Canne à sucre

Augmentation du prix de la canne : le décret publié le mois prochain

Jean-Yves Minatchy rencontre Marie-Luce Penchard

Manuel Marchal / 5 septembre 2009

Hier, la Chambre d’agriculture a fait le bilan de sa première rencontre avec Marie-Luce Penchard, secrétaire d’État à l’Outre-mer, venue dans notre île la semaine dernière. Jean-Yves Minatchy fait état d’une ministre déterminée à faire avancer les dossiers. Durant cette première prise de contact, il a été question de la revalorisation de la bagasse, de la taxe foncière sur le non-bâti, de l’aide aux intrants et aux extrants, des indemnisations pour Gaëlle et Jade et de la leptospirose.

La semaine dernière, les trois présidents des chambres consulaires ont été reçus par Marie-Luce Penchard, secrétaire d’État à l’Outre-mer, à l’occasion de sa visite ministérielle à La Réunion en compagnie de Roselyne Bachelot, ministre de la Santé.
Pendant plus d’une heure, l’interconsulaire a donc pu échanger avec la secrétaire d’État à l’Outre-mer. Hier, lors d’une réunion d’information d’agriculteurs à l’antenne de la Chambre d’agriculture à Saint-Benoît, le président de la Chambre verte a fait un compte rendu de cet entretien.
Il a tout d’abord été question de la bagasse. Le décret sortira le mois prochain selon la ministre, a expliqué Jean-Yves Minatchy. La revalorisation prendra la forme d’une prime d’un montant de 13 euros par tonne de cannes pour la filière, dont au moins 10 euros pour le planteur, ce qui confirme l’annonce faite par François Fillon lors de sa visite à La Réunion en juillet dernier. Le président de la Chambre d’agriculture rappelle que pour les trois euros qu’il reste à négocier, tout doit revenir au planteur, le fournisseur de la matière première sans laquelle il est impossible de produire de l’électricité avec de la bagasse. De plus, cette revalorisation doit concerner toutes les cannes qui ont été livrées depuis le début de la campagne 2009, ajoute Jean-Yves Minatchy.
Concernant l’exonération de la taxe sur le foncier non bâti qui, tout comme la revalorisation de la bagasse, est inscrite dans la LODEOM, le décret d’application sortira aussi en octobre.
Pour les aides aux intrants et extrants, là aussi, le décret d’application est prévu pour le mois prochain. Cette mesure permettra de baisser les coûts de production.
Sur ces trois questions, Marie-Luce Penchard fera le point au mois d’octobre lors de sa prochaine visite à La Réunion, précise Jean-Yves Minatchy.

Le point sur les indemnisations

Deux autres points ont été abordés : l’indemnisation de deux catastrophes naturelles et la lutte contre la leptospirose.
Concernant les indemnisations liées au passage de Gaëlle et de Jade, qui ont fait perdre un trimestre de production, ce sont 1.118 agriculteurs qui toucheront 1,6 million d’euros au total. Sur cette enveloppe, 1,2 million d’euros seront versés aux maraîchers. Et la secrétaire d’État agira pour que les indemnisations arrivent au plus vite, indique Jean-Yves Minatchy.
Sur la leptospirose, qui provoque en moyenne 10 décès par an à La Réunion, Jean-Yves Minatchy a rappelé à Marie-Luce Penchard combien cette maladie est un fléau à éradiquer. Or, ce sont les agriculteurs qui sont les plus exposés à ce risque sanitaire. Le président de la Chambre d’agriculture rappelle qu’un planteur doit effectuer 4 dératisations par an, sous peine de perdre 10 à 15% de sa production, ce qui peut entrainer une perte de 900 euros par hectare.
« La leptospirose et la dératisation sont l’affaire de tous les Réunionnais », a ajouté Jean-Yves Minatchy lors de cet entretien.
En conclusion et sur la base du contenu et de la forme de ce premier échange, le président de la Chambre d’agriculture estime que Marie-Luce Penchard est « quelqu’un qui a la volonté de faire avancer les dossiers ».

Manuel Marchal


Kanalreunion.com