Canne à sucre

Filière canne à sucre : les réactions

Après le discours de la ministre

Manuel Marchal / 24 janvier 2015

JPEG - 93.8 ko
Florent Thibaut et Sylvie Lemaire (Syndicat du sucre), Jean-Bernard Gonthier (président de la Chambre d’agriculture), Jean-Yves Minatchy (CGPER) et Pierre Vergès (Conseil général) accompagnent George Pau-Langevin lors de la visite de l’exploitation de la famille Langlade à Sainte-Anne.

Pierre Vergès, vice-président du Conseil général délégué à l’agriculture

Pour le responsable de l’agriculture au Département, la déclaration de la ministre est la confirmation des propos tenus par d’autres membres du gouvernement. C’est une accentuation de l’engagement du président de la République.
L’engagement est très lourd, car il concerne tous les Réunionnais et pas seulement les planteurs. La canne à sucre est en effet le pivot de la diversification. L’élu salue l’existence d’un comité de dialogue rassemblant tous les acteurs de la filière.
Pour Pierre Vergès, la lutte est donc loin d’être terminée. La défense de la filière canne est « un éternel combat ».

Jean-Yves Minatchy, président de la CGPER

Le syndicaliste a chaleureusement applaudi les déclarations de la ministre. Pour lui, c’est la confirmation des engagements de François Hollande.

Jean-Claude Fruteau, député et auteur d’un rapport sur la filière canne

Pour le parlementaire, la lettre adressée au sénateur Patient constitue une nouvelle preuve de la fermeté de l’engagement du président de la République à défendre la filière. À travers cette visite, le gouvernement réaffirme son soutien à la canne à sucre à La Réunion. Des assurances ont été données, dit-il.

Un jeune agriculteur pense à la diversification

Au cours de la présentation de la filière canne, le fils de M. et Mme Langlade a été interrogé sur les perspectives qu’il donne à l’exploitation familiale.
Il a dit vouloir se diversifier tout en étant attentif aux décisions qui seront prises d’ici 2017.
Le député Jean-Claude Fruteau a jugé bon de réagir aussitôt, appelant le jeune à affirmer plus fortement son optimisme dans l’avenir de la filière canne.

Le préfet pour une convention canne de longue durée

Pour Dominique Saurain, il est important de se mettre d’accord sur la méthode qui présidera à la négociation de la future convention canne qui fixera le prix de cette production dans quelques mois.
Il dit que l’on s’engage sur une longue durée, avec au coeur de cette période le bouleversement entraîné par la fin des quotas en 2017.

Le coup de massue venu de Maurice

L’annonce de la signature d’un contrat d’approvisionnement de 130.000 tonnes de sucre mauricien par Cristal Union a jeté un froid. Tous les détails dans notre prochaine édition.


Kanalreunion.com