Canne à sucre

Différentes informations relatives à la culture de la canne à sucre (troisième partie)

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -57-

Georges Gauvin / 5 mars 2015

On pourra lire ci-dessous un certain nombre d’informations relatives à la culture de la canne à sucre et à l’exploitation des produits dérivés dans différentes régions. De extraits ont été reproduits afin de nourrir notre propre réflexion sur l’avenir de la canne à La Réunion et dans les pays environnants.

VI- Un pas vers le raffinage direct et le désucrage des mélasses dans l’industrie sucrière

La Hawaiian Commercial & Sugar Company (HC&S) a travaillé sur le désucrage des mélasses (ndlr : on sait, puisque nous l’avons déjà signalé que la mélasse contient encore 50 % de saccharose après fabrication du sucre) après extraction qui permet d’augmenter la récupération du sucre dans les usines sucrières. Un nouveau procédé a été mis au point par Applexion et HC&S ; appelé NAP (New Applexion Process), il implique d’installer une unité d’ultrafiltration et de décalcification du jus clarifié entre le décanteur et les évaporateurs. Le nouveau système a été installé et a fonctionné une saison entière au moulin de Puunene à Hawaï ; son principe, son fonctionnement et ses résultats sont présentés. Les applications possibles du raffinage, du désucrage des mélasses, de la purification du sucre inverti et de la réduction de l’alcool sont décrites. (Résumé de l’auteur.) KIT (A1548) Proceedings South African Sugar Technologists’ Association, n° 70, p. 166-170

VII-Caraïbes : le potentiel de la culture de canne à sucre comme source de biomasse renouvelable à Cuba

La canne à sucre offre de nombreuses possibilités pour une production importante de biomasse dans les régions tropicales. À Cuba, les rendements moyens en canne durant les dernières années étaient de 3,78 t/ha/mois pour les tiges destinées aux moulins et de 4,74 t/ha/mois pour la biomasse utile. Les rendements potentiels sont cependant beaucoup plus élevés et se situent autour de 10,8 t/ha/mois pour les tiges destinées aux moulins et de 13,1 t/ha/mois pour la biomasse utile. Différentes pratiques culturales permettant d’accroître la productivité sont indiquées, comme l’augmentation de la densité des plants, la plantation d’août à septembre, le contrôle des adventices pendant les 120 jours qui suivent la plantation, la récolte des chaumes, etc. KIT (C1610) ATAC (Cuba), n° 1, p. 10-15

VIII-Utilisation de la vinasse résidu d’éthanol pour la fabrication de briques

Les caractéristiques physiques de la vinasse, résidu de la distillation de l’éthanol de canne à sucre, et son utilisation éventuelle dans la fabrication des briques sont étudiées ici. Sous forme concentrée, la vinasse est utilisée comme engrais agricole, comme matériel de production de protéines monocellulaires et pour être transformée en énergie. On peut également ajouter de la vinasse concentrée à de la terre pour obtenir un mélange terre-vinasse ayant des caractéristiques physiques et mécaniques convenant à la production de briques non porteuses. Les briques fabriquées avec 12 % de vinasse concentrée et séchées à l’air affichent de bons résultats aux tests de compression. On a mesuré des résistances à la compression de 1,92 MPa pour les briques fabriquées à partir de sol sableux et de 1,79 Mpa pour celles utilisant un sol argileux. Ces briques ne conviennent pas à des conditions humides et ne peuvent être mises en œuvre qu’à l’abri, ou à l’air libre après avoir été imperméabilisées. (D’après le résumé des auteurs.) KIT (B2628) Agricultural Mechanization in Asia, Africa and Latin America (Japon), vol. 32 (1), numéro spécial, p. 51-54


Kanalreunion.com