Canne à sucre

Fin des quotas sucriers : Younous Omarjee défend l’avenir de la filière canne et des planteurs de La Réunion

Hier au Parlement européen : mobilisation au plus haut niveau

Témoignages.re / 21 novembre 2013

Hier, Younous Omarjee, député de l’Alliance des Outre-mer au Parlement européen, est intervenu en assemblée plénière à Strasbourg. Il a fait part de sa surprise suite aux propos tenus par Victorin Lurel, et demande au gouvernement de clarifier sa position.

Le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg a débattu ce mercredi 20 novembre des résultats des négociations sur la future Politique agricole commune (PAC) et sur la réforme des Organisations communes de marché (OCM).

Younous Omarjee, en tant que rapporteur pour avis sur la réforme des OCM, est intervenu pour défendre l’avenir de la filière canne à sucre et des planteurs à La Réunion. Pour le député, un constat dur ne peut être évincé « dorénavant nos planteurs de canne à l’île de La Réunion seront livrés aux seules fluctuations des cours internationaux et les places boursières tiendront entre leurs mains le devenir de milliers de planteurs de cannes et le développement de nos îles organisées au tour de cette filière traditionnelle ».

C’est pourquoi il a tenu à rappeler à ses collègues, au Conseil et à la Commission que « c’est une révolution qui est opérée quand on sait que depuis des décennies tout le système reposait sur des prix et des quotas garantis ».

Dans le temps où la Commission européenne prépare sa proposition de réforme du POSEI, le député a plaidé que si le haut niveau de performance atteint par les planteurs et les industriels pouvait faire la différence, une volonté politique devait se dégager et s’engager à tous les niveaux pour les y aider et les soutenir. « Faut-il, pour que la fin des quotas sucriers ne signe pas l’arrêt de mort de la filière, et je sais que telle est votre volonté Monsieur le Commissaire, que soit confirmé dans le POSEI le soutien fort à cette production traditionnelle et en particulier les aides forfaitaires ? », a-t-il ajouté.

Interrogé par la presse à la sortie de l’hémicycle sur les récentes déclarations de Victorin Lurel, le député a déclaré être grandement surpris du signal négatif ainsi envoyé à la Commission européenne au moment même où la Commission élabore ces propositions pour le futur POSEI. Il a appelé le gouvernement à clarifier sa position en rendant publique la contribution des autorités françaises à la consultation sur la révision du POSEI.

L’intervention de Younous Omarjee


Nous regrettons l’accord intervenu dans les trilogues qui acte la fin des quotas sucriers pour 2017.

C’est une révolution qui est opérée, quand on sait que depuis des décennies tout le système reposait sur les prix et les quotas garantis. Dorénavant dans ma région à l’île de La Réunion les planteurs de canne à sucre à l’île de La Réunion seront livrés aux seules fluctuations des cours internationaux, et ce seront les places boursières qui tiendront entre leurs mains le devenir de milliers de planteurs de canne à sucre et le développement de nos îles organisées autour de cette filière traditionnelle.

Pour autant, Monsieur le Commissaire, comme vous avez pu le constater lors de votre visite à La Réunion la filière canne a atteint un haut niveau de performance et dispose des atouts pour affronter ce choc.

Encore faut-il, pour que la fin des quotas sucriers ne signe pas l’arrêt de mort de la filière, et je sais que telle est votre volonté, que soient confirmé dans le POSEI le soutien fort à cette production traditionnelle et en particulier les aides forfaitaires.


Kanalreunion.com