Canne à sucre

L’agrobusiness à la fête

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -47-

Georges Gauvin / 5 février 2015

En ce qui concerne les multinationales de l’agrobusiness, l’expérience du soja a montré comment exploiter avec profit l’expansion de l’agriculture industrielle dans les pays en développement. Elle a ouvert une nouvelle ère de conquête. Le sucre, est probablement la prochaine récolte à être confrontée à un boom similaire à celui qu’a connu le soja, d’autant plus que de nouvelles espèces de canne génétiquement modifiées poussent déjà dans les champs.

La géographie du sucre est de plus en plus bousculée.

1- Tout d’abord l’émergence du Brésil comme le premier producteur mondial de sucre et de loin le plus grand exportateur du monde. Près des trois-quarts de l’expansion de la production de canne à sucre dans les dix dernières années concernent le Brésil. La surface consacrée à la canne a sucre y a augmenté en moyenne de 300 000 hectares par an entre 2000 et 2007

2- Un deuxième élément, la réforme européenne sur le sucre, a frappé au cœur l’industrie du sucre et fait éclater l’ancien système d’organisation. Quand l’Australie, le Brésil et la Thaïlande ont attaqué l’UE sur les subventions et mesures de protection domestiques de son industrie du sucre à l’OMC, l’UE a décidé de profiter de l’occasion pour faire disparaître de façon unilatérale le Protocole du sucre dont elle se servait depuis longtemps avec ses anciennes colonies et de bouleverser ses régimes domestiques. Quand les réformes de l’Europe sur le sucre seront complètement appliquées, l’UE est censée passer soudainement du statut d’exportateur net, qui déversait des millions de tonnes de sucre subventionné sur le marché mondial, à celui d’importateur net. 

3- Le troisième élément qui modifie la carte de la production de sucre dans le monde est l’ énorme avancée des agrocarburants. La canne à sucre est considérée comme l’un des matériaux de base les plus économiques, voire le plus économique, pour la production d’éthanol… De nombreux projets à large échelle, comprenant des plantations de sucre, sont ainsi en train de voir le jour de par le monde et forcent la production de sucre dans de nouvelles contrées.
 
Les grandes entreprises de l’agro-business sont derrière ces changements de la production mondiale de sucre et en empochent les profits. Les principales entreprises sucrières européennes se sont ainsi servies des réformes de l’UE sur le sucre pour consolider leur main- mise sur la production soumise à quotas en Europe même et pour s’introduire dans la production hors-frontières de l’UE dans des zones ayant un accès préférentiel à l’UE…Mais, dans les pays du Sud, les grands acteurs de l’industrie sucrière qui s’étaient traditionnellement concentrés sur leur production nationale, commencent eux aussi à investir les marchés étrangers. sucrière qui s’étaient traditionnellement concentrés sur leur production nationale, commencent eux aussi à investir les marchés étrangers. 
 
NB On peut monter en exemple des pays où les petits agriculteurs tirent des profits de la culture de la canne et de leur production bon marché mais l’on ne saurait oublier les associations paysannes qui luttent à armes inégales au Brésil, en argentine et ailleurs pour essayer d’éviter le surcroît d’exploitation.


Kanalreunion.com