Canne à sucre

Des planteurs de betteraves de France deviennent les actionnaires majoritaires des usines sucrières de La Réunion

Nouvelle illustration de la crise structurelle : les usiniers cèdent leurs usines

Témoignages.re / 8 janvier 2010

Dans un communiqué de presse diffusé hier, le Groupe Tereos, une coopérative de planteurs de betteraves en France, annonce qu’il est désormais l’actionnaire majoritaire du groupe Quartier Français. Tereos détenait déjà la majorité des actions de l’usine de Bois-Rouge. Les usiniers réunionnais ont donc cédé à des planteurs de betteraves de France le contrôle de l’industrie sucrière réunionnaise. Voici le texte du communiqué publié sur le site de Tereos :

« Tereos devient actionnaire majoritaire du Groupe Quartier Français et confirme ainsi son intérêt pour la filière sucre de La Réunion.

Tereos a signé un protocole d’accord en vue de l’acquisition d’une majorité des titres de la Société Sucrière du Quartier Français, holding de tête du Groupe Quartier Français.

Le Groupe Quartier Français, dont le chiffre d’affaires réalisé en 2009 s’élève à 340 millions d’euros, est organisé en trois pôles d’activité : le pôle Sucre qui produit et distribue des sucres à La Réunion, en Tanzanie et en Europe, le pôle Spiritueux qui produit et distribue une large gamme de spiritueux comprenant des marques de rhum, de scotch whisky, de vodka et des apéritifs sans alcool, et le pôle Développement qui regroupe des activités liées au développement durable de La Réunion (énergie, aménagement du territoire et immobilier, industries locales).
Le Groupe Quartier Français détient notamment la plus importante des sociétés sucrières de l’île de La Réunion avec une production de 150.000 tonnes de sucre dont il assure la commercialisation au travers des sociétés Mascarin, Ceineray et Loiret & Haentjens ainsi qu’une participation de 35% dans la Centrale Thermique du Gol (cogénération d’électricité à partir de la bagasse). Le groupe détient, en outre, une part d’intérêt dans Tanganyika Plantation Company (TPC), société sucrière localisée en Tanzanie dont la production s’élève à 80.000 tonnes.
Le rapprochement des actifs sucriers réunionnais de Tereos et du Groupe Quartier Français représente au global 210.000 tonnes de sucre. Il contribue à la consolidation et au développement de la filière canne-sucre-énergie à La Réunion et des activités de raffinage et de commercialisation de Tereos en Europe.
La réalisation définitive de cette acquisition est soumise à l’obtention de l’autorisation des Autorités de la Concurrence. »


Et les planteurs réunionnais ?

Tereos est une coopérative de 12.000 planteurs de betteraves. Elle se situe en France. Outre la France, Tereos produit plus d’un million de tonnes de sucre au Brésil, 70.000 tonnes au Mozambique et 220.000 tonnes en République tchèque. Par ailleurs, Tereos produit aussi 5 millions d’hectolitres d’éthanol au Brésil.
La cession de la majorité des actions des usines sucrières à Tereos signifie donc que le nouveau propriétaire est une multinationale dont le centre d’intérêt ne se situe pas à La Réunion. C’est donc un changement considérable à moins de 5 ans d’un nouveau Règlement sucrier qui pourrait tout remettre en cause.
Il est tout aussi important de souligner que ce sont désormais des planteurs de betteraves de France qui détiennent la majorité des actions des usines sucrières de La Réunion. Lors des différentes conférences de presse tenues ces derniers mois aussi bien par les usiniers que par les planteurs, il n’a pas été question de cette cession. L’usinier a-t-il informé les planteurs de cannes réunionnais de ses intentions ?


Kanalreunion.com