Canne à sucre

Canne à sucre : des éléments nouveaux font craindre le pire

Sujet oublié par le programme de la ministre des Outre-mer

Manuel Marchal / 24 avril 2015

La canne à sucre n’est pas au programme de la visite de George Pau-Langevin. Pour la direction du PCR, Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel sont revenus hier en conférence de presse sur un manquement très inquiétant.

Yvan Dejean note que c’est la 19e visite d’un ministre depuis 3 ans. Depuis 3 ans, la situation aggravée, dégradée, on en voit pas le bout. Pour le problème de la filière canne, « chaque jour qui passe amène des éléments nouveaux ».
Outre la manifestation des planteurs lundi dernier, trois éléments nouveaux font craindre le pire :

Ce sont tout d’abord les propos de la ministre rapportés dans la presse d’hier. Yvan Dejean note que pour compenser la fin des quotas et des prix garantis, la ministre rappelle que l’engagement de François Hollande au sujet d’une aide supplémentaire de 38 millions d’euros sera tenu. Le secrétaire général du PCR constate qu’« entre l’annonce et maintenant, soit 8 mois, et la demande est toujours au stade d’étude ». Le dossier n’est toujours pas déposé auprès de la Commission européenne, s’il était transmis comme annoncé au second semestre 2015, avec les délais d’étude, 3 à 4 mois, « la décision tomberait en janvier 2016 après cette campagne sucrière ». Or, « cette campagne conditionnée à la signature de la convention canne ». « Les propos ne sont pas pour rassurer ».

Le second fait nouveau est la baisse de crédits liés à l’agriculture. Il s’agit du FEADER, un fonds européen. Son montant passe de 535 millions (pour la période 2007-2013) à 515 millions d’euros (pour 2014-2020) soit une perte de 20 millions d’euros. Combinée à la revalorisation de l’enveloppe LEADER à l’intérieur du FEADER, la baisse des aides directes pour les agriculteurs dans le FEADER est de 38 millions d’euros.

Le troisième fait est l’inquiétude des betteraviers. Un communiqué de la Confédération internationale des betteraviers européens (CIBE) dénonce l’incertitude pour l’avenir compte-tenu de l’abolition des quotas et des prix garantis, précise Yvan Dejean. « Notre sucre sera en concurrence avec des prix qui ne seront plus garantis, cela aura un impact sur le prix de la tonne de canne », poursuit-il.

Le PCR pense que si les promesses de la ministre rassuraient, alors on pourrait signer la convention canne maintenant. Mais ce n’est pas le cas, et le cocktail est explosif : « nous sommes peut être à la veille de la plus grande crise économique et sociale de La Réunion.

Et aucune rencontre et aucun échange n’est prévu avec les acteurs de la filière à La Réunion », conclut Yvan Dejean.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bonjour,
    Je me permets par l’intermédiaire de votre site de vous transmettre une info que tous les planteurs attendent certainement.
    Je les invite à consulter notre site www.sokanaa.com où ils pourront se procurés un extracteur de jus de canne à sucre Homologué et certifié aux Normes Européennes « C.E » Nous sommes la seule entreprise européenne fabricant un extracteur agréé par le Code du Travail. Pouvez vous avoir la gentillesse de leurs transmettre nos coordonnées ? Avec tous mes remerciements, Très cordialement,
    Pdt de la CL & CL COMPANY S.A.S : chl@sokanaa.com

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com