Actualités

Yvan Dejean : « travail, justice, fraternité »

Rassemblement du P.C.R. à Saint-Louis

Témoignages.re / 5 mars 2012

Secrétaire de la section de La Rivière et membre du secrétariat, Yvan Dejean a été désigné candidat du PCR aux prochaines législatives. Hier à Saint-Louis, il est intervenu.

D’emblée, Yvan dejean a évoqué « l’inquiétude » des militants communistes qui, « au cœur du peuple », sont nombreux à douter de la possibilité d’améliorer leur sort, celui de leurs enfants et de leurs parents, et se, comme le plus grand nombre de « maltraités, tiraillés, bordés, oubliés »... Dénonçant « un système qui confond le juste et l’injuste, pourri, où une poignée d’élus, drapés dans l’écharpe tricolore, voudraient encore faire croire qu’ils sont tout-puissants », il a appelé à combattre ce malaise dans la société réunionnaise par le « rassemblement » de ceux qui « n’abandonnent pas l’espoir de vivre mieux et de construire un pays dans lequel l’ensemble du peuple vivra mieux ».

Lutter plus pour gagner plus

Un changement qui n’est possible, selon le jeune élu riviérois, que par le « combat, qui seul donne les moyens de changer la vie et de changer sa propre existence ». Conscient de « l’honneur immense qui m’a été fait par les camarades qui ont proposé ma candidature et par ceux qui l’ont actée », le candidat communiste de la IIIe circonscription a évoqué son parcours. Celui d’un « enfant d’un milieu très modeste, issu d’un quartier populaire" de La Rivière, qui « sait ce que signifient des termes tels que « difficulté », « précarité », et a compris très tôt que « seule la lutte paie ». Avec émotion, Yvan Dejean a dit sa « fierté d’avoir été à l’école de combattants dont l’Histoire de La Réunion retiendra le nom »… et d’avoir, dans le combat qui s’annonce, « d’illustres prédécesseurs tels que Paul Vergès, Julien Ramin, Claude Hoarau, et le regretté Père René Payet ».

Un combat global

Le candidat a poursuivi en évoquant la « dimension globale » des problèmes que rencontrent les Réunionnais, conséquence d’« un système mondial », qui aujourd’hui, « est en feu », « en Grèce, et s’étend
parce que les pompiers pyromanes de l’Union européenne, du FMI, de la banque mondiale nourrissent d’austérité le brasier qui dévore les conquêtes sociales des travailleurs ».
Le Réunionnais, avertit-il, ne doit pas « se croire à part », malgré les « sirènes qui lui chantent la romance de l’île intense, du métissage et de la misère moins pénible au soleil Têtus, "les faits ont balayé ces foutaises, et le feu a pris dans pays, suivant la traînée de poudre de la vie chère et du chômage ». En embuscade, guettent « ceux qui veulent que rien ne change, se sont déjà arrangés pour que nous payions nous-mêmes la baisse de l’essence, et espèrent que la société injuste dure jusqu’au prochain incendie ».

Les militants communistes acteurs du changement

« Les communistes réunionnais », déclare Yvan Dejean, ont au contraire « la certitude que ces évènements doivent être les derniers », car, déclare-t-il, « des solutions existent dans un projet de travail, de justice et de fraternité, dont le moteur est le développement accéléré du pays ».
« Les contrats aidés, seuls, ne peuvent donner un avenir à notre jeunesse, si nombreuse, si talentueuse, si ambitieuse », prévient le jeune candidat, qui rappelle les « opérations concrètes permettant de créer du travail via les grands chantiers et l’aménagement de notre nature réunionnaise ». Autonomie énergétique, autonomie alimentaire, grandes réalisations créatrices de milliers d’emplois... Cette mutation, affirme-t-il, doit aussi entraîner la création de « cadres de décisions qui correspondent aux désirs du peuple ». Yvan Dejean a dit sa « fierté de voir que La Rivière 25e commune est désormais un projet qui fait l’unanimité. Il n’y a plus d’obstacle politique à sa réalisation. Il il faut désormais la volonté politique, et cette volonté, nous l’avons ». L’acteur essentiel de ces changements demeure, pour le jeune militant, le Parti Communiste Réunionnais, dont il a salué la « dynamique de refondation, issue de la base et formulée par le secrétaire général Élie Hoarau ». Une « tâche exaltante », où les jeunes « mesurent l’honneur qui leur est fait, de combattre auprès d’un camarade si valeureux ». C’est par un hommage et un salut renouvelés au PCR et à ses militants qu’Yvan Dejean a conclu son allocution.


Kanalreunion.com