Canne à sucre

Conseil départemental : unanimité pour sauver la filière canne-sucre

Nouvelle avancée grâce à l’esprit de rassemblement des communistes

Manuel Marchal / 30 avril 2015

Le premier vote de la première séance plénière du nouveau Conseil départemental a concerné la canne à sucre. À l’initiative du Groupe de concertation pour le développement de La Réunion, les conseillers départementaux ont adopté à l’unanimité une motion demandant une réunion d’urgence avec les acteurs concernés, et de prendre sans délai les contacts avec la Région pour organiser cette réunion.

JPEG - 87.8 ko
La filière canne-sucre a obtenu le soutien unanime de tous les conseillers départementaux, toutes tendances politiques confondues.

Imposer aux diviseurs et aux démolisseurs le rassemblement autour des idées, c’était le thème développé hier dans un article de Témoignages. La séance plénière d’hier du Conseil départemental a montré une illustration concrète de ce rassemblement.

La matinée a commencé par une minute de silence pour saluer la mémoire de Roland Robert. Cela faisait hier un an que le militant communiste nous avait quittés. Au moment de son décès, il était vice-président du Conseil général et c’est lors d’une mission pour cette collectivité qu’il eut un accident vasculaire cérébral.
L’ordre du jour prévoyait ensuite la répartition des responsabilités au sein des différentes commissions internes et dans les organismes extérieurs.

Un travail communiste

Mais avant d’examiner ce programme, les élus ont été interpellés par une initiative du Groupe de concertation pour le développement de La Réunion. Maurice Gironcel a lu une motion sur la filière canne-sucre. Il a aussi demandé qu’elle soit débattue et votée en urgence. La présidente du Conseil départemental a donné son accord pour l’urgence. La motion a été mise aux voix, elle a été adoptée à l’unanimité.

L’initiative du Groupe de concertation pour le développement de La Réunion se situe dans la ligne de celle prônée depuis toujours par le Parti communiste réunionnais : rechercher l’union sur l’essentiel. Nous sommes à moins de deux mois de la coupe, et la Convention canne n’est toujours pas signée car l’usinier ne veut pas s’engager au-delà de 2017, date de la fin du quota sucrier, tandis que l’État n’a toujours pas donné la moindre garantie qu’il allait continuer à soutenir la filière après 2017.

Une grande avancée

Grâce au travail des communistes, les planteurs savent qu’ils peuvent compter sur l’union des élus réunionnais, toutes tendances confondues. C’est un soutien de poids dans la bataille qu’ils mènent pour obtenir la signature d’une Convention canne de six ans.

La ligne du rassemblement a encore permis d’obtenir une grande avancée, elle doit être imposée aux démolisseurs et aux diviseurs qui veulent utiliser les élections régionales pour augmenter encore leur pouvoir.

JPEG - 87.7 ko
Maurice Gironcel présente la motion au nom du Groupe de concertation pour le développement de La Réunion.
JPEG - 88 ko
Le premier vote du nouveau Conseil départemental est le résultat d’un appel au rassemblement lancé par les communistes.


Kanalreunion.com