Canne à sucre

« L’avenir des planteurs, c’est l’avenir de La Réunion »

Le PCR et la dernière campagne sucrière avec le quota et le prix garantis

Témoignages.re / 28 juin 2016

Hier a commencé la campagne sucrière 2016. Le même jour lors de sa conférence de presse, le PCR a souligné que c’est la dernière coupe sous le régime du quota et du prix garanti du sucre, du fait de la réforme du marché européen du sucre qui entrera en vigueur l’année prochaine. Le PCR lance un nouvel appel à la vigilance et à la mobilisation.

JPEG - 90.7 ko
Les planteurs de La Réunion confrontés au cours mondial du sucre en 2017. (photo Toniox)

La campagne sucrière 2016 a débuté hier dans l’Est aujourd’hui. Elle démarre dans le Sud dans quelques jours. « La campagne sucrière débute sans une garantie de prix d’achat de la canne sur les prochaines années », déclare Maurice Gironcel. Pour le PCR, « c’est le signe que quelque chose ne fonctionne pas comme d’habitude. C’est le signe que la filière est menacée ».

Les craintes du PCR se confirment, ajoute-t-il. L’année prochaine sera en effet celle de la fin du quota et du prix garanti dont bénéficie le sucre réunionnais. Il faudra alors faire face à la concurrence sans protection, car l’Union européenne n’aura plus l’obligation d’acheter le sucre invendu à un prix fixé par avance au-dessus du cours mondial.

Veut-on endormir les planteurs ?

Maurice Gironcel rappelle que « la plupart des professionnels posent comme condition de la survie de la filière après 2017 l’obtention d’une subvention complémentaire de 38 millions d’euros de la part du gouvernement français ». Le principe du versement de la subvention dépend de la décision de Bruxelles, qui n’est toujours pas acquise. Or, cela fait plus d’un an que le Président de la République l’a promise, c’était en effet au coeur de son discours tenu en août 2014 lors de sa visite à La Réunion. Dernièrement, le commissaire européen à l’agriculture, M. Phil Ogan, interrogé sur la question des 38 millions d’euros, est resté on ne peut plus vague en disant en substance « oui oui oui on s’en occupe !!!! » ; et pendant ce temps, la coupe a commencé.

« Ne trouvez-vous pas qu’on est en train de vouloir endormir les planteurs sur leur avenir ? », interroge Maurice Gironcel, « le Brexit renforce toute l’inquiétude que nous devoir avoir. C’est la raison pour laquelle il faut continuer à se battre aux côtés des planteurs. L’avenir des planteurs, c’est l’avenir de La Réunion. Ils bénéficient de toute l’attention du PCR ».

« Sortons de l’électoralisme »

Pour le PCR, la crise que traverse l’Union européenne ainsi que la période d’incertitude qui s’ouvre, justifient son appel au rassemblement. « Sortons de l’électoralisme et des gesticulations médiatiques pour essayer d’anticiper sur l’avenir », déclare le co-secrétaire général du PCR, « ne serait-ce que l’avenir des RUP et des volumes des subventions qui sont accordées. Au PCR, on ne dort pas sur nos 2 oreilles en ayant l’illusion que l’Union Européenne viendra nous sauver ». Et de rappeler que le Royaume-Uni participe aux fonds structurels dont bénéficie La Réunion. Cette contribution n’existera plus avec le départ de cet État de l’Union européenne.

Et de conclure : « si les planteurs sont les victimes de la politique ultralibérale des pays de l’Union européenne, le PCR appelle à la vigilance pour faire front face à la catastrophe socio-économique et environnementale qui se prépare »


Kanalreunion.com