Canne à sucre

La mélasse : nouveau miracle noir

La canne c’est le sucre, mais pas seulement -15-

Georges Gauvin / 18 novembre 2014

Nous avons commencé à évoquer les produits dérivés de la canne à sucre pas dans un but de donner une information complète - donc exhaustive – à ce sujet, mais à l’appui d’exemples, indiquer à nos lecteurs que nous avons encore peu fait, jusqu’ici, pour valoriser le produit phare de notre agriculture ainsi que pour enclencher un processus de développement de notre économie. Aujourd’hui, nous abordons l’évocation d’un produit dérivé de la canne qui nous apparaît comme essentiel : la mélasse sous le titre « miracle noir » trouvé sur internet. Sous la plume de Bernard Burlet, extrait de (www.acteur-nature.com)

La mélasse : d’où vient son nom ?

Son nom semble venir du latin « mellaces » qui signifie miel et du grec « melas »qui veut dire noir. On la trouve sous forme de poudre marron foncé, ou de liquide très épais. On notera que la mélasse n’est pas seulement un produit dérivé de la canne, mais aussi de la betterave sucrière, de la grenade, ou encore du raisin, de la mûre, de la caroube, des dattes…, etc. Les composés de ces mélasses varient suivant celle du jus dont elles proviennent. Pour la mélasse de canne sa composition est à peu près la suivante (chiffres trouvés sur internet)

Pour cent grammes de mélasse de canne à sucre, on compte :74,16 grammes de glucides (saccharose, glucoses et fructose), 0,2 grammes de lipides, 596 milligrammes de calcium, 197 milligrammes de magnésium, 21 milligrammes de fer, 2421 milligrammes de potassium, de la vitamine B6. Son pouvoir calorifique, bien qu’inférieur à celui du saccharose est important et comme il a été indiqué il contient en quantités non négligeables des sels minéraux.

Comment l’obtient-on ?
Après sa récolte, la canne est réduite en pulpe, puis après évaporation et dans une centrifugeuse on transforme la pulpe en sucre et il reste à la fin du processus un sirop épais et noir, c’est la mélasse. Les premiers usages qu’on en fait sont les suivants : la fabrication du rhum, de l’éthanol, la nourriture des animaux, mais on peut aller bien au delà. Pour les desserts, la cuisine en général, on utilise également une mélasse un peu plus élaborée.

Un truc à retenir :

On peut faire fondre du sucre brun foncé dans un peu d’eau pour obtenir un sirop épais et noir mais qui n’aurait pas exactement, paraît-il le goût de la mélasse. Ajoutons que la mélasse a la propriété de colorer fortement les produits dans lesquels on l’incorpore.

Vocabulaire : « être dans la mélasse »


On sait qu’il s’agit de se trouver dans une situation peu confortable. Cela vient-il de l’accident de Boston (USA) de 1919 ? Cette année là, une cuve de mélasse de grande contenance a éclaté faisant 21 morts et des dégâts énormes dans la ville de Boston. Heureusement que dans notre mélasse ordinaire il n’y a pas toujours des morts et des blessés et grands dégâts.


Kanalreunion.com