Canne à sucre

Différentes informations relatives à la culture de la canne à sucre (sixième partie)

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -60-

Témoignages.re / 12 mars 2015

On pourra lire ci-dessous un certain nombre d’informations relatives à la culture de la canne à sucre et à l’exploitation des produits dérivés dans différentes régions. De extraits ont été reproduits afin de nourrir notre propre réflexion sur l’avenir de la canne à La Réunion et dans les pays environnants.

XV- Afrique : mise au point d’appareils de mesure destinés aux conditions sévères des usines sucrières

Au cours des dix dernières années, le South Africa’s Sugar Milling Research Institute (SMRI) a mis au point un certain nombre d’instruments pour la prise de mesures au cours du processus industriel. Dans la plupart des cas, ces instruments ont été élaborés parce que les instruments du commerce n’étaient pas disponibles ou étaient inadaptés aux sévères conditions des usines sucrières. Le matériel mis au point par le SMRI comprend des instruments de relevé du couple, des testeurs de conduction avec traceur intégré, des instruments de mesure volumétrique pour tapis roulant, de mesure des solides en suspension dans un mélangeur à boues, de mesure de la consistance des boues dans un décanteur, d’échelonnage des évaporateurs, un index de préparation, des jauges de réglage de l’écartement des meules, de la clarification du jus, du niveau de boue dans un décanteur et de pression dans les toboggans des alimenteurs à pression. On trouve une brève description de chaque instrument ou méthode et quelques exemples d’applications. (D’après le résumé des auteurs.) KIT (A1548) Proceedings South African Sugar Technologists’ Association, n° 73, p. 277-281
 

XVI- Contrôle des pertes microbiologiques avant l’arrivée de la canne à l’usine et durant la fabrication du sucre

sujet de cet article. La présence de bactéries et de virus dans les cannes récoltées réduit le rendement en sucre et génère des produits résiduels qui diminuent le degré de pureté du sucre et sont source de problèmes lors du raffinage. Les bactéries infestent la canne à sucre et la betterave à sucre essentiellement pendant la récolte. La diminution du temps séparant la récolte du raffinage est le principal facteur de réduction des infections microbiennes. Différentes méthodes de contrôle des bactéries pendant le raffinage proprement dit sont présentées. Un certain nombre d’additifs chimiques traditionnels sont passés en revue, avec un examen de leur efficacité. La maîtrise combinée de la température et des composants chimiques s’est avérée plus efficace que n’importe quelle méthode isolée. Les développements récents dans les domaines des biotechnologies et des désinfectants chimiques sont comparés avec les méthodes traditionnelles de contrôle bactériologique. L’ozone et l’oxyde de chlore sont de plus en plus utilisés. Le contrôle des pertes microbiologiques dans le processus de raffinage du sucre est le Avec des variétés de canne plus résistantes et des méthodes de contrôle de l’activité microbiologique plus efficaces, les pertes en sucre sont minimisées. (D’après le résumé des auteurs.) International Sugar Journal (Grande-Bretagne), vol. 104 (1239), p. 118-123
 

XVII- Intensifier la recherche-développement, la commercialisation et l’approvisionnement de la canne à sucre pour augmenter rapidement la productivité sucrière

L’évolution de la productivité sucrière en Inde entre 1990 et 1996 est analysée, et des mesures pour accélérer la production de canne à sucre et de sucre de canne sont suggérées. Les rendements en canne à sucre sont d’environ 85 t/ha dans les régions tropicales indiennes, comme les États de l’Andhra Pradesh et du Tamil Nadu, mais de 55 t/ha seulement dans les zones subtropicales comme l’Uttar Pradesh et le Pendjab. En utilisant la technologie disponible, les agriculteurs ont montré lors de concours agricoles que les rendements pouvaient atteindre 200 t/ha dans les zones subtropicales, et 300 t/ha dans les zones tropicales. On considère qu’il y a plus de marge de développement dans les zones subtropicales que sous les tropiques. Le remembrement agricole est considéré comme nécessaire pour l’intensification de la recherche-développement et l’utilisation efficace des intrants disponibles. Parmi les autres mesures à prendre, on retiendra la mise au point de variétés adaptées, la mise en place d’une irrigation rationnelle, le drainage, les engrais, la protection des plantes et des progrès dans les domaines de la finance, du marketing, de l’approvisionnement en canne à sucre et de la politique tarifaire. KIT (D3473) Financing Agriculture (Inde), vol. 28 (4)


Kanalreunion.com