Actualités

Zot la di

Rassemblement du Parti communiste réunionnais

Témoignages.re / 25 novembre 2009

Le parti communiste réunionnais avait organisé un grand rassemblement dimanche dernier à la Possession. L’occasion pour de nombreux militants de se réunir pour continuer à œuvrer pour La Réunion.

• Josette Germain, Sainte-Suzanne

« Le Parti, c’est l’espoir... »

« Cette année a été très positive pour le PCR. Il faut que cela continue. Nous devons rester à l’écoute de la population pour garder sa confiance. Le Parti vient de célébrer son cinquantenaire. Cela prouve que l’on a toujours regardé les problèmes des Réunionnaises et des Réunionnais. Je suis au Parti depuis l’âge de 15 ans. Quand on voit les progrès réalisés, on peut être satisfaits, même s’il reste beaucoup de choses à faire. Regardez l’inscription du maloya au Patrimoine culturel de l’humanité. C’est une très bonne chose. On ne doit pas oublier la culture de nos ancêtres, et le maloya s’inscrit toujours dans la modernité. Les projets exposés pendant cette conférence, nous devons maintenant les partager avec la population, et lutter pour les faire aboutir. Pour cela, il nous faut être forts. Le Parti, c’est l’espoir. Les gens ont des attentes, ils écoutent, ils regardent, et après, ils analysent. A nous d’être convaincants ! ». • Antoine Anelard, Saint-Louis

« Nous avons un programme... »

« Nou la minn, in bonpé la lit po bann domoun. Sa lé zamé fini. Nous avons un programme qui répond aux aspirations de la population. Nous devons en discuter avec les gens. Je pense que l’on a montré ce que l’on pouvait faire avec la route des Tamarins, le solaire... Il faut continuer et mettre en place le tram-train et encore plus d’énergies renouvelables. • Nadia Hoarau et Marie-Françoise Guirisima, Saint-Paul

Nous comptons sur nos élu(e)s... et sur notre propre lutte »

« Beaucoup de choses ont changé. En bien ! Parfois un peu trop vite. C’est le Parti qui a arraché tout cela. Nous espérons que nous allons poursuivre, notamment à partir des communes que nous gérons et du Conseil régional. Mais pour cela, il nous faut renforcer le Parti et convaincre sak i ézit. Nous comptons sur nos élu(e)s... et sur notre propre lutte. Ah ! sur le maloya... c’est la musique de nos ancêtres. C’est bien qu’il soit anlèr ».

Propos recueillies par YVDE


Kanalreunion.com