Canne à sucre

80 euros la tonne de canne à sucre de richesse 8 en Martinique : les élus de La Réunion au pied du mur

Soutien aux planteurs

Témoignages.re / 8 février 2014

En réaction à la suppression des quotas à partir de 2017, une concertation a eu lieu en Martinique. L’Etat, l’usinier, le Conseil général et la Région se sont entendus pour financer le prix de base de la tonne de cannes. Il est fixé à 80 euros pour une richesse de 8. Dans un courrier adressé au président de Région, Elie Hoarau appelle à une pareille concertation.

JPEG - 156.4 ko
Les planteurs doivent être sauvés. Elie Hoarau appelle à la mobilisation. Il est possible de s’inspirer de la démarche initiée en Martinique pour donner confiance : 80 euros la tonne de cannes de richesse 8. (photo Toniox)

Lettre d’Elie Hoarau, conseiller régional, à Didier Robert, président de la Région

Monsieur le président,
La confirmation de la suppression des quotas sucriers européens en 2017 a suscité une vive inquiétude chez les planteurs de canne tant à La Réunion qu’aux Antilles. Face à cette échéance proche et certaine, les planteurs éprouvent le besoin d’un soutien sans faille.

En Martinique, conscients de la gravité de la situation, le Conseil régional, le Conseil général et l’Etat ont décidé de signer un "Pacte de sauvegarde de la canne" se traduisant par la mise en place d’un dispositif d’aide exceptionnelle aux planteurs sur la base de 80 euros par tonne (pour une richesse saccharimétrique de 8), partagés conjointement entre le Conseil régional et le Conseil général (13,80 euros chacun), l’Etat (19,4 euros) et la sucrerie SAEM Le Galion (37,84 euros).

Nous considérons que les autorités à La Réunion devraient s’inspirer de l’esprit d’une telle démarche pour exprimer également leur soutien à la filière canne.

Il est à nos yeux de la responsabilité de tous ceux qui ont la préoccupation du développement de La Réunion et de la cohésion sociale de manifester concrètement leur soutien à la filière canne et d’apporter leur contribution au-delà de leurs compétences.

Aussi, il nous apparaît particulièrement opportun que vous puissiez prendre l’attache du Conseil général et de l’État afin d’examiner la possibilité et les conditions de la mise en place d’un dispositif d’aide exceptionnelle aux planteurs et à la filière canne.

Vous remerciant de nous tenir informés de toute initiative que vous prendrez dans ce sens.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération très distinguée.

Elie Hoarau


Kanalreunion.com