Canne à sucre

La bagasse et l’énergie

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -10-

Georges Gauvin / 4 novembre 2014

La bagasse constitue une part importante des produits dérivés de la canne. En effet, après le jus qui occupe environ soixante-dix pour cent du poids de la canne arrivant à l’usine, la bagasse suit avec trente pour cent, ce qui constitue une masse importante de déchets à valoriser à notre profit. Pour La Réunion, il s’agit d’une masse de plus de près six cent mille tonnes.

JPEG - 40.3 ko

1) On peut tout d’abord parler des énergies telles qu’elles sont générées à l’usine sucrière de Bois-Rouge depuis 1992 et du Gol depuis 1995, par La Séchilienne Sidec (aujourd’hui ALBIOMA). Ces centrales présentent deux particularités : elles fonctionnent à la fois à la bagasse et au charbon pendant la période de coupe de la canne, au charbon seulement le reste de l’année . D’autre part, elles sont bi-énergiques produisant à la fois de la vapeur à 1300-1400 degrés pour les besoins de la chaufferie des usines sucrières et de l’électricité pour la desserte du réseau EDF.

A noter que de nouvelles tranches ont été ouvertes particulièrement à Bois Rouge depuis 2004, ne fonctionnant qu’au charbon et aggravant par là-même la pollution au CO2 lequel présente une influence néfaste sur la réchauffement climatique. Ces deux unités de production, ainsi que les usines hydro-électriques et une unité fonctionnant au bio-gaz, et d’autres petites installations permettent la production de 37% d’électricité durable. D’où une dépendance par rapport aux énergies fossiles qui serait d’ l’ordre de 60%, éloignant ainsi notre perspective d’autonomie énergétique basée sur des sources durables.

2) D’autres solutions sont possibles

Elles permettent d’associer l’utilisation de la bagasse avec d’autres sources de bio-masse. Une usine récente a ouvert ses portes à Cuba, en association avec une entreprise de Grande Bretagne. L’utilisation de bagasse est associée à de la biomasse issue d’une plante connue sous le nom de Marabu, qui occupe une grand partie du territoire cubain -il s’agit d’une plante invasive contre laquelle les agriculteurs ont du mal à lutter. L’objectif visé étant de réduire la dépendance du pays par rapport au pétrole vénézuélien tout en reprenant la marche en avant de l’agriculture cubaine.

Vocabulaire : la bio-masse, c’est quoi ?


La biomasse est constituée de l’ensemble des matières organiques végétales ou animales pouvant se transformer en sources d’énergie par combustion ou méthanisation (biogaz). Les sources de biomasse sont multiples : résidus forestiers, résidus agricoles, résidus d’élevage, eaux usées, résidus industriels et déchets urbains solides. Notre spécificité et notre engagement sont de nous positionner uniquement sur la biomasse d’origine agricole sans conflit d’usage (résidus forestiers, de l’élevage et des cultures) en transformant des déchets en ressources énergétiques.

(extrait de la plaquette publicitaire d’ALBIOMA — ex Séchilienne Sidec)


Kanalreunion.com