Canne à sucre

Faire son éthanol perso dans son garage ou son jardin

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -32-

Georges Gauvin / 3 janvier 2015

La semaine dernière nous avons évoqué la problématique des centrales électriques cent pour cent biomasse à Cuba, dans l’Ontario, en Martinique et à La Réunion. Pour nous c’est quelque chose d’important et dé génial qui vient, si besoin était, crédibiliser encore la thèse de l’autonomie énergétique, qui était celle de la Région avec Paul Vergès et qui est encore celle de ceux qui continuent à militer pour le développement de La Réunion, la promotion de l’emploi, et la défense de l’environnement. Aujourd’hui nous allons commencer à parler de l’éthanol et pour commencer par l’idée qu’il est possible de produire son éthanol chez soi.

L’entrepreneur Thomas Quinn, a décidé de créer la société E-Fuel, basée à Los Gatos dans la Silicon Valley, avec pour objectif d’inventer une machine destinée à réduire la dépendance énergétique des ménages au pétrole. D’après lui, la seule façon de résoudre cette équation est de trouver un remplaçant liquide au pétrole. La réponse apparaît d’autant plus simple qu’on peut fabriquer de l’éthanol, parce que c’est de l’éthanol qu’il s’agit, à partir de déchets organiques. « Je me suis attelé, dit-il, à trouver une technologie de rupture permettant aux gens de fabriquer leur propre éthanol dans leur garage ou leur jardin. Pour ce faire, ses collaborateurs et lui ont passé trois ans à développer un système susceptible de digérer tous types de déchets bio riches en sucre ». Le résultat est une machine le MicroFueler que l’on peut l’acquérir pour 10.000 dollars environ et que les États subventionnent.
 

Les obstacles à la production d’éthanol chez soi

La fabrication d’alcool chez soi est interdite : monopole d’État sans doute. Elle est interdite un peu partout sauf aux USA où le mérite de la décision en revient à l’ex-président Jimmy Carter confronté en son temps à la crise du pétrole. Donc, c’est autorisé là-bas… Mais autre obstacle les ménages ne disposent pas forcément assez de déchets sucrés (45kg) pour contenter le réservoir de leur voiture et les autres coûts de fonctionnement demeurent assez élevés si l’on ajoute le sucre et l’électricité nécessaires à la fabrication de l’éthanol. L’entreprise de Thomas Quinn pour sa part se porte bien grâce à ses ventes d’appareils, et d’éthanol de sa fabrication vendu à un prix attractif. D’autre part la recherche continue et les perfectionnements suivront.

Faut-il pour autant désespérer ?

Thomas Quinn ne le pense pas car ses modèles sont justement Steve Jobs et Steve Wozniak, ceux-là qui avaient fait le pari, aujourd’hui quasiment gagné que chaque ménage disposerait un jour d’un ordinateur portable. Alors pourquoi pas une machine à produire de l’éthanol chez soi ou à partager entre voisins..
 
Information puisée sur internet. Voir : « de l’éthanol fait maison pour remplacer le pétrole »


Kanalreunion.com