Canne à sucre

C’est confirmé : un mois de campagne sucrière avec une seule usine

Filière canne

Manuel Marchal / 10 septembre 2009

Hier devant les caméras de télévision, un représentant usinier avait raison de dire que c’est une situation sans précédent que connaît la filière. La réunion de l’Interprofession a débouché sur l’annonce de la fermeture de Bois-Rouge jusqu’au 28 septembre. Cela signifie que pendant un mois, la campagne sucrière s’effectuera avec une seule usine.

Dans "Témoignages" d’hier, nous constations que le cours des événements a mis la filière canne réunionnaise devant une situation inédite : une seule usine pour traiter les cannes de toute La Réunion. Hier, une réunion de l’Interprofession a annoncé que l’usine de Bois-Rouge va encore rester fermée jusque vers le 28 septembre. Autrement dit, cela signifie que pendant un mois, la filière canne réunionnaise est donc condamnée à expérimenter un fonctionnement avec une seule usine.
Un communiqué de l’Interprofession fait état des décisions prises pour faire face à cette situation. Décision est prise d’arrêter la campagne dans le Nord et l’Est le temps que dureront les réparations. La campagne sera donc décalée.
Tout d’abord, engagement est pris de traiter toutes les cannes qui doivent être coupées cette année : « au-delà des actions de solidarité déjà mises en œuvre, les sucreries de Bois-Rouge et du Gol se sont engagées à prendre les dispositions nécessaires pour broyer toutes les cannes de la campagne 2009. Sur la base des prévisions actuelles de 1,9 millions de tonnes, cela devrait amener les sucreries à terminer la coupe autour de Noël ».
Ensuite, pour amener de la trésorerie aux planteurs qui ne peuvent plus livrer leurs cannes, les usiniers indiquent « qu’ils procèderont, dès la fin de la semaine et chaque semaine pendant la durée de l’interruption, à un versement d’un acompte de 10 euros par tonne de cannes non livrées sur la base de la moyenne des livraisons de cannes des trois semaines précèdant l’incident ».
Enfin, une étude d’impact sur la perte de revenu des planteurs liée à la fermeture de Bois-Rouge sera menée par l’Interprofession, et cette dernière et les sociétés sucrières en tiendront compte.
Sur la base de ce communiqué, on peut donc constater que la solidarité des planteurs va continuer à s’exercer tant que des cannes coupées présentes dans l’Est et le Nord ne seront pas traitées. L’autre information, c’est que l’usine du Gol traitera les cannes venant de son bassin habituel, et ne recevra pas en supplément. Enfin, toutes les cannes devraient être traitées par les usines. L’année où est annoncée une revalorisation importante du prix de la bagasse, il eût été dommage que des cannes restent au champs.

M.M.


Kanalreunion.com