème d’unité idéologique. Il s’agit du problème de sauver notre pays, La Réunion. »

Soutien du PCR à la mobilisation contre la loi El-Khomri

« Dès le départ nous avons soutenu les forces vives, les syndicats, et nous nous sommes mobilisés, contre cette loi qui est un véritable recul pour les travailleurs. La dernière délégation a été conduite par le co-secrétaire général Maurice Gironcel, le jeudi 28 nous construirons une délégation pour être aux côtés des travailleurs en lutte. »



Un message, un commentaire ?



Messages






  • A mon humble avis : Comment, "sauver notre pays, la Réunion" si , quand la balle est dans le camps de toutes et tous ceux qui militent, combattent durement pour renverser les bastions, les dernions bastions de la forteresse capitaliste, voient leurs éfforts anéantis par un brusque retournement de situations, qui donnent la victoires , étrangement, à leurs adversaires ! La question qu’on se pose immédiatement faut-il continuer à faire confiance à ses , ces coéquipiés ou former sa propre équipe pour respecter ses propres engagements ?

    Bien entendu si les remarques sur les "maladresses" sont acceptées, les dérives sont corrigées ; le cheminement quand aux objectifs fixés , redéfinis clairements peuvent continués.

    Mouillés sa chemise, son dossard pour arracher la victoire à tous ceux qui maintiennent La Réunion dans une espece de sous -développement politique, économique, sociale, culturelle est une tache, une lutte, un combat immense mais noble pour la Politique, pour "sauver notre pays, la Réunion"

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com